P1130078a_1300_158.jpg

Ardmore (Ian McLeod) - 18 years old, 1992/2011 - 18 ans - 48,6%
10F: 89/100


Ardmore 18 years old, 1992/2011

BT2012
Bouteille proposée par:
Dede
nr:
2012-10
Embouteilleur:
Ian McLeod
Age:
18 ans
Taux d'alcool:
48,6%
Collection:
Dun Bheagan
Détails bouteille:
distillation: 06-1992 embouteillage 2011
Brut de fût non filtré à froid
Barrels 5003&5008
/410 bouteilles
Cote moyenne
89/100
(88,90)
Classe de prix:

Back

Caribou

Couleur: or pâle
Nez: laisse apparaitre des notes de miel, de vanille et de poire. L'aération amène des notes fruités (pèche) et sucrées (type bonbons sucrés que l'on trouve en collier), une pointe de fumée.
Bouche: attaque assez franche sur l'alcool (beaucoup moins après un peu d'aération), puis viennent la vanille et les pèches ainsi qu'une pointe d'agrumes. La finale fait ressortir ces fruits ainsi qu'une légère note de vieux meuble mais bien fondue dans l'ensemble.

92/1002012

Jeep

N : Assez léger, délicat. Terreux, sous bois, champignons (truffe). Au bout de 30 minutes ça s’ouvre et en se retrouve propulser dans les bois, enfin, encore un peu plus : mousse, humus, champignon, écorce. Puis ça évolue sur un côté plus fermier. Vraiment bien.
B : Là encore, c’est plutôt léger (40-43% ?). Une fine tourbe et un voile de fumée. C’est délicat à défaut d’être complexe ou puissant.
F : Assez longue sur une tourbe terreuse

89/1002012

Piazzolla

Nez : allo ? ya quelqu’un ? Un peu trop sage à mon gout …. Du coup je n’ai pas grand-chose à raconter. Pourtant il semble bien y avoir une histoire là-dessous, mais le bougre ne se livre pas vraiment !
Bouche : ahhhh, là c’est beaucoup plus sympa. De la vanille, quelques épices et surtout un beau fruité (pèche et poire) qui glisse vers l’exotisme (mangue pas assez mure). On se fait plaisir là.
Finale : un peu trop courte …. Un peu de sel.
Conclusion : Le nez est trompeur car bien trop sage. La bouche est une bonne surprise. Au global une découverte sympa.

87/1002012

Mars

Nez : Fruité citronné, un peu sale, légère note de plastic qui disparait à l'aération. Ecorce d'orange séchée. Le nez est un peu timide.
Bouche : Très citronnée, amère, légèrement terreuse. Puissant au niveau des arômes mais pas de l'alcool. Après la timidité du nez, c'est une bonne surprise.
Finale : Fruitée, un peu sale avec de la tourbe terreuse par moment, exotique à d'autres moment. Puissant et un peu pimenté. La finale est moyenne voire longue.


87/1002012

Bpoujol

Robe or pâle.
Nez fruité, acidulé. Fumée en arrière plan. Très gourmand malgré la tourbe. Agrumes, vanille.
Bouche douce, mielleuse au départ puis la tourbe s'installe (tourbe sèche). Salée.
Finale assez longue, moyennement intense sur la fumée.

89/1002012

Amor57

Le premier nez est légèrement minéral (poussière de maison), puis herbacé avec une légère acidité du vinaigre de vin. Puis il évolue rapidement sur un discret pain d'épices, le malt puis le poisson frais, l'origan, le the fumé, les fruits blancs. Avec une bonne aération, la noisette devient dominante sur de rares fruits rouges (groseille, framboise) et des agrumes légèrement acidulés. En bouche l'attaque est nette et précise, sur les épices, puis la pierre, le malt et arrivent ensuite les fruits jaunes., le café la chicorée. Une jolie amertume décorée d'agrumes confits. La finale démarre sur les fruits jaunes et de rares herbes aromatiques. Elle se poursuit longuement sur une lente décroissance de la réglisse.
Une beau whisky, pas facile d'accès et donc il est nécessaire de prendre son temps pour le déguster.

90/1002012

Jean-Michel

Couleur : Or pâle
Nez : Jeune et fringant, mais ne se distingue pas par sa grande personnalité. De la pomme, de la poire, et des notes végétales (bac de pélargonium). Puis se fait plus crémeux, avec des notes de vanilles plus marquées. Rien d’indigent, mais rien d’exceptionnel non plus, comme beaucoup de ces jeunes Clynelish pré-adolescents.
Bouche : L’attaque est douce, vanillée, agréable. Biscuit de Savoie et pomme mûre. Puis cette petite chose sage et somme toute assez conventionnelle gagne en puissance. L’alcool, resté très sage au nez, donne à présent toute sa mesure (46% ?). S’enrichit de notes citriques, voire tartriques, et l’astringence qui va avec. Puis de très délicates notes exotiques accompagnées de très discrètes touches de fumée viennent apporter un très net regain d’intérêt à l’ensemble. La signature Ardmore 92 ?
Finale : Plutôt courte et propre pour ce qui est des arômes, elle est prolongée par la présence de cette élégante fumée.

88/1002012

Dagde

Nez : Le nez est un peu fuyant. Le miel paraît être la toile de fond. On découvre ensuite du fruit (type yaourt à la pêche avec un peu de mangue ), une pointe saline au milieu d'une végétation dense (sapin, menthe). L'eau donne l'impression d'avoir une mangue plus verte, de menthol et une touche de citron vert. Un nez frais et très plaisant mais qui manque d'envergure.

Bouche : Il existe par contre une belle puissance alliant miel, malt, mangue à peine mure, cassis, orange sanguine. Sans eau le malt domine les débats sans équivoque avec toujours ce filet végétal. L'eau atténue principalement le miel et donne une rondeur au malt (légèrement chocolaté).

Finale : Finit sur la malt légèrement arrondi par le miel salé. C'est par contre trop court (dispersion rapide du fruité).

88/1002012

PatGVA

Robe foin foncé
N : superbes plusieurs couches fruit blanc puis résines puis huileux précis ample côté pâtissier qui apparaît avec des notes de pains d'épice.
B : superbes bouche sur les agrumes belle amplitude puis résineux pâtissier et florale note de moka
F : courte mais explosive sur les agrumes la menthe

91/1002012

Dede

Couleur : Or
Nez : Légèrement alcooleux, il démarre immédiatement sur le fruité/fumé typique d'Ardmore. Beaucoup de fruits du verger (poires bien mûres, pommes rouges bien sucrées, pêches juteuses), de la vanille, une pointe d'acidité et un voile de fumée en fond. Les notes fermières sont par contre discrètes, même si présentes en toile de fond. L'eau atténue les vapeurs d'alcool, laissant plus de places aux parfums acides d'agrumes, mais aussi à des notes plus vertes (noyau d'abricot ou de pêche).
Bouche : La douceur de l'attaque est vite rattrapée par le piquant de l'alcool. Ce malt semble nécessiter un trait d'eau. On perçoit malgré tout un fruité dans la ligne de ce qui a été perçu au nez, un peu de fumée mais également une amertume nette et végétale. Avec de l'eau, c'est plus sympathique, même si le fruité est plus léger qu'espéré, avec un regain d'amertume.
Finale : Assez longue, marquée par une amertume végétale (thé vert).


88/1002012

Back

00524282_1300_158.jpg