CIMG2091_1300_158.jpg

Ardbeg

Une première distillerie légale, appartenant à Alexander Stewart fut contrainte de fermer ses portes en 1794. Ceci n'empêcha pas la production de continuer, car l'emplacement de la distillerie était au XVIIIème siècle un excellent repaire pour les distillateurs clandestins. Après bien des déboires avec les “excise men”, une distillerie légale fut construite en 1815 par John McDougall. 
La première pierre de la distillerie fut posée en 1794, mais elle ne fut opérationnelle qu'en 1817.
Propriété de la famille McDougall dès 1817, la distillerie Ardbeg fut reprise par Hiram Walker & Sons en 1977. Le groupe Walker devint plus tard partie du groupe Allied Distillers.
De 1979 à 1981, Ardbeg produisit un malt très peu tourbé surnommé « Kildalton Style » du nom d'une croix celtique située à proximité de la distillerie. En sommeil de 1981 à 1989, elle ne fonctionna qu'au tiers de sa capacité jusqu'en 1997. 
Pendant cette période de sommeil, la distillerie a cessé d'utiliser ses propres “malting floors”, ce qui constitua une petite catastrophe pour les amateurs de ce malt très fumé. Ce caractère particulièrement fumé d'Ardbeg était dû à l'absence de ventilateur dans le toit en forme de pagode situé au dessus du kiln.
A partir de 1989, le malt utilisé par Ardbeg est produit par la malterie de Port Ellen, et ne possède pas ce caractère extrêmement fumé.
Glenmorangie Plc racheta la distillerie en 1997 pour environ 10,5 millions d'Euros.
Ses nouveaux propriétaires ont renoué avec une tradition chère à Ardbeg, l'élaboration d'un single malt très tourbé.
La totalité de la production de whisky de la distillerie Ardbeg est destinée à la vente sous forme de single malt. Le whisky Ardbeg n'entre donc pas dans la composition d'assemblages à l'exception peut-être de Black Bottle qui prétend contenir du whisky de chacune des 7 distilleries en activité à Islay.




JM156636_1300_158.jpg