Masterclass Visio Embouteillages le Comptoir Irlandais

Pour ceux qui veulent s'organiser des rencontres et dégustations... On a parfois la surprise de trouver des voisins sur un forum.

Modérateur : Modérateurs

ben_whisky
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 619
Inscription : 08 juil. 2013, 10:38

Re: Masterclass Visio Embouteillages le Comptoir Irlandais

Message non lu par ben_whisky »

Hello,

Tu prévois une autre session? J'ai pas vu l'information a temps :)
Ben_whisky - Au plaisir de partager un dram
Samples/bouteilles à vendre ou échanger
wisekycourse
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 3650
Inscription : 18 janv. 2016, 18:41

Re: Masterclass Visio Embouteillages le Comptoir Irlandais

Message non lu par wisekycourse »

excellente visio:
toujours en novice ,je m'étais permis de goûter un peu avant , la crainte du plastique oui j'y avais pensé, bref, j'ai bu non j'ai écouté avec délectation les retours des membres présents,
bref une soirée qui passe plus vite qu'on ne le croit!
merci WindBreizheur!! :-P
wisekycourse
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 3650
Inscription : 18 janv. 2016, 18:41

Re: Masterclass Visio Embouteillages le Comptoir Irlandais

Message non lu par wisekycourse »

perso, j'ai kiffé grave sur les singuliers, oui j'aime ce qui est étrange ou déroutant:
le kavalan pour son côté rhum Foursquare boisé-sucré confit qui te fait te poser , et quand on apprend la part des anges là-bas, on comprend pourquoi c'est souvent jeune en âge!
le Edradour, je me rappelle les critiques sur cette distille au début, ça avance bien même si le distillat est bien caché par le sherry
les 2 tourbés parce que ça me repose de trouver assez facilement ce que ça peut être, et puis le côté viandé, j'adore de plus en plus
le penderyn pour sa particularité sur ces bonbons acidulés ,sur ce panier de fruits assez déroutant
le plus ,c'est d'avoir pu tester des échantillons bien différents les uns des autres!

personnellemnt, j'avais gardé les SC (1 cl de réserve) et y retomber 15 jours plus tard a été un régal
pour continuer, j'étais sur du maison, à savoir un fleeting 54° de chez... oui Gérard tu as trouvé, un Couvreur, et puis zaussi le dernier né de chez Rouget de l'Isle un whisky affiné dans des fûts ayant contenu du vin jaune et tourbé, j'attends d'en savoir un peu plus sur la provenance de la tourbe, bref, très belle soirée!
canis lupus
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 18946
Inscription : 19 janv. 2008, 00:49

Re: Masterclass Visio Embouteillages le Comptoir Irlandais

Message non lu par canis lupus »

Allez, ce soir, je me jette enfin sur ce set.
Je l'ai arrangé comme à mon habitude, par compte d'âge progressif.
En fait, ça fait plusieurs semaines que j'ai fait le classement en vue de la dégustation, donc, je ne me souviens plus du tout de ce que contient chaque flacon, on est bien en blind.

Sample 1, bleu:
La robe est intrigante. Une sorte d'orange rosé, mais pas saumon.
Le nez est d’emblée très joli, séducteur, charmeur. Un nez indéniablement sherry, évident, mais sans être monster. On sent un peu l'alcool. Un peu chocolaté, il fait penser à du ketchup, ou mieux, de la sauce bbq. Du bois précieux également (santal, rose, thuya). Confiture de pétales de rose, gelée de coings. Pâtissier sur la génoise, de la croute de pain aussi. Pommadé et farineux également, presque poussiéreux même. C'est assez perturbant car les notes évoquent plutôt un whisky âgé, mais avec la vivacité d'un jeune. De la praline et de la guimauve également. De l’écorce d'orange, et même de l'orangette.
La bouche est vive, l'alcool est bien présent. On retrouve les notes perçues au nez, mais de façon "ésthérisé" par l'alcool. C'est plutôt chouette, mais très sec et déséquilibré. Limite brûle-gueule. La position de starter n'aide sans doute pas.
La finale est dans le prolongement de la bouche, de longueur moyenne, assez sèche, chaleureuse.
Quelques gouttes d'eau harmonisent le nez et surtout civilisent (un peu) la bouche. La finale s'enrichit et se prolonge.
J'aime vraiment beaucoup le nez. Dommage que la bouche soit déséquilibrée par l'alcool, même si on peu rectifier un peu le problème avec quelques gouttes d'eau.
Si le nez pouvait laisser un doute sur l'âge, la vivacité et la sécheresse de la bouche et de la finale, ainsi que le fort taux d'alcool perçu me font pencher pour un whisky jeune, 10 ans maxi. Un jeune Glenfarclas ou Mortlach ? 88/100

Sample 2, jaune:
La robe est foncé, couleur café.
Le nez est un peu pommadé au début mais assez vite émane une vive note d'alcool de fraise, fraise des bois. Un peu de vernis, du litchi. Des notes torréfiées de café, de tabac, de cuir. On est sans doute sur un fut de sherry. De la prune rouge. Fraise Tagada. Du loukoum. Marasquin.
La bouche est vive, avec un alcool relativement présent. On retrouve la plupart des notes du nez.
La finale est dans le prolongement, puissante et très longue, avec une note de guimauve, voire de Malabar. La café est bien présent également surtout vers la fin.
L'ajout d'eau harmonise le nez, lui apporte de l'équilibre et le rend plus fondu, et même gourmand, le faisant glisser vers un pot-pourri capiteux. La bouche est toujours un peu trop punchy. A la limite, ça a même renforcé la présence de l'alcool. De même pour la finale.
La encore, si le nez n'est pas dénué de complexité, la vivacité en bouche fait penser à un whisky plutôt jeune. Entre 10 et 12 ans. Ce profil très sherry maitrisé fait penser à Glenfarclas, Longmorn,,, ou Glendronach. 88/100.

Sample 3, bleu 2:
La robe est pâle, sur le vin blanc.
Le nez est instantanément tourbé, sur une tourbe lourde, caramélisée, vinaigrée, sur le vinaigre balsamique ou le vinaigre de xérès. Du cake au pruneau. Petit à petit la tourbe se fait plus aérienne, amenant des notes végétales, à la fois vertes et sur l'herbe sèche. La note végétale s'accompagne d'une note acide, sur le citron, le yuzu. Du thé également, ou de la tisane, tilleul. Un très léger côté dirty qui ne va toutefois pas jusqu'au fermier. Un peu métallique également.
L'attaque en bouche est plutôt onctueuse, grasse, mais l'alcool s’exprime assez rapidement. Même si on retrouve une partie des notes perçues au nez, la bouche est bien moins complexe.
A la déglutition, la finale explose en une surprenante note de gentiane, de Génépi, d'alcool de plantes, du genévrier, presque du gin, des herbes aromatiques.
L'eau harmonise beaucoup la bouche mais affaiblit un peut trop le nez.
Un whisky punchy, généreux, très tourbé, mais sur des notes plutôt originales. Sans doute assez jeune, 8 ans ? Je parie sans trop de doute sur un Ledaig. 88/100.

Sample 4, violet 2:
La robe est pâle, sur le vin blanc.
Le nez est un peu fermé, discret. Un peu tourbé, avec des notes fruités harmonieuses, mélange de fruits jaunes et blancs, voire rouges. Une légère pointe un peu aigrelette. De la cendre de façon très subtile. En relisant ce que je viens d'écrire, ça m'évoque forcément Caol Ila. Gagne de la fraîcheur au fil du temps. Fraîcheur un peu mentholée.
La bouche est plutôt onctueuse au début, mais assez vite, l'alcool vient perturber l'équilibre. On est plutôt dans le prolongement du nez.
La finale est dans le prolongement également, mais amène un gros kick de puissance et a une belle longueur. On retrouve bien la tourbe, les fruits, et surtout la cendre.
L'eau rend le nez un peu acidulé, La bouche est toujours chaude, mais un peu moins. La finale glisse un peu plus sur la cendre, qui devient limite poivrée. Encore un peu d'eau et ça devient top.
Bon, là, pas de doute, on est chez Caol Ila. Ça fait assez jeune, 10 ans maxi. Le profil est hyper classique de la distillerie, mais c'est très très bien fait, surtout avec de l'eau. 89/100.

Sample 5, rouge 2:
La robe est de couleur paille.
Le nez est tout de suite très plaisant sur un mélange assez gourmand de céréale et de guimauve, genre porridge dans lequel on aurait laissé tomber des berlingots. Pâtissier également, sur le financier, le blini, le pancake. Puis vient une jolie petite note acidulée, sur le bonbon arlequin. Du pain de mie aussi, pain au lait. viennoise. Voire même presque croissant au beurre. C'est gourmand sans l'être trop.
La bouche est un peu vive dès l'attaque, mais juste ce qu'il faut, sans excès. On est assez proche du nez, mais de façon plus simple, un peu moins généreuse, même si ça reste plutôt agréable.
La finale joue sur les mêmes notes, mais en plus concentré. et en même temps un peu cheap comparée au nez, même si la puissance et la longueur sont plutôt respectables.
Au début, l'eau ne change pas vraiment le nez, mais très vite apparait une chouette note de pralin, de poudre d'amande, de pâte d'amande, de frangipane. Miam. La bouche a gagné en harmonie et en équilibre, tout en se rapprochant du nez en expressivité. La finale perd un peu de puissance, mais perd son côté bas de gamme.
J'aime bien, mais c'est un profil qu'on peut trouver dans beaucoup de distilleries. Allez, je mets une pièce sur Bruichladdich pour le côté céréalier gourmand, et pour l'âge, c'est un peu plus posé que les précédent. 12 ans ? 88/100.

Sample 6, vert 2:
La robe est pâle, sur le vin blanc.
Le nez est un peu discret, sur la mie de pain. un peu de végétal, sur la gentiane, la tige de fleur fraichement coupée. La fraîcheur se fait mentholée, sur le Ricqlès. Menthe bleue, menthe givrée. Menthol. Camphre aussi. Ou plutôt sur la pommade Vicks. Le nez n'évolue plus, on reste sur cette note de fraîcheur, mais c'est plutôt plaisant. Une petite note aigrelette vient encore ajouter un petit plus agréable.
La bouche retrouve cette note fraiche, mais y ajoute de l'amertume sans excès toutefois. Ça donne plutôt un peu de caractère bienvenu. Un peu de margarine aussi
La finale est dans le prolongement, de longueur et de puissance moyenne. Peut-être une subtile note poivrée ?
L'ajout d'eau ne change pas grand chose.
On dirait un Talisker sans tourbe. Je n'ai aucune idée de ce que ça peut-être. Tobermory ? Pour l'âge, 14 ans ? 87/100.

Sample 7, Vert:
La robe est sur le tek.
Le nez démarre sur une note de chocolat blanc, une note d'eau aussi (j'ai pas dit aqueux). Des fruits secs, sur la noix de cajou. Une légère note fruitée indéterminée. Avec le temps se développe une note de pot pourri un peu acre. Oh, j'y suis, ça sent la purée froide de petit pois. De la feuille de menthe. Chamallows.
La bouche est plutôt vive et plutôt typée sherry. Sucrée mais pas sucrailleuse, L'alcool picote. On retrouve en bouche l’équivalent du pot-pourri.
La finale est dans le même registre.
L'eau n'a pas grande influence.
Sans être désagréable, ce malt ne se distingue pas particulièrement. Un profil que j'ai du croiser mainte fois. Du coup, pas facile de deviner l'âge et la distillerie. Ça ne doit pas avoir plus e 12 ans et ça pourrait être n'importe quel speyside ayant fait trempette dans un fut de sherry. Tomatin, Tomintoul ? 86/100.

Sample 8, rose 2:
Robe vieil or.
Le nez est sur un sherry moelleux, bien intégré, qui s'est mêlé au distillat sans l'écraser. Du fruit sec sur la noix de cajou, la noix de pécan. Du thé, darjeeling. Praline. Boudoir. Céréale. Pot pourri. Tilleul.
La bouche est onctueuse, équilibrée, mais manque de définition.
La finale est sur les fruits secs, chaleureuse, moyennement puissante mais de belle longueur.
L'eau ajoute de la gourmandise pâtissière au nez. Un vrai gâteau. La bouche reste au même niveau.
Un joli whisky tout en harmonie, avec une remarquable intégration du sherry. D'ailleurs, si il y a bien une distillerie qui se marie ainsi à la perfection avec les futs de sherry, c'est Bunnahabhain. Pour l'âge, entre 12 et 15yo ? Ça manque juste d'un peu de plus. 86/100.

Sample 9, rose:
Robe or.
Le nez démarre sur du thé et des notes florales. Comme un thé à la rose. De l'orange sanguine. De la pèche blanche. Puis un peu savonneuse.
La bouche est fidèle au nez, y compris pour la touche savonneuse, qui est ici un peu plus présente.
La finale balance un kick acre et amer et accroit encore cette note de savon.
L'eau adoucit un peu l'ensemble et atténue nettement ce côté savonneux sans le faire disparaître complètement toutefois. C'est très floral maintenant.
Pas vraiment mon truc. On dirait presque un de ces Bowmore des années 80 sans la tourbe, en un peu moins pire quand même. On a quand même pas ces arômes entêtants de violette et de lavande. Pour l'âge, je dirais entre 12 et 15 ans. Pour la distillerie, ce côté très floral me fait pencher vers le Lowland. Auchentoshan par exemple. 85/100.

Sample 10, jaune 2:
Robe or pâle.
Le nez est étrange, difficile à discerner. Marasquin, Amaretto. De l'anis aussi, sur le Ricard. Fleurs délicates. Fébreze.
La bouche est dans le prolongement, mais l'alcool est un peu trop présent, surtout face à des notes aussi délicates.
Et c'est pire quand on passe à la finale. Ça en devient presque agressif.
L'eau ne laisse de ce nez que de l’âcreté. Etonnament, la bouche va chercher une note de fruits extorques très austère, astringente même. La finale devient poivrée, voire gingembre même.
Alors là, c'est vraiment pas mon truc. C'est vraiment bancal et ça ne ressemble à rien de ce que je connais. Je veux bien aimer l’originalité, mais là, on est plutôt dans le bizarre. Je ne reconnais aucun marqueur de quelque distillerie que ce soit. Je ne suis même pas sur que ce soit écossais ou irlandais. Peut-être une de ces distilleries françaises ou allemandes qui prétendent faire du whisky ? Aucune idée de l'âge que ça peut avoir. 82/100.

Sample 11, Bleu A:
Robe or.
Le nez n'exprime pas grand chose au début. Puis ça devient franchement floral, élégant. Du thé également, thé vert ? Tilleul. Verveine. Camomille.
La bouche procure la même douceur et la même élégance au début, mais est très vite dépassée par l'alcool.
Pas mieux pour la finale.
L'eau efface complètement le nez et n'équilibre pourtant pas la bouche.
Alors là, je suis perdu. Si j'ai bien compris, le "A" indique qu'il s'agit d'un Aberlour. Je ne me souviens pas avoir jamais rencontré un tel profil dans cette distillerie Le nez est plutôt joli, mais la bouche et la finale gâchent l'ensemble. D'ailleurs, même la robe est bien clair pour un Aberlour. Un Aberlour vieilli en hogshead peut-être ? Difficile de lui donner un âge également. Entre 12 et 16 ans ? 84/100.

Sample 12, rouge:
Robe vieil or.
Un joli nez, élégant et délicat. de la patine. Pommadé. Voire beurré. De la guimauve. De la rose. Fleur d'oranger. Pêche blanche. Fruits secs, cerneaux de noix. Angélique confite.
La bouche est gâchée par une amertume qui écrase tout.
La finale ne vaut guère mieux.
L'eau affaiblit le nez mais équilibre la bouche et la finale.
Ce profil présente des similitudes avec le précédent, mais en beaucoup plus réussit. Mais pas assez pour me plaire. Peut-être la même distillerie ? 85/100

Sample 13, jaune T:
Robe vieil or.
Le nez mêle étrangement des notes qui voudraient aller vers les fruits exotiques, mais sans y arriver complètement, une légère âcreté qui tire un peu sur le savon, et un peu d’amertume boisée. De l'orange sanguine. Mandarine. La note grasse de fruits secs. Un côté fruits sur-muris aussi.
La bouche est sur les mêmes notes mélangées, mal définies. Pas facile de savoir à quoi on a affaire.
La finale est dans le même feeling flou.
L'eau ne lui fait vraiment pas de bien.
D'après la lettre T, je devrais être en présence d'un Teeling. C'est dès lors plutôt décevant. Dans l'absolu, ce n'est pas un mauvais whisky, mais on attend plus de cette marque. 86/100.

Sample 14, violet:
Robe or.
Le nez s'exprime sur un combo pâtissier et fruits exotiques.Une peu de verdeur aussi. Croute de pain également. Un peu timide au départ, il se développe petit à petit pour devenir plutôt gourmand, même si on en voudrait encore plus. Une petite pointe de conifère, avec le temps.
La bouche est sur les mêmes notes, mais avec une légère présence d 'alcool.
L'eau ne lui est pas bénéfique.
Un joli whisky mais qui donne envie d'en avoir plus. Cette façon d'exprimer les fruits exotique pourrait venir de Glentauchers, de Glen Elgin, de Ben Nevis ou de Benrinnes. Pour l'âge, entre 15 et 18 ans. 20 à la rigueur. 88/100.
Dernière modification par canis lupus le 27 juin 2021, 17:37, modifié 1 fois.
Image

Image

Ma whisky liste

Je mange trop gras, trop sucré, trop salé, mais qu'est-ce que je me régale !
Avatar de l’utilisateur
WindBreizheur
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 780
Inscription : 03 avr. 2018, 14:03

Re: Masterclass Visio Embouteillages le Comptoir Irlandais

Message non lu par WindBreizheur »

Hellooooo Canis !!

Super content de tes retours !

Etonnant ton ressentit de l'alcool. A la visio, ce qui était ressortit était justement la bonne intégration !

Anyway, chacun son palais et puis cela dépend du contexte ! Très très heureux d'avoir vos retours à tous !
canis lupus
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 18946
Inscription : 19 janv. 2008, 00:49

Re: Masterclass Visio Embouteillages le Comptoir Irlandais

Message non lu par canis lupus »

WindBreizheur a écrit : 27 juin 2021, 00:12 Hellooooo Canis !!

Super content de tes retours !

Etonnant ton ressentit de l'alcool. A la visio, ce qui était ressortit était justement la bonne intégration !

Anyway, chacun son palais et puis cela dépend du contexte ! Très très heureux d'avoir vos retours à tous !
Nan, t'inquiètes, ma dégustation d'hier soir montre que je n'étais pas en forme, et c'était très certainement déjà le cas quand j'ai dégusté tes samples, puisque dans les deux cas, j'ai eu un problème de gestion de l'alcool en bouche et des perceptions parfois un peu bizarres au nez.
En y repensant j'ai eu la crève la semaine précédente, et même si je n'en avais plus trace le weekend dernier, je pense que mon nez et mon palais ne se sont pas encore recalé. Notamment, j'ai remarqué par le passé que la Lysopaïne rend la langue et la palais très sensibles à l'alcool pendant un certain temps même après avoir arrêté d'en prendre.
Heureusement, il me reste assez de chaque sample pour refaire une deuxième dégustation.
Image

Image

Ma whisky liste

Je mange trop gras, trop sucré, trop salé, mais qu'est-ce que je me régale !
wisekycourse
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 3650
Inscription : 18 janv. 2016, 18:41

Re: Masterclass Visio Embouteillages le Comptoir Irlandais

Message non lu par wisekycourse »

canis lupus a écrit : 27 juin 2021, 17:10
WindBreizheur a écrit : 27 juin 2021, 00:12 Hellooooo Canis !!

Super content de tes retours !

Etonnant ton ressentit de l'alcool. A la visio, ce qui était ressortit était justement la bonne intégration !

Anyway, chacun son palais et puis cela dépend du contexte ! Très très heureux d'avoir vos retours à tous !
Nan, t'inquiètes, ma dégustation d'hier soir montre que je n'étais pas en forme, et c'était très certainement déjà le cas quand j'ai dégusté tes samples, puisque dans les deux cas, j'ai eu un problème de gestion de l'alcool en bouche et des perceptions parfois un peu bizarres au nez.
En y repensant j'ai eu la crève la semaine précédente, et même si je n'en avais plus trace le weekend dernier, je pense que mon nez et mon palais ne se sont pas encore recalé. Notamment, j'ai remarqué par le passé que la Lysopaïne rend la langue et la palais très sensibles à l'alcool pendant un certain temps même après avoir arrêté d'en prendre.
Heureusement, il me reste assez de chaque sample pour refaire une deuxième dégustation.
toujours une roue de secours en fait!!
mais pour la Liso , c'est pas bon ,ça veut dire que tu n'étais pas en forme effectivement!
tu aurais du te faire un petit grog avant!!!
Avatar de l’utilisateur
juju cassoulet
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 5686
Inscription : 28 juin 2015, 22:59

Re: Masterclass Visio Embouteillages le Comptoir Irlandais

Message non lu par juju cassoulet »

Eau et gros sel, comme nos grands parents.
Je crois que j'ai fais le tour du sujet
Image
Vente viewtopic.php?f=1&t=20558
canis lupus
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 18946
Inscription : 19 janv. 2008, 00:49

Re: Masterclass Visio Embouteillages le Comptoir Irlandais

Message non lu par canis lupus »

juju cassoulet a écrit : 28 juin 2021, 17:01 Eau et gros sel, comme nos grands parents.
En bain de siège ?
Image

Image

Ma whisky liste

Je mange trop gras, trop sucré, trop salé, mais qu'est-ce que je me régale !
Avatar de l’utilisateur
juju cassoulet
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 5686
Inscription : 28 juin 2015, 22:59

Re: Masterclass Visio Embouteillages le Comptoir Irlandais

Message non lu par juju cassoulet »

Si ca ne te guéri pas, ca ne te fera pas de mal.
Je crois que j'ai fais le tour du sujet
Image
Vente viewtopic.php?f=1&t=20558
R. Daneel Olivaw
Apprenti
Apprenti
Messages : 29
Inscription : 19 févr. 2021, 20:12

Re: Masterclass Visio Embouteillages le Comptoir Irlandais

Message non lu par R. Daneel Olivaw »

Bonjour à tous, je reviens vers vous puisque j'ai finalement trouvé le temps de gouter à nouveau ces 2 sets.
Je sais, 3 mois de retard ça fait long mais les choses ont été compliquées au boulot jusqu'à la fin juillet. C'est bien dommage j'aurais bien aimé bénéficier de vos lumières en direct :icon-wink:. M'enfin, j'avais assuré "l'essentiel" en transvasant tout ça dans des flacons en verres suite à vos réflexions sur le risque du plastique (on n'est jamais trop prudent).

En remarque préalable et générale, je dirais que j'ai été à nouveau bluffé par la variété des profils. Pour un magasin/une chaine (sans rien de péjoratif) c'est probablement assez risqué comme démarche, du moins plus risqué que de rester sur du consensuel. Ça, plus la masterclass via le forum, c'était vraiment top pour un débutant comme moi, alors merci et :clap:.

Sur les whisky eux mêmes, je resterai sur des impressions générales parce qu'il est encore difficile pour moi d'être plus précis :

Dans la série des Single cask,j'ai vraiment beaucoup apprécié l'aberlour bourbon, vraiment doux, frais et fruité, au nez comme en bouche. J'ai même eu l'impression à un certain moment d'une très légère pointe de menthe (mais je n'en jurerais pas :lol: ). Je l'ai tellement apprécié que je suis allé l'acheter dès le lendemain :obscene-drinkingdrunk:.
L'aberlour sherry m'a aussi beaucoup plus, bien plus fin que les a'bunadh que j'ai pu tester (ma seule référence de cette distillerie), et bien plus aromatique.
Le benrinnes est aussi très intéressant : complexe, évolutif avec le temps et très agréable à boire. Par contre, j'ai ressenti une pointe salée sur la finale, s'amplifiant avec le temps passé dans le verre. Je pense que c'est le côté "waxy" souvent évoqué ici et qui m'a dérouté.
J'ai été très surpris par le Penderyn. Je ne m'attendais à rien vu que c'était mon premier contact avec cette distillerie mais c'était vraiment particulier. Très porté sur les fruits sucrés, acidulés, presque un coté bonbon que j'ai trouvé intéressant et agréable, mais clivant c'est sûr. Tellement particulier en fait que j'en ai acheté une bouteille, partagée en 2 avec un pote, pour y revenir plus tard et plus longuement.
J'ai trouvé le Arran et l'Edradour un peu en retrait des autres. Pas mauvais, loin de là, mais moins marquants. Cela dit j'ai apprécié la texture en bouche de l'Arran très cremeuse et douce. Je ne connaissais pas Edradour, j'ai envie de dire que je ne connais toujours pas :lol:. J'ai surtout ressenti un (très) gros sherry, bien fait, mais probablement trop massif pour me permettre de découvrir les spécificités de la distillerie. Le manque d'expérience sans doute.
J'ai pas du tout accroché au Kavalan, je ne sais pas trop pourquoi, peut être parce que je l'ai gouté après le Penderyn.

Dans la série des INK, je retiens surtout l'Auchroisk que j'ai trouvé vraiment top. Léger, doux, et malgré tout bien goutu. Hyper agréable à boire : la bouteille achetée en début d'été a d'ailleurs beaucoup plu, et est désormais partie rejoindre le paradis des bouteilles vides et sans bouchon :lol:.
Pas spécialement amateur de tourbe je dois quand même avouer que le Ledaig et le Caol ila sont vraiment très bien, ça m'a donné envie de creuser un peu la tourbe (enfin pas la tourbe elle-même hein).

Voilà, j'en reste là. C'est déja un bon gros pavé bien rebutant, mais je vais en rajouter une dernière couche pour remercier encore une fois WindBreizheur d'avoir pris le temps d'organiser tout ça.
Répondre

Revenir à « Rencontres et dégustations »