-->
JavaScript Logo Un certain nombre de fonctions comme la liste des distilleries ou des régions, ainsi que la possibilité de fermer les fenêtres publicitaires ne fonctionnent pas parce que JavaScript est désactivé.
enabled
Close
Close

Translation

Close
Si vous avez aimé ce site mais que vous avez horreur de la réclame, sachez que la publicité représente les seuls revenus de ce site, mis à part les donations. [an error occurred while processing this directive]

Blind Tasting 2006: Bouteille 12

Blind Tasting 2005 Blind Tasting 2006 Blind Tasting 2007 BlindTasting 2008 Blind Tasting 2009 Blind Tasting 2010 Blind Tasting 2011 Blind Tasting 2012 Blind Tasting 2013 Blind Tasting 2014 Blind Tasting 2015 Blind Tasting 2016

Tomintoul

Platinum collection aged 37 years

Collection
Platinum Collection
Age
37 ans
Taux d'alcool
52,8 %
Embouteilleur
Douglas Laing
Dates
Distill: 1966 Embout: 2003
Bouteille
201 btls
liens et cote moyenne
BT20060/100
Proposée par Serge

Amor57
Le premier nez est doux et chaleureux et nous invite à revenir. Le nez est très équilibré, les parfums sont fondus. L'ensemble est complexe. je distingue d'abord sherry et boisé qui dominent, puis la pomme avec sa pâte à tarte. Ensuite la fraîcheur et l'acidité de la poire et de la pêche blanche arrivent, précédant de l'iode, du métal, de la crème. En fait c'est trop beau pour être analysé : il vaut mieux y remettre son nez. L'attaque en bouche est du même ordre que le nez : Leurs Majestés Rondeur et Complexité sont toujours présentes. Ce qui ne veut pas dire dépourvu de caractère. D'abord le café, la pomme et le poivre, puis la vanille et le cacao. La finale continue la bouche sur le même registre. Elle est longue et dans la parfaite continuité de la bouche. L'amertume prend progressivement le dessus pour emmener doucement LLMM au pays des bons souvenirs.
0/100

antoine
Nez qui débute sur de l'alcool pour passer rapidement sur un aspect fruité, macéré et salé. Puis très pâtissier, appétissant avec quelques pointes agrumiques par intermittence. Fruits rouges bien murs, très sucrés avec des cerises et des framboises très présentes et franches. Une très belle eau de vie envoutante et onctueuse. Puis des épices et un côté salin indéniable. Je ne me lasse pas d'y mettre le nez et je viens de voir qu'il s'agit du flacon de Serge. Il nous a encore gatté, c'est plus que sur... Un aspect mentholé, un peu de pruneau, un peu de sherry bien gras, sherry cream avec une "zeste" de zan. P..... qu'il est bon, comme dirait Pierre, une tuerie.. ;-) Ensuite des fruits exotiques, mangue, papaye, fruit de la passion, j'en veux deux bouteilles.... Encore, un léger ! biscuité accompagne le tout. J'en parlerai des heurs, mais j'ai presque plus de place sur la feuille... et un chocolat aux fruits très subtil.
La bouche, est grasse fruits manérés, sucre et fruits exotiques avecc un trait boisé avec du chocolat et café mélangé. Une tablette de très grande chocolaterie. Salin, envelloppant, onctueux et encore des fruits rouges légèrement amer, très murs. Il est presque fermier, frutis de verger de ferme. Des relents de fruits pourris comme les nèfles que j'adore. En fait un vrai petit lait avec une finale sucré amère, tenante. J'espère qu'il y en a à la vente encore quelques part.
J'ai pris un réel pieds à le déguster, et la dernière fois que cela m'a fait autant que cela, c'etait avec un certain Glen Brora..
***************************************************************************************************
que 99 car la perfection n'existe pas
0/100

Jmputz
Un nez exceptionnel, d'une grande délicatesse. Un très fin boisé, des relents de chocolat, un brin de fumée, une odeur de feu de bois sur la plage.
La bouche est très complexe, et le boisé du nez est toujours bien présent et toujours aussi raffiné. Une touche de café, de chocolat, d'amaretto. Aucune agressivité pour ce malt présentant une belle palette de goûts très équilibrée. Une impression de baba au rhum.
La finale est très gourmande, assez longue, ronde et sans aucune agressivité. Un véritable régal.
0/100

Laphroaig-c_moi
Fa-bu-leux whisky. Un nez de banane flambée au rhum, de mangue, de beurre et de fleurs blanches d'une grande intensité. La bouche reprend les mêmes arômes à l'attaque, puis un peu de tourbe et de pain d'épices et une finale très salée. A l'aération le nez devient un peu moins 'extrême' sur la banane flambée-rhum-beurre, et un peu de chocolat s'y glisse en apportant de l'équilibre. Ce whisky me fait penser très fort à un Bunna (bon je prends des risques de gros plantage mais qui ne tente rien n'a rien). J'ai aussi un blan B : Old Pulteney pour le côté salé.
0/100

mikadisa
Nez : comme pour Cléopatre ... wouaw quel nez ! Envoutant,fumé et épicé (sur le curry). Vineux (vin d'Arbois). superbe. Bouche : Ample, huileuse, sucrée-salée et légèrement piquante. On est sur de vieilles choses ... meuble ancien ciré, vieux bois. Sur la céréale, l'orge maltée. le sel se précise sur de l'iode, la mer. finale longue, subtilement médicamenteuse (camphrée), sur la fumée, le goudron et l'iode. Un whisky de grande classe, a accompagner d'un cigare ... Autre : cask strenght, Agé (25 ans ou plus), sherry butt, un ... Brora ?
a ajouter (?) hier soir ... je lui ai trouvé un nez (juste le nez) de ... Redbreast !!! Qu'est ce qu'il est bon !
0/100

SkyIsBlue
Mon dernier flacon à deguster.. Et le meilleur. Un whisky qui a trouvé la 3ème dimension dans l'espace des flaveurs, il remplit le nez. Il me fait penser de suite a ces vieux embouteillages de chez Begnoni et franchement j'espere que je me trompe et que ce genre d'expression existe de nos jours..
Nez tout en fraicheur, camphre, bois exotique, cèdre, vieux cuir puis sur les noix, sous-bois un jour de chasse au champignons le tout relevé par de la tourbe (fumé) bien fondue. Tout ça sans aucune sècheresse, bien rond. En bouche je suis surpris par la force de l'alcool à moins que ce soit mon palais de ce jour. Moins expressif qu'au nez, plus sur les noix, boisé et (encore) huileux, un peu d'agrumes.. Finale assez longue avec un peu d'amertume.
Vous m'en metterai 2 caisses siou! pliait:) me rappelle de Strathisla ou Glen grant, Longmorn dans un fût hogshead sherry à son meilleur moment de sa vie. Suis précis, hein. Bon ca peut être plus au nord.
0/100

Smokey Kong
Aujourd'hui j'ai cinquante ans, et comme n'importe lequel d'entre nous un tel jour je me suis demandé quel whiskie(s) déguster pour cet évènement notable (n'est-ce pas !). Il se trouve aussi que je dois terminer mon blind tasting, et que le numéro 12 m'a déjà intrigué à peine le flacon débouché ; un whisky exceptionnel sans doute... Allons-y ! Nez : A tomber raide. Jamais senti quelque chose de semblable sauf chez Pierre lors de la dernière soirée "tueries" avec le Lochside 66 Celtic Hartland, le bowmore 66 de chez Duncan Taylor, ou encore au Whisky Live en goûtant les vieilles bouteilles de Begnoni. Fleurs capiteuse s'ouvrant sur les fruits exotiques sur un fond d'arnica et de tourbe, amenant ensuite un boisé fin et subtil , notes de tabac, de cuir blond... La bouche se rév! èle étonnamment puissante, le degré devrait être assez élevé - plutôt du 50 que du 60 cependant. Elle est un peu fermée et davantage marquée par le fût - vieux meubles, melon - que le nez. Bon, même si ce n'est pas trop ma philosophie, j'ajoute un filet d'eau à ce Sherry cask : merveille, le nez libère de nouveaux arômes de chèvrefeuille, la bouche se précise sur l'orange confite et la finale sur le chocolat au lait : délicieux. Un peu en retrait par rapport aux deux géants que j'évoquai au début, mais quand même remarquable. Merci, Serge, pour ce cadeau !
0/100

Soup
Ca y est, je peux enfin gouter le sample de Serge ! Joie ! Nez : tuerie. Très marqué sur les fruits rouges, comme le redbreast mais en plus fin, avec en plus de la tourbe, du chocolat. Bouche : très bien aussi, avec un alcool assez présent quand même. Le côté sherry se fait plus marqué, avec des notes de noix, de raisin. Une finale assez céréalière aux premières gorgées, avant de passer sur une amertume bienvenue dans les gorgées suivantes. C'est très bon, et je me rend compte que j'ai fini mon verre avant d'avoir pu lui adjoindre de l'eau ! Allez, on va miser sur un strathisla pour tenter le coup...
0/100

Stephane
Nez: Intense mélange complexe et envoûtant dès le début. Tourbe (voire un poil viandé/animal), fruits (confiture de fruits rouges et noirs, pruneaux à l'armagnac), boisé/vanillé, épicé (gingembre, cannelle, muscade...), floral/miellé/pâtissier... un vrai festival d'arômes riches et variés, un peu comme un kaleidoscope de tout ce que l'union entre un malt et un (des) fût(s) peut donner de meilleur. Excellentissimo et ultra appétissant/gourmand, on n'arrêterait pas d'y plonger le nez... sous peine d'oublier de le boire! ***** Bouche: L'attaque est (mais c'est une habitude avec moi!) puissante, brûlante, vive... comme une piqûre de serpent caché sous un alléchant pot de miel! Ce qui surprend c'est la faible densité, une fluidité nette et un peu déconcertante après la ri! chesse presque palpable du bouquet. Dommage que l'alcool domine un peu dans un premier temps, les arômes du nez sont bien là et on finit par les percevoir peu à peu, par petites touches impressionnistes, avec une sensation boisée/toastée et toffee/caramel (voire chocolat) nette. Chêne et sherry, façon Aberlour. Proche d'une eau-de-vie de vin ou de prune. Pour moi meilleur après ajout d'un petit filet d'eau fraiche, qui calme l'alcool et permet un déploiement plus intense et subtil des nombreuses saveurs. Des notes de cacao et d'épices (chocolat au piment d'Espelette) agrémentent "gourmandement"la dégustation.
Excellent mais un peu comme dans la plupart des dégustations de ce blind 2006, je trouve le bouquet un cran au dessus de la bouche.
****
0/100

TTN
Le nez est expansif et développe un bouquet d'aromes très fleuris et très fruités (pêche) avec une pointe d'épice, de fumée, de cendre et de solvant (vernis) qui se marient à merveille : whaouuuuh! La bouche est grasse et davantage fruitée (fruits exotiques) puis elle devient plus agrumique (orange sanguine - citron vert) avec un trio cendre, fumée et sel toujours présent en arrière plan : rien que des choses que j'aime beaucoup! D'une bonne persistance, la finale reste sur les mêmes tons et s'asseche (on 'léche' le bois). En un mot : excellent! D'ou vient cet extra terrestre,... je n'en ai pas la moindre idée mais j'aurai tendance à dire un Highland d'une autre époque!

0/100
> Le comptoir Sunday, 02-Apr-2017 16:48:30 CEST
Wed 26 07 2017, 08:44 - 2 visiteurs au cours de la dernire heure et 1 visiteur sur le site en ce moment.
Copyright :Jean-Marie Putz (2003-2017)

Le whisky est un alcool fort, ne l'oublions pas. L'abus d'alcool peut gravement nuire à la santé. Sachons privilégier la qualité par rapport à la quantité. La consommation de boissons alcoolisées pendant la grossesse, même en faible quantité, peut avoir des conséquences graves pour la santé de l'enfant. De même évitez de prendre le volant après avoir consommé du whisky.

Protection de la vie privée: Ce site ne collecte aucune donnée privée. Il est purement statique.

Les notes de dégustation

Les distilleries

Le whisky

Les régions

WDTS: blind tasting sessions Liste de toutes les distilleries La fabrication du whisky Central Highlands , Eastern Highlands, Northern Highlands, Western Highlands
Dégustations récentes Propriétaires des distilleries L'histoire du whisky Speyside
Notes des visiteurs Les indépendants Liste des bouteilles en collection Lowlands
Envoyer vos propres notes Les distilleries dans leur contexte historique Par ordre de préférence Islay
Forum Carte interactive des distilleries Par rapport qualité/prix Les Iles
Copyright Contact Liens Campbeltown
Close