Ce soir, c'était ...

Il y a mille et une façons de boire le whisky. Comment préférez-vous boire le votre?

Modérateur : Modérateurs

wisekycourse
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 3786
Inscription : 18 janv. 2016, 18:41

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par wisekycourse »

Ce soir c'était encore un Bruno Mangin en fût de Jurançon, celui à 50.68 et pas celui à 47!
Bon on dirait un bon écossais !!!
SimonOHA
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 1174
Inscription : 07 févr. 2020, 11:55

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par SimonOHA »

elskling a écrit : 18 mai 2022, 20:25 Tout dépend aussi du moment de ton entrée dans le monde du whisky.
Quelqu'un qui aurait commencé à acheter dans les 90's, ayant connu des Brora à 100e, n'en aurait déjà plus acheté dans les années 10's, où les releases coûtaient 400-500e, alors que le nouveau venu à cette époque intégrera forcément ce prix comme une sorte de "norme". Désormais, les mêmes Brora coûtent 2500-3000e, et j'imagine que les nouveaux venus ne peuvent que l'intégrer comme la "norme" tarifaire de ces bouteilles aujourd'hui.
Il est en définitive plus "dur" d'avoir commencé tôt (sauf si tu as tout acheté à l'époque et qu'il t'en reste assez)... :whistle:
C'est exactement ça. Perso, même si je le sais, j'essaye très fortement de ne pas me prendre la tête avec ça. Je ne vais pas être frustré de prix que je n'ai pas connu et que je ne connaitrais jamais. Les prix sont comme ça aujourd'hui, le marché est comme ça. Donc après c'est juste : est-ce que je trouve que c'est assez bon pour son prix/le prix que je suis prêt à mettre.
Mais bon, j'imagine que dans 10 ans, quand je verrais que ce que j'avais pour 200€ aujourd'hui en coutera 500€, j'aurais certainement les mêmes "réflexes".
Avatar de l’utilisateur
dede
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 11513
Inscription : 12 mars 2009, 16:34

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par dede »

Un Port Ellen ce soir, de chez Old Bothwell, C#7094 : https://www.whiskybase.com/whiskies/whi ... en-1979-ob

Le nez est typique, citronné et minéral, avec des notes de verveine et une tourbe fine, puis le malt fumé en arrière plan arrondit les angles. J'aime. La bouche est très puissante mais moins complexe, et la fraîcheur citronnée du nez se fait très discrète, laissant la minéralité et la tourbe s'exprimer sans retenue. La finale, longue, voit une pointe d'amertume réglissée s'inviter.

En bref, c'est très bon, mais pas au niveau d'autres PE de profil similaire (le 10th Release OB par exemple, qui est une des rares bouteille que je regrette d'avoir vendu). 90/100
Image
El Phaco, Master Experimental Blender's First Assistant
"I can resist anything but temptation."
"I have the simplest of tastes. I am always satisfied with the best."
O. Wilde

Bouteilles à échanger dans mon profil.
SimonOHA
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 1174
Inscription : 07 févr. 2020, 11:55

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par SimonOHA »

Teeling 1991 28yo : https://www.whiskybase.com/whiskies/whi ... 8-year-old

Nez dense, gras. Fruits tropicaux (banane et goyave). Raisin blanc et quelques fruits à pépins. Léger boisé derrière avec de délicats abricots secs. Ananas vanillé à l'aération.

Bouche explosive sur les fruits tropicaux : mangue, banane, ananas, fruits de la passion. Les couches se bousculent et s'entrechoquent en bouche. L'alcool est présent malgré la réduction. Raisins blancs dont le sucre est dilué dans du bois vanillé, vraiment pas écrasant du tout.

Finale sur de jolies épices iodées. Finale sur de jolies épices iodées. Une légère amertume de noix se développe au fur et à mesure des gorgées.

Bien que sans plus à mon goût, c'est vraiment bien fait, facile à boire et très bon, 90.

--

Irish 1990 27yo Acla da Fans : https://www.whiskybase.com/whiskies/whi ... y-1990-adf

Nez doux mais profond, évidemment tropical. Sur la mangue et l'ananas principalement. Citronné également avec de l'écorce d'orange. Un peu de poivre et de miel, mais surtout que du fruit.

Bouche huileuse en début de bouche, puis plus crémeuse ensuite à la salivation. Copie du nez avec du poivre et du bois plus présents.

Finale assez courte, légèrement astringente, sur du bois vanillé.

Un très bon irish, mais juste un très bon irish, 89.

--

Ireland 1990 27yo Maltbarn pour The Malt Clan : https://www.whiskybase.com/whiskies/whi ... d-1990-mba

Nez concentré et tropical, joli mélange de tous les fruits tropicaux. Un côté cuivré et métallique agréable. Un peu de colle et de poivre derrière, grains de moutarde.

Bouche très douce et beaucoup moins intense qu'au nez. Les fruits tropicaux sont là, mais légèrement éteints. Le poivre arrive en fin de bouche pour relever le tout avant la finale.

Finale étonnamment plus intense que la bouche, toujours le poivre, quelques notes de chocolat noir et un très léger pot-pourri dilué.

Un peu trop éteint à mon goût mais très sympathique à boire, 88.

--

Knappogue Castle 1994 27yo LMDW : https://www.whiskybase.com/whiskies/whi ... -1994-lmdw

Nez beaucoup moins tropical que ce que j'attendais. Dense et complexe sur la cannelle et la muscade, boisé bien chocolaté. Le fruité derrière fait penser à la chair blanche des fruits à pépins. Les tropiques arrivent à l'aération, mais beaucoup moins exubérant que pour certains autres irish : mangue et banane bien poivrée.

Bouche douce, les fruits tropicaux ne sont pas très nombreux mais très intenses : mangue et papaye. Miel vanillé, noisettes et chêne. Un poil trop d'alcool à mon goût.

Finale ananas rôti marié à la légère acidité de fruits de la passion. Effluves bien concentrés de chocolat noir.

L'ensemble est un peu court, mais très bon, 89.

--

Irish 1990 31yo Archives : https://www.whiskybase.com/whiskies/whi ... h-1990-arc

Nez puissant, gras et métallique, puis assez vite à l'ouverture sur le solvant. En fait, en fermant les yeux, on dirait vraiment un Hampden. Très fort sur la banane rôtie dans du vernis. Quelques notes boisées derrière de bois vert, mais il faut aller les chercher. Herbe grasse.

Bouche douce au départ, plutôt crémeuse qui devient explosive à la salivation. Les épices viennent donner un coup sec dans le palais avant que tous les fruits tropicaux viennent s'écraser en fin de bouche.

Finale très longue et intense sur les fruits tropicaux brûlés. Effluves d'un bois imbibé de rhum jamaïcain.

Assez peu civilisé, faussement complexe à mon goût, puissant, gourmand, excellent, 90.
cthulhu
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 3676
Inscription : 14 sept. 2011, 11:39

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par cthulhu »

Je ne sais pas si c'est parce que ce n'est pas ton profil, mais je trouve tes notes tres blasees.
"Une des rares choses qui procurent plus de satisfaction que goûter un grand whisky, c'est goûter un grand whisky que personne d'autre n'a goûté."

http://theoldmanofhuy.blogspot.com/
Like on facebook
canis lupus
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 19095
Inscription : 19 janv. 2008, 00:49

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par canis lupus »

cthulhu a écrit : 21 mai 2022, 09:50 Je ne sais pas si c'est parce que ce n'est pas ton profil, mais je trouve tes notes tres blasees.
:roll
Image

Image

Ma whisky liste

Je mange trop gras, trop sucré, trop salé, mais qu'est-ce que je me régale !
Avatar de l’utilisateur
juju cassoulet
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 5868
Inscription : 28 juin 2015, 22:59

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par juju cassoulet »

En tout cas, ca fait déja une personne qui a pu mettre la main sur le dernier Irish Archives
cthulhu a écrit : 21 mai 2022, 09:50 Je ne sais pas si c'est parce que ce n'est pas ton profil, mais je trouve tes notes tres blasees.
Ca ne m'étonne pas, on est sur des profils intéressants avec sur le papier tout ce qu'il faut, mais sans être des tueries.
Vendues déja trop cher pour certaines, ou rendues impossibles à avoir.

Ca n'en reste pas moins une sélection de malt de haute qualité. La soirée a du être agréable :obscene-drinkingcheers:
Je crois que j'ai fais le tour du sujet
Image
Vente viewtopic.php?f=1&t=20558
SimonOHA
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 1174
Inscription : 07 févr. 2020, 11:55

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par SimonOHA »

cthulhu a écrit : 21 mai 2022, 09:50 Je ne sais pas si c'est parce que ce n'est pas ton profil, mais je trouve tes notes tres blasees.
J'aurais dit "justes" pour ma part haha. Justes dans ma subjectivité.
canis lupus a écrit : 21 mai 2022, 12:02 :roll
?
juju cassoulet a écrit : 21 mai 2022, 14:15 Ca ne m'étonne pas, on est sur des profils intéressants avec sur le papier tout ce qu'il faut, mais sans être des tueries.
Vendues déja trop cher pour certaines, ou rendues impossibles à avoir.

Ca n'en reste pas moins une sélection de malt de haute qualité. La soirée a du être agréable :obscene-drinkingcheers:
Bah oui clairement, c'était très bon dans l'absolu. Quand les notes sont entre 88 et 90, c'est que c'est bon quand même et que la soirée est réussie.
J'admets que j'attendais plus sur le Teeling, sur le Knappogue et le Archives mais finalement bah... C'était "juste" très bon, sans le petit plus qui t'emmène ça plus haut. Mon goût et mon avis bien sûr, des gros dégustateurs ont mieux noté que moi.
Et ensuite y'a le rapport qualité/prix/plaisir. 450€ prix de sortie pour le Archives, bah jamais me concernant une fois que je l'ai goûté.
Avatar de l’utilisateur
dede
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 11513
Inscription : 12 mars 2009, 16:34

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par dede »

Ce Bowmore 1973 : https://www.whiskybase.com/whiskies/whi ... wmore-1973

Comme je l'indique sur WB, je me demande s'il n'y a pas eu plusieurs batches. Je lis beaucoup de gens se plaignant de notes florales envahissantes en bouche, je n'en trouve aucune trace dans mon sample, et il n'y en avait pas dans le sample précédent (j'en ai eu deux).

Pour moi c'est du tout bon, un malt à la tourbe fine et old school, joliment exotique avec des notes tertiaires et de beaux agrumes qui ajoutent de la complexité. La bouche n'est pas du tout aqueuse malgré les seulement 43%. Seule la finale pèche un peu par son manque de longueur. 92/100
Image
El Phaco, Master Experimental Blender's First Assistant
"I can resist anything but temptation."
"I have the simplest of tastes. I am always satisfied with the best."
O. Wilde

Bouteilles à échanger dans mon profil.
Brieuc
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 1105
Inscription : 27 nov. 2015, 20:59

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par Brieuc »

Deux dernières dégustations comme d'habitude extrêmement sympathiques en bonne compagnie et organisées par notre inénarrable monstre des mers.

Deux séries de cinq drams triés sur le volets, avec une grande diversité de profils proposés, le tout à l'aveugle bien évidemment : c'est l'heure de se ridiculiser !


5.1 Une touche initiale d'alcool au nez laisse rapidement place à un joli fruité fondu, difficilement définissable mais très réconfortant, avec de légers côtés exotiques ou confits. On reste sur un profil feel good avec le cake quatre-quarts qui arrive. L'entrée en bouche est superbe, quel toucher, quelle texture ! C'est crémeux à souhait, on n'a ni alcool ni boisé, et aromatiquement on reste sur du très simple mais très bon : un peu de mangue, un peu de quatre quarts, de crème anglaise, un peu d'épices typées bourbon quand même : curry, gingembre. Simple pleasures, très bon starter. Je tente un ancien Glen Grant (dist. 80's) vers 18 ans, vers 49%. Le reveal d'un dram à 40% me surprend grandement, on a beaucoup plus de présence que ça ! Clairement les dilutions d'antan ne sont plus celles d'aujourd'hui, quel était leur secret ? 88
Coleburn 1965 GM
https://www.whiskybase.com/whiskies/whisky/8732/1965-gm


5.2 Le premier nez est à fond sur le new make de type très fruité avec rapidement un côté jeune Irish qui saute au nez, sur la banane Haribo, la poire, le yaourt type Oikos, la madeleine. Vraiment ça fait jeune Irish à en mettre sa main à couper. La bouche est une petite douceur, ça se boit comme du petit lait, ça fait moins new make qu'au nez, on est entre le Limoncello et le Baileys, sans que ça ressemble au mix improbable des deux. Un côté légèrement farineux/sucre glace apparait ensuite. Peu complexe mais très cohérent et indubitablement agréable, un crowd-pleaser dans ce style. Je reste sur un jeune Irlandais. Content du reveal, voilà une "coche" en plus à mon actif pour une de mes distilleries favorites, qui propose ici une de ses versions les plus "évidemment" fruitées (limoncello). 87
Bladnoch 10yo Flora & Fauna
https://www.whiskybase.com/whiskies/whi ... 0-year-old


5.3 On change totalement de registre, ça part dans tous les sens et sur des terrains plus atypiques, moins facilement lisibles du premier abord. Poulet à l'indienne, cumin, spéculoos, poire, soufre, éther, purin ... je vous avais prévenu, on ne sait où donner de la tête. C'est complexe, très atypique, et dégage un sentiment assez "roots", sans compromis. La puissance alcoolique est clairement supérieure aux deux autres. La bouche propose en effet un joli crescendo en puissance maitrisée, sur l'huile d'amande amère puis rapidement les agrumes, le pomelo, la bergamote, la terre aride, le gingembre (ginger beer même), les épices douces. Finit très malté puis arrières-goûts multiples, longs et à nouveau complexes sur le champignon cru, la croûte de Munster, bref ça n'en finit pas de proposer de multiples chemins. Il faut néanmoins admettre que le tout manque sans doute de cohérence pour l'instant, mais le potentiel de complexité est manifeste. Très curieux de voir ce que ça donnera plus tard, car on est tous d'accord pour dire que c'est jeune. J'ai bien du mal à deviner. Je note éventuellement un très bon Bunnahabhain entre deux âges, peu influencé par son fût, sans trop y croire. Quand notre hôte nous donne l'indice que c'est triple distillé, je n'hésite pas à rapidement proposer Hazelburn, qui me semble être la seule piste parmi ceux-là pour proposer un tel profil. Ça fait mouche. 88
Hazelburn DPS 2008/2018 Warehouse 15 rotation 4, Bourbon wood, 59.9%


5.4 On change à nouveau de registre, cette fois-ci on part directement sur l'oignon jeune, la ciboulette, c'est herbacé, vif, printannier et assez "culinaire". Un rien de citron vert, la discrétion se défile très lentement pour aller sur l'eau de cologne, le vétiver, le concombre, c'est bien agréable. Entrée assez soft puis beau crescendo de puissance, sur une belle fraicheur maltée et herbeuse mais sans grande définition supplémentaire pour moi. Incapable de deviner plus que cela, je pense à un jeune Lowlander vers 55%. 86-87
Glen Scotia b1988 12yo 54% AG&C
https://www.whiskybase.com/whiskies/whi ... ar-old-agc


5.5 Et là on finit sur le clou du spectacle, dès le premier coup de nez on sait qu'on a notre maitre de cérémonie. Premier mot sur la feuille : Splendide. On est sur la cire pommadée, la vieille église, l'encens, quelques touches industrielles terriblement complexes et crapuleuses, le fruit exotique surmûri (durian), l'ail confit, l'huile de moteur, la purée de fruits exotiques encore, mangue trop mûre, cherimoya, purin, vieilles pièces de monnaie frottées, cannelle, baume du tigre, bon allez je vais arrêter, non allez encore un peu, camphre, fraise des bois, tamales peruanos, paraffine chaude, rose, allez maintenant stop. Des nez comme ça, on n'en fait plus. A ce stade on tutoie les sommets, et je pronostique un Longmorn 1972 après avoir noté qu'il existait des ressemblances (mais également des différences) avec le Strathisla 1965 Bicentenary récemment dégusté en similaire compagnie. La bouche met un gros uppercut, la charge alcoolique à l'entrée est massive, sans compromis, ça vous chope par le col. Il faut faire face et rester digne pour ensuite découvrir une très belle restitution de l'aromatique initiale avec le camphre, l'huile de moteur, la fraise, la touche de rose, la texture se fait de plus en plus glycérinée et passé l'orage de l'alcool on prend vraiment son pied. La finale est longuissime, quand même boisée à ce stade (mais dans les limites de l'acceptable pour moi), sur le camphre et l'Earl Grey. Je reste donc sur un Longmorn 1972 vers 60% en ayant souhaité une intégration alcoolique légèrement meilleure et une touche de bois en moins dans la finale pour être totalement au septième ciel. Très grand dram néanmoins, fortement sous-côté sur WB (comme la majorité des drams d'aujourd'hui). 92
Strathisla 1972 24yo GM 62.6%
https://www.whiskybase.com/whiskies/whi ... 96/1972-gm
Dernière modification par Brieuc le 21 juin 2022, 15:31, modifié 1 fois.
Brieuc
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 1105
Inscription : 27 nov. 2015, 20:59

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par Brieuc »

On passe à la deuxième série, qu'on espère tout aussi éclectique et qualitative !

6.1 On est sur des produits dérivés du riz initialement, comme la tarte au riz, avec une franche touche boisée et un fruit acidulé assez peu définissable au premier coup de nez, qu'on place ensuite sur la mandarine. La bouche est sympa, pas très puissante, on a une légère impression de creux à l'entrée mais ensuite on se retape sur le bois et les agrumes. Finale plutôt dominée par une légère amertume boisée. On sent un profil délicat qui s'essouffle légèrement, et dont les épaules ne peuvent plus tout à fait faire face au boisée légèrement dominant. Sympa tout de même. Ressemble à un Inchgower dégusté il y a une paire d'années, mais je ne m'aventure pas plus loin. 84-85
Glen Mhor 8yo
https://www.whiskybase.com/whiskies/whi ... ear-old-gm


6.2 On change d'univers, le nez est d'une exubérance totale, presque putassier. On est sur une explosion de banane trop mûre, direction les tropiques en un clin d'oeil. Banana bread très très marqué, c'en serait presque la version liquide. Autres fruits exotiques doucereux voire légèrement frelatés comme cherimoya, pitaya. Un comparse fait remarquer de façon extrêmement pertinente que ces aspects évoquent clairement certains rhums, et il a totalement raison. J'irais même plus loin, ça évoque le rhum arrangé, voire le punch. Un truc antillais joyeux, presque un peu trop facile, mais on ne boude pas son plaisir. La bouche est délicieuse, c'est d'une honteuse facilité, c'est du sirop de banane qui coue comme une caresse, la pèche arrive aussi. On n'est pas dans la subtilité mais dans son registre c'est une petite dinguerie. Très difficile de pronostiquer quoi que ce soit, certains aspects pourraient évoquer un Irlandais mais quelque chose dans la texture, dans le côté presque chimique des goûts et dans le relatif manque de fraicheur me donne la certitude que ça n'en est pas. Je finis par suggérer que je ne serais pas étonner que ce soit du grain, ou en partie du grain, mais de très bonne facture et dans un fût très actif. Le côté punch / rhum / noix de coco par moments m'y fait en effet penser. On tombe tous de notre chaise au moment du reveal ! Un bonheur de goûter ça à l'aveugle parce que je peux vous dire que sur des trucs pareils il est tellement plus jouissif de pouvoir laisser ses préjugés au vestiaire ! 88-89
Grand Royal Special Reserve, Blend
https://www.whiskybase.com/whiskies/whi ... al-reserve


6.3 Est-ce la loi des séries ou est-ce une fixette psychorigide qui me gagne, mais à nouveau je suis très rapidement convaincu qu'on est en face d'un grain, ou à tout le moins de quelque chose qui en contient. C'est limpide : sésame, vernis, acétone, légère sensation de "creux central", fraicheur et aromatique d'un boisé présent mais de belle qualité, tous les critères sont là. Le fruité arrive timidement, sur la fraise. Pour le nez, on en restera là ; en bouche en revanche, petite tuerie ! L'alcool est vraiment joyeux, il remplit son rôle à merveille, portant le profil à son optimum d'expressivité sans jamais s'imposer pour lui-même. L'équilibre est absolument superbe entre le citron vert, les huiles essentielles évoquant les pins et l'eucalyptus, très grande impression de fraicheur. Je parie donc sur un excellent vieux grain en admettant que certaines notes me rappellent une version un peu moins expressive de l'exceptionnel Caledonian "The Cally" 40yo. Pour cette raison je proposerai un vieux Caledonian des 70's, en précisant "en tout cas c'est pas Invergordon" : encore loupé une occasion de la fermer ! :clap: Bref, très très bon, du grain comme ça on en veut bien tous les jours. Si le nez était plus expressif, on irait au-delà encore. 90
Invergordon 1972-2009 Carn Mor, 46.6%
https://www.whiskybase.com/whiskies/whi ... /1972-mmck


6.4 On change à nouveau radicalement de secteur. Le nez est intialement peu lisible, assez fort en alcool, mais les choses s'améliorent rapidement. Un côté huile de noisette très très net, puis des notes butyriques et acidulées. C'est très changeant, certains aspects ne restant en place que quelques secondes. Chewing-gum fraise, quelques notes industrielles, cette combinaison atypique mais très efficace me fait faire un parallèle avec Glenisla à ce stade. La bouche rebat les cartes complètement, j'y vois plus clair. La charge alcoolique est intense, mais maitrisée d'après moi : on a quand même un joli crescendo progressif. L'aromatique est beaucoup plus posée et lisible, et autant le dire, c'est franchement très bon et ça me rappelle très nettement des territoires connus. Agrumes vifs, angélique et aspérule, chlore, ça file droit, c'est tendu comme un arc. L'ajout d'un peu d'eau va faire passer la bouche et la finale de très bonnes à franchement excellentes avec de la citronnelle, de la térébenthine, un superbe bouquet de fleurs printannières en bouche avec des notes de grand Sancerre, et enfin une finale absolument inimitable sur une empreinte calcaire MASSIVE et du thé vert au jasmin. Ces deux dernières notes sont pour moi inimitables, je suis de plus en plus sûr de ma proposition après avoir rapidement évoqué que certains jeunes Springbank très peu boisés peuvent y faire penser. Mais non, cette finale ne laisse pas de place au doute, c'est un Bladnoch. Si c'en est pas un, je risque de perdre toutes mes certitudes. Mais on dirait que je vais pouvoir dormir tranquille ! :mrgreen: :mrgreen: ,smo 90
Bladnoch 1990-2011 Carn Mor, 60.6%
https://www.whiskybase.com/whiskies/whi ... /1990-mmck


6.5 A nouveau, virage à 180°. C'est joli, un peu soufré, très rapidement sur un terrain gras et résolument old-school : diverses huiles viennent se mélanger aux oléagineux (cacahuète, noix du Brésil) et au chicken soup, le chef vous proposant ensuite un dessert à base de pain d'épices et d'anis étoilé. La bouche poursuit ces impressions, c'est gras, salin, viandeux, un peu crasseux, assez riche en alcool, forestier, sur de belles épices. C'est indubitablement bien voire très bien fait - et tout à fait cohérent dans sa proposition -, mais à titre purement subjectif ça ne me fait pas vibrer plus que cela. Cela m'évoque Mortlach pour certains côtés, Benromach pour d'autres. Sans surprise, ce ne sera ni l'un ni l'autre, mais bien un grand classique ! 88
Linkwook 1975-2002 Rare Malts, 56.1%
https://www.whiskybase.com/whiskies/whisky/351/1975


Encore un très, très grand merci à notre hôte virtuel du jour pour cette superbe sélection. Super moment passé !
cthulhu
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 3676
Inscription : 14 sept. 2011, 11:39

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par cthulhu »

Un enthousiasme qui fait plaisir a lire, entk. :)
"Une des rares choses qui procurent plus de satisfaction que goûter un grand whisky, c'est goûter un grand whisky que personne d'autre n'a goûté."

http://theoldmanofhuy.blogspot.com/
Like on facebook
SimonOHA
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 1174
Inscription : 07 févr. 2020, 11:55

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par SimonOHA »

Glentauchers 2014 6yo EVCW : https://www.whiskybase.com/whiskies/whi ... -2014-evwc

Très joli nez sur la noisette et le beurre sur de la brioche chaude. C'est gourmand, chocolaté. À l'aération il y a un côté rancio, rivesaltes même, une petite sucrosité qui aurait pu me faire croire à un fût de vin à l'aveugle. L'ensemble reste bien frais. Gros sherry mais en plus sucré qu'habituellement.

Bouche flatteuse et ultra gourmande. Très chocolaté, très boisé, très sur les fruits secs. On oublie totalement que le jus est très jeune, on ne sent que du fût, très sherry, mais dans le bon sens du terme. Par contre ce côté madérisé, porto/rivesaltes est très présent. Vinaigre balsamique sucré.

La finale est boisée sur les noisettes grillées, le chocolat devient amer lorsque les effluves meurent au fond de la gorge.

Une gourmandise qui se boit toute seule. Excellent daily dram, 89.

--

Hellyers Road 18yo embouteillé pour The Nectar : https://www.whiskybase.com/whiskies/whi ... 8-year-old

Nez surprenant sur l'huile de noix et d'olive. Encore ce côté noisette et riesling. Acidulé comme des groseilles. On sent qu'il y a des fruits tropicaux mais bien cachés derrière tout ce citron ! Très herbacé sur des feuilles de laurier. Bien austère en fin de nez, mais dans le bon sens.

Bouche excellente qui part dans tous les sens. Sur la céréale pourrie vanillée d'un côté, les fruits rouges acidulés de l'autre. De la banane beaucoup trop mure. De l'huile de noisettes.

Finale intense et longue sur la céréale maltée, légèrement amère, légèrement astringente, très belle austérité. Chocolat au lait bien dilué. Lait ribot.

Profil atypique, mais vraiment très bon. Bien complexe, très belle typicité du distillat. Succulent, 91.

--

Balcones NAS The Book Edition : https://www.whiskybase.com/whiskies/whi ... ok-edition

Nez puissant sur les fruits noirs, bien épicé également sur la cannelle et le poivre (avec un soupçon de girofle et muscade). Cacao. Solvant.

Bouche massive, vraiment puissante mais d'une incroyable intensité aromatique. Du pur jus de cerises noires (décidément, la marque de fabrique de la distillerie ?). Néanmoins le boisé est vraiment très sec et les épices assèchent aussi, c'est dommage.

Finale longue, chaude, toujours d'une belle intensité aromatique sur la cerise et les fruits à noyaux, le chocolat, le poussière sucrée.

Pique un poil trop d'alcool pour être parfait, mais quels arômes, 89.
canis lupus
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 19095
Inscription : 19 janv. 2008, 00:49

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par canis lupus »

Il y a quelques jours, retour sur l'un de es derniers sets dégustés:
- Indiana Bourbon LGA Birds Série 6yo 52.6%, 2015 - 2021, 120 bottles
- Bunnahabhain SV U-CF Collection 13yo 56.9%, 12/03/08 - 12/08/21, First Fill Sherry Hogshead #1172, bottle 54/302
- Ben Bracken Clydesdale 18yo 43%, code L2213G2 21:20, pour LIDL
- Cognac Jean-Luc Pasquet Lot 68-72 58.9%, Fin Bois, 10/2021, pour LGA

Pas de commentaires sur ceux-ci, car je suis un peu passé à côté, mis à par le bourbon qui fait clairement le job.

Et là maintenant, ouverture de mes derniers jouets:

- Ardnamurchan AD 10.21:06 46.8%: Le nez est frais, ciselé. La tourbe est très légère, pure, cristalline. Devient végétal, mentholé, avec un peu de caramel et de vanille. Un peu d'angélique confite. Un peu de foin. Très très loin derrière, peut-être un peu fermier. La bouche est dans le prolongement. Dilution parfaite. La finale amène un peu de poivre, mais dosé juste ce qu'il faut. Plutôt poivre blanc. Ça rappelle un peu Talisker.
Ça confirme tout le bien que je pense de cette distillerie. Je crois que c'est 4ème ou 5ème que je goute, et c'est un sans faute.

- Ardnamurchan AD/02.22 58.7%: On est vraiment très proche du précédent, mais en plus poussé. En fait, il est encore plus pur et cristallin. Avec l'alcool qui chatouille un peu les narines. La bouche est dans le prolongement, mais contrairement à ce que le nez pouvait faire craindre, l'alcool est intégré à la perfection, c'est gras et moelleux. Ce n'est que dans la finale que l'alcool est, un peu, perceptible. Et là, on est plutôt sur le poivre vert.

- Amrut Spectrum 004 50%, bottled 01/09/21: Etonnamment, la robe a des reflets presque rosés alors qu'il n'y a pas de fut de porto dans son process de vieillissement. Le nez est très gourmand, généreux, porté sur les fruits rouges compotés, confiturés. D'infimes notes de caoutchouc. C’est pâtissier, sur la tarte aux prunes rouges, sur le clafouti aux cerises. Pas vraiment de café, mais le côté corsé du café. Indéniablement très sherry, mais pas sherry monster. C'est adouci, allégé, équilibré par les autres types de fut. La bouche est dans le prolongement, aussi gourmande, et peut-être plus complexe encore, avec plein de choses que je n'arrive pas encore à identifier à ce stade d'ouverture. L'alcool est très bien intégré. La finale amène de l'âcreté caoutchouteuse. Un peu trop, je pense, ça gâche un peu l’ensemble.
Mise à part la note un peu déséquilibrée en finale, c'est très chouette, gourmand et généreux. J'aime franchement bien. Et quand on sait le potentiel de développement des sherry cask avec le temps après ouverture ...

- Glenglassaugh 10yo 57.9%, 09/09/09 - 2020, Sherry Puncheon #957, bottle 640/685: Le nez est surprenant, avec des notes café oublié sur le feu et trop sucré. Ça sent aussi la crème de Paris-Brest. Du pralin, donc, mais adouci. De la crème à la vanille,et de la fève tonka, aussi. C'est très pâtissier en fait, et l'idée du Paris -Brest s'impose un peu plus. La bouche et la finale sont dans le parfait prolongement, avec toujours cette impression de mousse au café et au pralin.
C'est presque monolithique, c'est gourmand, mais ça réussit à être assez équilibré pour ne pas être écœurant. Ah tiens, ça rappelle aussi un peu le Baileys, mais en bien moins liquoreux.

- Lowland Elixir SMOS Reserve Casks Parcel n°7 13yo 48%, 2007 - 2021, 3 Casks: Le nez est très fermé. C'est très très léger, je n’arrive pas à le définir. Et pourtant, ça dégage une impression positive. Un côté savoureux, réconfortant. Ça m'évoque une sensation d'umami. La bouche ne m'éclaire pas plus, mais elle semble à la fois surdiluée et alcooleuse. La finale ne raconte rien de plus.
C'est pas si courant de tomber sur un lowland de nos jours, même en IB. Je me réjouissais à l'avance de découvrir ce genre de profil, mais là, ça manque par trop d'expressivité pour moi. Et du coup, je parierais pour un Auchentoshan.

- Ledaig SV Artiste Collective #4.4 13yo 48%, 2007, 2 Refill Sherry Butts, pour LMDW: De la tourbe évidemment. Un peu de souffre aussi. Des fruits secs, noix, noix de pécan, noix de cajou. Un peu d'âcreté végétale. Du foin.Un peu de caoutchouc aussi. La bouche est dans le prolongement, mais envahie d'une tourbe grasse. La fin ale est dans le prolongement et vire aux herbes de Provence.
Décidément, autant j'ai souvent trouvé mon bonheur dans les Ledaig des 90's, autant dans ceux des années 2000, ça ne marche pas pour moi.

- Redbreast 17yo 59.5%, 2001, French Connection (sample): On démarre sur de belles notes de bois précieux. De la gelée de coings. Des nèfles. Puis ça se développe sur les fruits rouges compotés, confiturés. Confiture de pétales de roses, Et ces notes de bois précieux qui reviennent magnifiées. La rondeur typique des irishs aussi. De l'orange sanguine. Tilleul. Thé noir aux fruits rouges. La bouche et la finale sont dans le prolongement, mais on glisse clairement sur la cerise à l'eau de vie. Le noyaux.
C'est joli, quoiqu'assez surprenant pour un Irish. Le sherry cask a prit beaucoup de place, mais sans écraser la douceur typique des irishs. Et étonnamment, ça n'est pas vraiment gourmand. Il y a une certaine austérité qui le maintient. J'aime bien, mais c'est pas ce que j'ai goûté de mieux en irish, même en Redbreast OB. Et surtout, ça ne vaut pas les plus de 400€ demandés sur le net. A 200€, par contre, c'était un achat direct.

- Glen Garioch Adelphi 18yo 56.3%, 1998 - 2016, cask #3741, 208 bottles: Et paf, bingo, un Glen Garioch à la fraise, comme les meilleurs d'entre eux. De la fraise fraiche, mais aussi avec du sucre et du kirsch comme les servait ma grand mère paternelle. De la tarte aux fraise avec une pâte sablée. De la feuille et de la tige de fraisier. Liqueur de fraise. Quelques feuilles de menthe. De jolies pointes de sel aussi. Put-être même d'infimes notes de cuir. En bouche, c'est un peu moins gourmand, avec un poil d'alcool, mais dans le même esprit. Idem pour la finale qui amène toutefois de l'amertume, de l'âcreté et même un peu d'astringence.
Un très joli malt, digne des plus grands Glen Garioch, proportionnellement à son age, avec cette typicité sur la fraise. Ca faisait longtemps que je le lorgnais sur le site de LGA sans oser franchir le pas. Et là, je ne regrette pas, ça vaut largement son prix. Mais pas de bol, il semblerait que j'ai choppé la dernière bouteille..

Au bilan, cette commande auprès de LGA s'avère satisfaisante. SI seulement tous mes achats avaient été de ce niveau depuis que je m'intéresse au whisky, je serais comblé.
Certes, le Lowland n'est pas (encore ?) très causant, le Ledaig est trop lourd, trop gras, mais pour le reste, c'est bien joué.

Plutôt content le Canis, sur ce coup-là.
Image

Image

Ma whisky liste

Je mange trop gras, trop sucré, trop salé, mais qu'est-ce que je me régale !
cthulhu
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 3676
Inscription : 14 sept. 2011, 11:39

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par cthulhu »

Pour feter le depart d'un couple de voisins qui vont naviguer pendant plusieurs mois, nous avons trace une partie de leur parcours sous forme maltee.
- Clydeside 3yo Stobcross (46%, OB, b.2021, CBSCS 09845)
- Tobermory (40%, OB ceramic decanter, b.1980s)
- Ardnamurchan 5yo 2015/2020 (46.8%, OB, 65% Bourbon & 35% PX & Oloroso Sherry Casks, B#AD/09.20:01, 15978b, b#13122)
- Longrow d.2007 (57.3%, cask sample, Sauternes Hogshead, C#697 229)

Eh ben, c'etait tres chouette.
"Une des rares choses qui procurent plus de satisfaction que goûter un grand whisky, c'est goûter un grand whisky que personne d'autre n'a goûté."

http://theoldmanofhuy.blogspot.com/
Like on facebook
Répondre

Revenir à « Le whisky, c'est fait pour être bu. Comment buvez-vous le vôtre? »