Page 2 sur 4

Re: scoop

Publié : 12 sept. 2007, 18:30
par Robert31
Pour Mark, il a quand meme grandit dans le milieu avec son père et son grand père négociant en vin

Re: scoop

Publié : 12 sept. 2007, 20:24
par Jean-Michel
Serge a écrit :("you say you don't make rosé wine by mixing white and red, are you sure?")
Marrant que tu écrives ça, Serge : voilà une boutade qui m'a toujours fait sourire, jusqu'au jour où j'ai eu l'occasion de gouter des vins australiens (et pas des bouteilles à 6.00€ du rayon "vins du monde" du Carrouf du coin) qui annonçaient fièrement sur l'étiquette l'assemblage Shiraz & Viognier (si, si !) dont-ils étaient issus. Bon, le fait est que le résultat est plus rouge que rosé, mais tout n'est question que de dosage :roll ...

Re: scoop

Publié : 12 sept. 2007, 21:28
par sensler
La question du novice: qui est Mark ?? :oops:

Re: scoop

Publié : 12 sept. 2007, 21:57
par corbuso
sensler a écrit :La question du novice: qui est Mark ?? :oops:
Mark Reynier, le Directeur de Bruichladdich, qui était Marchand de vins à Londres, avant de se lancer dans l'aventure Bruichladdich avec Jim (McEwan), and Co.

Re: scoop

Publié : 12 sept. 2007, 22:13
par bottler
Il avait une petite boutique très bien agencée à l'anglaise dans le quartier de Kensington (près de Harrods). Son père a été un des grands cavistes de Londres après guerre, et c'était un personnage, en particulier très fort dans le Beaujolais et les campagnes primeur. Ce talent de propagandiste s'est transmis manifestement à son fils, qui se montre aussi brillant dans la pub de Bruich que son père pour le Beaujolais.

Re: scoop

Publié : 12 sept. 2007, 22:58
par Serge
Jean-Michel a écrit :
Serge a écrit :("you say you don't make rosé wine by mixing white and red, are you sure?")
Marrant que tu écrives ça, Serge : voilà une boutade qui m'a toujours fait sourire, jusqu'au jour où j'ai eu l'occasion de gouter des vins australiens (et pas des bouteilles à 6.00€ du rayon "vins du monde" du Carrouf du coin) qui annonçaient fièrement sur l'étiquette l'assemblage Shiraz & Viognier (si, si !) dont-ils étaient issus. Bon, le fait est que le résultat est plus rouge que rosé, mais tout n'est question que de dosage :roll ...
Ouais, encore une imitation, on ajoute en effet un peu de viognier aussi dans les syrahs des Cotes-Rôties (enfin, dans certains et ça se fait de moins en moins), mais il s'agit de vins "globalement rouges". Cela dit et juste pour me contredire moi-même, la plupart des champagnes rosés sont bien faits en ajoutant un peu de vin rouge dans les blancs...

Re: scoop

Publié : 12 sept. 2007, 22:59
par Serge
bottler a écrit :Il avait une petite boutique très bien agencée à l'anglaise dans le quartier de Kensington (près de Harrods). Son père a été un des grands cavistes de Londres après guerre, et c'était un personnage, en particulier très fort dans le Beaujolais et les campagnes primeur. Ce talent de propagandiste s'est transmis manifestement à son fils, qui se montre aussi brillant dans la pub de Bruich que son père pour le Beaujolais.
Kinghtsbridge... ;-)

Re: scoop

Publié : 12 sept. 2007, 23:15
par Serge
Serge a écrit :
bottler a écrit :Il avait une petite boutique très bien agencée à l'anglaise dans le quartier de Kensington (près de Harrods). Son père a été un des grands cavistes de Londres après guerre, et c'était un personnage, en particulier très fort dans le Beaujolais et les campagnes primeur. Ce talent de propagandiste s'est transmis manifestement à son fils, qui se montre aussi brillant dans la pub de Bruich que son père pour le Beaujolais.
Kinghtsbridge... ;-)
Ouais, je sais, ce n'est qu'à 50m...Je me sens d'humeur contrariante ce soir après ce foutu match contre nos amis Ecossais...

Re: scoop

Publié : 13 sept. 2007, 00:54
par Robert31
Pour le champagne rosé, c'est normalement une fermentation pelliculaire plus longue et quelques "remontages" qui donnent la couleur. N'oublions pas que meme dans les raisins noirs, la pulpe est blanche au départ.

Re: scoop

Publié : 13 sept. 2007, 05:14
par Serge
Robert31 a écrit :Pour le champagne rosé, c'est normalement une fermentation pelliculaire plus longue et quelques "remontages" qui donnent la couleur. N'oublions pas que meme dans les raisins noirs, la pulpe est blanche au départ.
Je me range à l'avis des pros ;-), mais je sais que certains le font aussi en ajoutant du vin rouge (pinot noir macéré) et non par saignée. Je ne connais pas les proportions exactes des tenants des 2 méthodes pour tout dire, faudrait vérifier et là j'ai un TGV qui m'attend (enfin, j'espère...)

Re: scoop

Publié : 13 sept. 2007, 07:36
par Robert31
Je n'ai pas de chiffres à te donner Serge pour les 2 méthodes

Re: scoop

Publié : 18 sept. 2007, 15:23
par lognoulm
J'ai reçu la collection il y a qq jours. J'ai uniquement gouté le Barolo French Oak (Gaja) qui m'a paru plus fin et plus digeste que la version d'Edradour.
Etant relativement nouveau dans le monde du single malt, je suis plutôt ouvert au principe de l'affinage. Même si il est vrai, certaines bouteilles sont proprement imbuvables (St Magdelaine Mission Gold par ex), d'autre sont à mon avis complètement sauvées par ce procédé (Dufftown syrah).
J’entends souvent la critique qui consiste à dire que la gamme Bruichladdich est trop large et que l’on s’y perd. C'est à mon sens une de leurs forces et en plus, cela génère presque automatique de la spéculation grâce au côté « limited edition/highly collectable »
Leur approche possède beaucoup de similarités avec le monde du vin. On ne va pas reprocher à Olivier Humbrecht d'avoir trop de terroirs et de les exploiter distinctement:) Je comprends donc que, faute de terroirs pour l’orge, on utilise celui du vin pour élargir la gamme et laisse partir les fûts plus faibles de cette manière.
Je ne vois pas très bien en quoi l’affinage détruirait la complexité étant donné qu’il en ajoute (quand il est réussi bien sur)… rendez-vous dans 20 ans pour goûter ça.
By the way, chez Bruichladdich et MMD, on reste en générale dans une gamme de prix « acceptable », affinage ou pas. Moi qui apprécie Haut Marbuzet, je me vois mal mettre à la main au portefeuille pour ce Dalmore :?

Re: scoop

Publié : 18 sept. 2007, 15:48
par ttn
Personnellement ce que je reproche souvent aux (enfin à beaucoup de) finitions, c'est qu'elle "dénature" le malt (ce produit que j'aime tellement lorsqu'il est nature, vieillissement en fût de bourbon ou xérès). L'association n'est pas toujours subtile et viens se "superposer" et non se "marier" donnant un tout trop vineux ou trop liquoreux ou trop sucré... en fonction des différentes finitions. Il m'arrive d'apprécier les finitions classiques (Xérès) quelques fois celles en fût de rhum et rarement les autres...
Tony

Re: scoop

Publié : 18 sept. 2007, 16:27
par lognoulm
Tu as raison, l’affinage ne donne pas toujours dans la subtilité, mais c’est une remarque que l’on peut appliquer à des malts non affinés également. Par contre le côté sucré de finishs me rebute aussi. D’un autre côté, n’ayant pas encré en moi x années de dégustations de malts dits classiques, j’apprécie beaucoup le côté vineux de certains. Plus énervante est la promotion parfois systématique du domaine d’où provient le fût plutôt que la distillerie qui a produit le malt. Enfin, nous verrons ce que ça donne jeudi soir avec les spécialistes du genre…
A propos d’affinage et de combinaison réussie, le 18ans n’est pas mal du tout, pour un prix relativement raisonnable, surtout comparé à celui du Redder Still…

Re: scoop

Publié : 18 sept. 2007, 17:13
par ttn
Le 18 ans semble avoir seduit pas mal de monde! Par contre le Redder still, pour l'avoir gouté, ne m'a franchement pas convaincu...
Tony