-->
JavaScript Logo Un certain nombre de fonctions comme la liste des distilleries ou des régions, ainsi que la possibilité de fermer les fenêtres publicitaires ne fonctionnent pas parce que JavaScript est désactivé.
enabled
Close
Close

Translation

Close
Si vous avez aimé ce site mais que vous avez horreur de la réclame, sachez que la publicité représente les seuls revenus de ce site, mis à part les donations. [an error occurred while processing this directive]

Blind Tasting 2009: Bouteille 5

Blind Tasting 2005 Blind Tasting 2006 Blind Tasting 2007 BlindTasting 2008 Blind Tasting 2009 Blind Tasting 2010 Blind Tasting 2011 Blind Tasting 2012 Blind Tasting 2013 Blind Tasting 2014 Blind Tasting 2015 Blind Tasting 2016

Caol-Ila

1982

Age
26 ans
Taux d'alcool
54,8 %
Embouteilleur
Berry Bros and Rudd
Numéro fût
single cask 6502
liens et cote moyenne
BT200986/100
Proposée par Bugsbunna
Caol Ila bbr

Jean-Michel
Couleur : Vin blanc Premier nez sur le flacon : Pouah ! La béthadine jaillit à fond. Très médicinal, sur l'alcool iodé. Mais dès que le whisky est dans le verre, le nez s'enrichit d'un fruité formidable. Agrumes (citrons confits, cédrat), pêches et nougat blanc. Beaucoup de paraffine, et un caractère fermier indiscutable. Une note métallique (casserole en alu). Puis pas mal d'ammoniaque, comme dans les réglisses hollandaises. Bulles énormes laissent envisager un CS à près de 60%, mais la puissance, bien présente, est formidablement maîtrisée. Attaque douce. Puis la bouche se fait monstrueusement sapide. Bonbon au citron (strepsils jaunes) enrichi de réglisse salée (hollander drops). L'équilibre sucré/salé est franchement réjouissant. Evolue sur l'âcreté du charbon de bois. Très opulent. Gras et collant comme de la cire à bougie. Immensément savoureux et rassasiant. Et toujours cet équilibre formidable. Finale marquée par une amertume agrumique (pamplemousse), élégante et persistente. Bowmore ? Ardmore ? Benriach ? Faites vos jeux... En tout cas, c'est excellent.
90/100

ALouis
Couleur: Or soutenu, à reflets dorés. Nez: Belle tourbe mêlée aux agrumes, notamment le citron. Nez fin et équilibré. Après ajout d’eau le fruité ressort ainsi que quelques notes de miel. Bouche: La tourbe domine, plus présente qu’au nez, notamment sur la cendre froide. Puis les fruits frais, agrumes, et les épices apparaissent. Belle finale, de moyenne à longue.
89/100
Je pensais à un Islay, tout d’abord Caol Ila mais finalement je pense plus à un Ardbeg, entre 10 et 17 ans. Brut de fut.

Canis_Lupus
Robe : Or pâle. Nez : Belle présence de tourbe dosée juste ce qu’il faut, une agréable fraîcheur mentholée, et une belle note fruitée, toutes trois au juste équilibre. De l’agrume, entre le citron jaune et clémentine. Des prunes jaunes, de la mangue peut-être. Avec le temps viens se superposer une note pâtissière, sur la génoise, et une subtile note céréalière. Un bien joli nez. Bouche : Onctueux, la bouche est sur des notes assez semblables, mais toutefois en retrait, avec une amertume qui, sans être excessive, vient quand même en bousculer l’équilibre et la succulence. Finale : Ici, la tourbe prend très nettement le dessus presque sans partage, mais laisse quand même filtrer de façon très discrète ce qu’on trouve au nez et en bouche. Un peu de fumée aussi.
88/100
Mon impression : C’est vraiment bien fait, un nez très agréable, une bouche en retrait et une finale très islay.

Pompix
Nez iodé, fumé et fruité acidulé(citron/pomme acide) En bouche, tourbe et fumée mêlée du fruité acidulé. Finale sur le chocolat et le café amer.
88/100
Caol Ila ou Laphroaig bdf (55/58%)

RX21
Couleur: jaune paille Nez: Tourbe Bouche: Tourbe grasse , fruits secs, chocolat Finale: Assez persistante
88/100

Corbuso
Couleur: Or pâle. Nez: Frais, herbacé, viandé, tourbé, avec des notes florales, légèrement minéral et des traces d'iode. Bouche: Sec, amer, très tourbé, floral, légèrement viandé, sur la violette et le menthol. La finale est longue, tourbée, floral et sèche.
87/100
Un whisky tourbé du Speyiside?

Jmputz
Un nez bien marqué par la tourbe. Des notes fruitées derrière ce rideau de tourbe lui donnent une belle complexité. Nez des plus agréables. En bouche, un feu d'artifice de fruits et de tourbe avec cependant une remarquable fraîcheur. Un exemple d'équilibre. Un tourbé qui pourra plaire à ceux qui n'aiment pas la tourbe. La finale est longue et chaude et fait penser à ces bonbons pour la toux à base d'eucalyptus. Superbe version.
87/100

Savoureur
Aspect: Jaune paille, jambes qui s’écoulent moyennement vite Nez: Moyennement intense, alcool présent mais pas gènant, fraicheur marine et mentholée, algues, poisson frais, tourbe fermière, légère fumée, et un peu d’agrumes (citron) Bouche: Attaque ample, bouche sèche au début, la tourbe et les agrumes dominent, après les notes marines ressortent plus Finale: Moyenne à longue, chauffant la bouche, algues et sel restent le plus longtemps Avec eau: Le nez ne montre pas de changement, la bouche devient plus citronée
87/100

Jmputz
Contrairement aux marins de Christophe Colomb qui se sont écriés 'Terre en approchant des côtes de ce qui devait devenir l'Amérique, mon nez s'est écrie 'Tourbe' en s'approchant du flacon numéro 5. Tourbe et tourbe. Mais pas une vulgaire tourbe. Non, de la belle tourbe derrière laquelle de belles notes fruitées ne demandent qu'à s'exprimer. Mais il est difficile de se faire entendre derrière cet épais rideau de tourbe. Mais au bout de quelques instants, le miracle s'opère. 'Fruits tourbés'. Splendide nez. La bouche est fortement dominée par la tourbe et on y retrouve de fortes sensations légèrement boisées (un contraste qui ne se comprend que lorsqu'on a ce whisky en bouche: la sensation est forte, mais le boisé est léger...). Une amertume tourbée assez inhabituelle, mais extrêmement intéressante. La finale est fortement marquée par des notes de chocolat amer. Elle est longue et agréable.
85/100

Amor57
Dégustation à l'aveugle. Le nez est sur une tourbe nette, mais fondue avec de la cire, de la fraise synthétique. Et puis du fumé, de l'herbe coupée récemment, la mer avec sa plage et ses rochers ainsi qu'un lointain pain d'épices. Avec l'aération la vanille, des agrumes, du tabac froid. C'est le duo minéral (tabac et rochers) qui donne la cohérence à l'ensemble au nez. En bouche l'attaque est nette anisée d'abord puis tourbée, avec une légère âpreté, puis de la menthe, de l'eucalyptus et une brève montée alcooleuse. La finale, longue et assez intense, est sur les épices, la menthe et l'anis. Puis du savon, du coing, du goudron (jus de pipe) et de la réglisse en toute fin. Autant dire que je ne suis pas fan de cette expression autant par la présence de la tourbe que par son manque de cohésion.
84/100

Canis_Lupus
Robe : Or pale. Nez : Tourbe, paille, foin, prune jaune, note mentholée rafraîchissante et sucrée. C’est simple et joliment fait. Pas un tourbé îlien, mais plutôt un tourbé de l’intérieur des terres. La dilution assèche encore plus la note de tourbe, grenier à foin, serpillière. Menthe persistante. Bouche : Attaque nette mais assez douce, sucrée, sur le miel, pétillance de l’alcool délicate au début et qui ne cesse de gagner en puissance, sans jamais annihiler les saveurs. La tourbe est présente mais assez subtil, plutôt en soutien. L’ajout d’eau adoucit bien se whisky, il y perd un peu de puissance, mais y gagne en fondu, en homogénéité. Une note d’herbe de provence apparaît ainsi qu’une pointe souffrée. Finale : La tourbe prend une vague de puissance au moment de la déglutition. Un peu de fumée froide, amertume sans excès, de bon aloi, juste de quoi viriliser l’ensemble. L’ajout d’eau atténue grandement la finale et la rend banale
83/100
Mon impression : C’est léger, assez propre, mais pas fade, net, peut-être un peu trop basique. Manque de complexité et de personnalité propre. Un whisky sympa pour l’apéro et/ou pour l’été ?

TTN
Nez d'abord puissant, feu de tourbe sur la plage. Après quelques minutes, il perd de sa puissance et devient moins viril avec des notes florales et de réglisse qui se glissent au milieu de cette atmosphère cotière. La bouche est puissante et très fumée mais sans agressivité. La finale est toujours sur la fumée et les coquillages puis s'adoucit pour laisser apparaitre des notes florale, de réglisse et de sucre. Immanquablement les notes florales me font penser à Bowmore... mais je ne suis pas du tout convaincu, il pourrait provenir d'une autre distillerie d'Islay. Un jeune Ileach, mention correcte!
83/100

PatGVA
Nez Gâteau anisé, fumée, gingembre, maritime, iodé, tourbe, fromage à pate dur, V8 Bouche Maritime, tourbé, lactique, camphre, fumé, terreux Finale Longue terreux, céréale, camphre, salin, infusion de céréale
80/100
astringeant, élégant avec eau,
> Le comptoir Sunday, 02-Apr-2017 16:48:33 CEST
Wed 26 04 2017, 13:45 - 55 visiteurs au cours de la dernire heure et 5 visiteurs sur le site en ce moment.
Copyright :Jean-Marie Putz (2003-2017)

Le whisky est un alcool fort, ne l'oublions pas. L'abus d'alcool peut gravement nuire à la santé. Sachons privilégier la qualité par rapport à la quantité. La consommation de boissons alcoolisées pendant la grossesse, même en faible quantité, peut avoir des conséquences graves pour la santé de l'enfant. De même évitez de prendre le volant après avoir consommé du whisky.

Protection de la vie privée: Ce site ne collecte aucune donnée privée. Il est purement statique.

Les notes de dégustation

Les distilleries

Le whisky

Les régions

WDTS: blind tasting sessions Liste de toutes les distilleries La fabrication du whisky Central Highlands , Eastern Highlands, Northern Highlands, Western Highlands
Dégustations récentes Propriétaires des distilleries L'histoire du whisky Speyside
Notes des visiteurs Les indépendants Liste des bouteilles en collection Lowlands
Envoyer vos propres notes Les distilleries dans leur contexte historique Par ordre de préférence Islay
Forum Carte interactive des distilleries Par rapport qualité/prix Les Iles
Copyright Contact Liens Campbeltown
Close