Ce soir, c'était ...

Il y a mille et une façons de boire le whisky. Comment préférez-vous boire le votre?

Modérateur : Modérateurs

steve_pinkcity
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 1720
Inscription : 08 avr. 2014, 11:21

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par steve_pinkcity »

Le chorizo est juste une tuerie. Et moi non plus je n'aimais pourtant pas ça... ;-)


A+,
Stève (écrit depuis mobile)
Savoureur
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 4679
Inscription : 15 mai 2007, 14:02

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par Savoureur »

Une bien belle soirée :obscene-drinkingcheers:
LsR a écrit :Pour en revenir aux salons, j'ai fait 3 Whisky Live et, même si ca a un peu évoluer entre le premier et le dernier, j'ai eu de vrais surprises en regoutant des whiskies testés en fin de salon que j'avais trouvé pas du tout intéressant ! )) Après, c'est peut-être juste une histoire d'expérience... Je sortirai ce sujet dans 5-10 ans ;-)
Les grands whiskys restent des grands whiskys.
Un whisky que je n'ai pas trouvé intéressant du tout en fin de salon n'est jamais devenu un grand whisky pour moi en regoutant au calme (trouvé certes plus de fines notes mais jamais au point de changer d'univers).
Et surtout, le plus important c'est de prendre du plaisir. Et le plaisir de partager avec des copains est pour moi bien plus important que de trouver la fine note de la banane mi-mûre poussant sur les falaises sud de la caverne d'Ali Baba .
Avatar de l’utilisateur
amaury
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 1495
Inscription : 03 mai 2013, 18:53

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par amaury »

J'ai toujours eu cette optique moi-aussi. Il faut toujours faire attention à ne pas être influencé (même sans s'en rendre compte). Ils suffit que plusieurs personnes en parle pour que l'on ai l'impression de passer à côté de quelque chose et que lorsqu'on le regoute on le trouve mieux. La première impression est très souvent la bonne! Il faut accepter de passer à côté de certaines choses, il y en a de toute façon presque déjà trop .
Avatar de l’utilisateur
Steph2A
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 691
Inscription : 10 janv. 2015, 10:49

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par Steph2A »

LsR a écrit : La question n'était pas tant sur la quantité d'alcool bue au total mais sur la capacité du nez et des papilles à pouvoir apprécier correctement les derniers whiskies (surtout quand on voit les whiskies que vous avez dégusté en fin de soirée). Est-ce que l'accumulation de whiskies ne fait pas que, au bout d'un moment, il y a un risque de mélanger ou confondre les sensations ? De même, est-ce qu'on a la même appréciation d'un même whisky à 20h qu'à 3h du matin ? est-ce que la fatigue ne rentre pas en jeu ?
Attention, je ne cherches pas à juger ta soirée et ton line-up, Steph2A ! Je cherches à comprendre la démarche et à prendre votre expérience :)
Alors en effet, la fatigue rentre en jeu, disons que pour moi, 8h de dégust, c'est la limite. On aurait d'ailleurs pu prolonger jusqu'au petit matin, on avait encore des munitions, mais en effet, il y a un stade où papilles et capacités sont saturées. Mais comme l'a dit Canis, le fait d'être en bonne compagnie, avec un ami qu'on n'a pas l'occasion de voir souvent, et d'échanger sur le whisky permet vraiment de palier nos propres petites défaillances.
C'est aussi pour ça que j'ai gardé les whiskies les plus "puissants" (je ne parle pas de degré d'alcool, parce qu'après tout celui-ci ne signifie pas grand chose, tant certains à 60% sont doux quand des 50%, voire moins, peuvent vous passer la bouche au chalumeau) pour la fin. Leur force et richesse aromatique est suffisante pour revigorer papilles et attention.
Bien sûr, à ce moment de la soirée, on est plus dans le partage et le plaisir d'apprécier un excellent dram que dans l'analyse pure. Mais peu importe, le whisky, c'est d'abord du plaisir. Et oui, on peut en enchaîner une petite vingtaine sans passer à côté d'une tuerie.
Je dirais même, perso, qu'après 6-8 drams, j'ai trouvé mon rythme de croisière, je suis "affûté" :lol:
Après, à savoir si on a la même appréciation d'un whisky à tel ou tel moment de la dégust, non bien sûr. En fait, on a jamais tout à fait la même appréciation d'un whisky selon le moment, le contexte. C'est aussi là tout l'intérêt. Mais peu importe pourvu qu'on l'ai apprécié, non ?
Après oui, si on veut analyser en mode "expert", il ne faut peut-être pas dépasser les +/- 6 drams. Mais même en réunissant toutes les conditions optimales, rien ne dit qu'on ne passera pas à côté de certaines facettes d'un whisky.
Encore une fois, tant pis pourvu que le plaisir soit au rendez-vous. Et avec une bombe du niveau de ce Springbank 1970 par exemple, on prend son pied, et il faudrait vraiment avoir le nez bouché et sortir d'un repas mexicain la bouche en fusion pour "passer à côté" tant il est immédiat.
C'est un peu comme avec un grand morceau de musique, un chef d'oeuvre du 7e art ou un livre d'un grand auteur et que dès les premiers instants tu te dis : "Wahou, ça va être énorme !" et que tu te laisse complètement porter par l'expérience. Le reste, c'est du blabla.
Piksi
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 633
Inscription : 26 nov. 2011, 17:29

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par Piksi »

Suis d'accord sur la partie plaisir.

Décrire les arômes n'a pas forcement une grosse valeur ajoutée. On a tous un référentiel différent pour les arômes.
Je connais un gars qui voit de la réglisse partout sauf qu'en y'en a :lol: .

Pour le mode de degust, y'a des whisky qui sont excellents seuls mais a chier dans une/un soiree/salon ou l'on s'enfile une quarantaine de whisky.
Image
LsR
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 918
Inscription : 04 janv. 2016, 16:48

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par LsR »

Steph2A a écrit :Bien sûr, à ce moment de la soirée, on est plus dans le partage et le plaisir d'apprécier un excellent dram que dans l'analyse pure. Mais peu importe, le whisky, c'est d'abord du plaisir. Et oui, on peut en enchaîner une petite vingtaine sans passer à côté d'une tuerie.
Ok, je comprends tout à fait. Le but est moins de faire attention à la saveur qui arrive en vingtaine position que de partager et profiter de ce whisky, quelqu'il soit, avec les amis avec les quelles tu a choisi de le partager.
C'est plus profiter du moment que de juger le verre en mode "expert" comme tu dis.
Bon, vu la longueur de la soirée, j'en déduis que tu as bien profité ! :obscene-drinkingbuddies:
Image
Avatar de l’utilisateur
ZuZu
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 502
Inscription : 06 avr. 2011, 20:24

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par ZuZu »

Steph2A a écrit : Encore une fois, tant pis pourvu que le plaisir soit au rendez-vous. Et avec une bombe du niveau de ce Springbank 1970 par exemple, on prend son pied, et il faudrait vraiment avoir le nez bouché et sortir d'un repas mexicain la bouche en fusion pour "passer à côté" tant il est immédiat.
C'est un peu comme avec un grand morceau de musique, un chef d'oeuvre du 7e art ou un livre d'un grand auteur et que dès les premiers instants tu te dis : "Wahou, ça va être énorme !" et que tu te laisse complètement porter par l'expérience. Le reste, c'est du blabla.
Content qu'il te plaise! J'en ai un bon fond de bouteille que je garde pour mes 36 ans.
Avatar de l’utilisateur
dede
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 11137
Inscription : 12 mars 2009, 16:34

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par dede »

Suis revenu sur le Dark Cove. Le nez est vraiment chouette, avec un côté assez old school. Ca sent, entre autres, la vieille traverse de chemin de fer. La bouche est un petit peu en-dessous, mais demeure très agréable. Un joli 88/100. N'empêche qu'à côté d'un Uigeadail, le rapport q/p n'y est pas.
Image
El Phaco, Master Experimental Blender's First Assistant
"I can resist anything but temptation."
"I have the simplest of tastes. I am always satisfied with the best."
O. Wilde

Bouteilles à échanger dans mon profil.
Avatar de l’utilisateur
juju cassoulet
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 4836
Inscription : 28 juin 2015, 22:59

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par juju cassoulet »

dede a écrit : Ca sent, entre autres, la vieille traverse de chemin de fer
on embauche tu sais :lol:
Avatar de l’utilisateur
dede
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 11137
Inscription : 12 mars 2009, 16:34

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par dede »

C'est une odeur que je connais bien : mon beau-père en utilise pour faire des escaliers d'extérieur. J'aime bien.
Image
El Phaco, Master Experimental Blender's First Assistant
"I can resist anything but temptation."
"I have the simplest of tastes. I am always satisfied with the best."
O. Wilde

Bouteilles à échanger dans mon profil.
Avatar de l’utilisateur
Forrest
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 2421
Inscription : 23 août 2014, 22:05

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par Forrest »

Hier soir, "petite" dégustation à plusieurs du forum pour tester (ou re-tester) tous les Laphroaig Cask Strength en commençant par le batch 7 (on aurait pu attendre le 8 effectivement mais cela fait 4 mois qu'on décale cette dégustation) et en finissant par le Green Stripe version 33,33cl du pack de 3 bouteilles.

Vous l'aurez deviné : le Green Stripe a conquis tout le monde (moyenne de 91 sur 6 personnes, toutes à 91) suivi du Red Stripe qui ne bat le batch 1 que d'une très courte tête. Suivi aussi du batch 6 (qui finit avec 90,16 de moyenne quand même).

Après, il y a 2 contre-attaquants à savoir (dans l'ordre de référence en moyenne) les batch 2 et 3 : pas mauvais du tout mais, même si les arômes et les goûts sont là, ils manquent un petit peu de complexité et de finesse (moyenne autour de 89).

Puis le batch 4 et 7 qui sont corrects (moyenne autour de 88).

Enfin, vient la voiture balai avec le batch 5 qu'on a tous massacré avec une moyenne de 86,16.

Merci encore à ceux qui m'avaient fournis les samples à des prix plus que sympathique : c'est un bel exercice. On distingue bien les caractéristiques de chacun (le batch 7 est très cendré par exemple et le batch 5 archi salé).
Dernière modification par Forrest le 15 mai 2016, 08:46, modifié 1 fois.
Image
Collectionneur du millésime 1973
Bouteilles recherchées et propositions d'échanges sur mon profil
"Quand on voit ce qu'on voit et qu'on entend ce qu'on entend, on a raison de penser ce qu'on pense"
Avatar de l’utilisateur
Pouya
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 685
Inscription : 22 févr. 2014, 14:39

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par Pouya »

Hier soir, c'était soirée entre nordistes : très réussi ! Une charcut' super bonne, des andouillettes de première qualité, des fromages odorants, des chocolats, des cannelés, bref c'était Noël. Et bien sûr, on a bu surtout de l'eau, mais quand même quelques bricoles, notamment un Clynelish 1982/2010 MoS #5894 qui m'a mis une super claque. Une vraie tuerie. Un bel Inchgower1982/2011 Mos fin et racé, pas en reste. Un Port Ellen 1982 QV.ID que je suis content d'avoir pu gouté bien qu'il ne m'ait pas fait un effet monstre (mais comme on en parlait avec Greg, la tourbe me passionne de moins en moins). Un Craigellachie 2006/2011 SV étonnant, jeune et imparfait mais assez fun comme starter. Des embouteilleurs inconnus, comme cet Irish 13 ans de Rolk Kaspar série hotel Essener (WTF ?). Et puis, de l'armagnac, du mezcal, du rhum (oublié de gouter le Caroni Silver Seal... arf), des femmes et de la bière nom de dieu !

Le seul point noir de la soirée : les blagues de Daimon. Mais on le savait.
Image
Avatar de l’utilisateur
cyriltoulousain
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 10282
Inscription : 02 juin 2008, 11:22

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par cyriltoulousain »

Arg ! Les blagues de Daimon... :roll:
Avatar de l’utilisateur
daimon2
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 2248
Inscription : 12 juil. 2012, 15:43

Re: RE: Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par daimon2 »

Pouya a écrit : Le seul point noir de la soirée : les blagues de Daimon. Mais on le savait.
Salaud ! J'étais sur qu'on pouvait pas faire confiance à quelqu'un qui a grandi à Epernay.
En plus, j'ai même pas fait de contrepèterie vaseuse.

Sinon j'ai aussi retenu le chouette Mortlach 1989/2012 Mackillop's Choice. M'en serais bien offert une bouteille.

A bien y réfléchir j'ai pas fait tellement d'excès finalement.
ivan dlabibinosouzof
Contre-maître
Contre-maître
Messages : 177
Inscription : 06 mai 2015, 10:18

Re: Ce soir, c'était ...

Message non lu par ivan dlabibinosouzof »

Ce soir un dram de Ledaig SV 2008/2016 C#700751 pour Le Gus't.

(Edit : je me suis trompé, je voulais commencer par le SV 2004 et j'ai pas lu l'étiquette correctement)

Couleur : or pâle, couleur naturelle.

Nez : pfou ! Assez puissant, je laisse aérer. Très tourbé, pas fumé du tout, assez sucré, beaucoup d'agrumes qui sortent en premier, ça ne se sentait pas au nez directement au sample. Assez "viande", type viande séchée, jambon de pays, assez salin. Vieux bois, humus...
Le nez est extrêmement riche !

Palais : attaque franche et virile mais sans excès, presque étonnant de douceur malgré ses 60% d'alcool contrairement à certains whiskies moins forts mais plus alcooleux. Immédiatement, une tourbe fermière prend le devant, suivie des agrumes, plus légers qu'au nez, idem pour la viande qui se fait plus discrète, des notes sherry, vieux bois, fruits secs... Assez salin comme au nez. On regrette juste une texture certes en relief, assez ronde, mais pas aussi grasse qu'un Tormore G&M exemplaire à ce niveau (lui aussi brut de fût). Malgré tout, ça reste irréprochable.

Finale : très, très longue, le dram a duré presque une heure, alors que j'ai à peine mis 2 cl, la puissance du whisky, merci le brut de fût, permet une persistance aromatique longue. Sur des notes tourbées, évoluant vers les olives noires, des notes fermières persistantes type étable, bois humide... Assez sucrée surtout sur ses dernières minutes. Quelques notes finales fruitée évoquent un vieux cognac, un rhum vieux qui se mêlent à la tourbe.

Nez du verre vide : EDIT du lendemain : très persistant douze heures après. Jambon sec, sel, embruns, nez assez maritime (sauf le jambon quoi), très agréable, me rappelle les promenades sur le littoral breton.

Magnifique whisky, huit ans seulement mais très au dessus de la plupart des tourbes que j'ai pu, du haut de ma maigre expérience, goûter. Je trouve le profil plus "Talisker" que "Islay" mais avec quelque chose de différent, de moins marin, de plus suave, sucré, riche. Grande complexité aromatique. Je garde le sample pour les grandes occasions, à comparer en F2F avec celui de SV... Bouteille qui me fait de l'oeil.
Dernière modification par ivan dlabibinosouzof le 16 mai 2016, 10:34, modifié 2 fois.
Répondre

Revenir à « Le whisky, c'est fait pour être bu. Comment buvez-vous le vôtre? »