Tamdhu et autres subtilités d'aération ?

Il y a mille et une façons de boire le whisky. Comment préférez-vous boire le votre?

Modérateur : Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
Stephane
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 4459
Inscription : 11 févr. 2005, 15:36

Tamdhu et autres subtilités d'aération ?

Message non lupar Stephane » 27 févr. 2005, 12:00

Antoine et moi avons récemment acheté une bouteille de Tamdhu 18 ans - 43° (24 euros), ainsi qu'une de 25 ans (30 euros) lors des FAW Intermarché.
Je pense que comme moi il n'a pas encore ouvert le 25 ans.

Par contre notre impression sur le 18 ans est très différente :
1ère dégustation : a priori tous les deux sur la même longueur d'ondes, whisky doux voire tendre, très fruité, boisé/vanillé, se buvant comme du petit lait...
c'est ensuite que ça se gâte du moins pour moi.
Antoine a regoûté plusieurs fois ce whisky en le trouvant égal, tandis que moi dès mon second dram (le lendemain à peine !) je l'ai trouvé très différent : plus beaucoup de fruit, beaucoup plus sec et épicé voire astringent/piquant.
Regoûté une ou deux fois depuis, et même sensation...
quelqu'un a-t-il déjà senti une différence aussi forte sur une bouteille, quelques heures à peine après son ouverture ???
se peut-il que l'aération influe aussi différemment d'une bouteille à l'autre ?... est-ce dû en partie à la qualité du bouchon ?...

je suis de + en + sensible à ce pb de variations suite à l'aération... jusqu'à ces derniers mois, je n'avais jamais trop trouvé de différence fulgurante d'un dram à l'autre, et mon impression était que la variation n'arrivait qu'au bout d'un certain temps et une fois le niveau de la bouteille assez bas... mais ces derniers mois j'ai vraiment eu l'impression que beaucoup de mes bouteilles (à peine entamées) changeaient beaucoup d'une dégustation à l'autre !
bien sûr, on l'a déjà plusieurs fois évoqué sur certains forums, une grande partie de ce qu'on ressent dépend de multiples facteurs comme ce qu'on a bu/mangé auparavant (l'état de nos papilles), notre état d'attention/de stress/de fatigue, etc...
Mais essayant de me plonger la plupart du temps dans des conditions de dégustation proches, j'ai quand même la nette impression qu'une évolution importante se produit assez vite dans le contenu de pas mal de bouteilles ouvertes.

J'ai plusieurs fois constaté les 2 phénomènes suivants :
  • plus un whisky est fruité à son ouverture, moins il l'est par la suite (ex: Tamdhu 18, Glenmorangie Port wood...)
  • les arômes parfumés/floraux semblent par contre s'épanouir beaucoup au fil des mois (ex: Bowmore, Glengarioch, Strathisla...)


certains d'entre vous ont-ils déjà ressenti le même genre de choses ?
et essayé de pousser leur analyse plus loin comme je me suis mis en tête de le faire ?...

Stéphane
SephG
Avatar de l’utilisateur
jmputz
Site Admin
Site Admin
Messages : 10418
Inscription : 09 févr. 2005, 18:32

Re: Tamdhu et autres subtilités d'aération ?

Message non lupar jmputz » 27 févr. 2005, 12:01

J'ai beaucoup de mal à répondre à cette question.
Il se passe en général plusieurs mois entre deux drams de la même bouteille chez moi, et je ne suis pas en mesure de me rappeler exactement des conditions de dégustation.
Je ne peux que me contenter de croire (et d'espérer) que le problème soit plutôt un problème de perception chez toi qu'un problème réel. (ceci à cause du nombre de bouteilles ouvertes qui trainent chez moi....)
La seule chose que je constate, c'est que meme après deux ou trois ans, je retrouve souvent les mêmes impressions. Avec des nuances? surement, mais c'est difficile à concrétiser.

D'autres avis?
Slainte Mhath
whiskygalore
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 851
Inscription : 11 févr. 2005, 16:13

Pas encore constaté !

Message non lupar whiskygalore » 27 févr. 2005, 12:02

...
Dernière édition par whiskygalore le 29 oct. 2007, 12:37, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Skyisblue
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 1329
Inscription : 11 févr. 2005, 12:41

Re: Tamdhu et autres subtilités d'aération ?

Message non lupar Skyisblue » 27 févr. 2005, 12:03

Je suis plutôt d'accord avec StephG, j'ai la même sensation (j'ai du déjà l'écrire à un moment ou un autre sur le forum). La plupart du temps je suis dans les mêmes conditions physiques de dégustation, même horaire, etc.. Bien sûr je ne dis pas que c'est exactement les mêmes conditions mais je m'en rapproche (Ah si je pouvais arreter le temps!). Et pour moi et mes amis degustateurs c'est pratiquement acquis (ou est-ce un effet de groupe?): l'aération de la bouteille modifie la saveur du contenu. Je remarque la plus grande différence entre le moment T1 où la bouteille vient d'être ouverte et le moment T2= T1 + quelques jours avec diminution de 5 à 10cl dans la bouteille. Je trouve pratiquement toujours meilleurs la dégustation à T2. Ensuite j'ai l'impression qu'une durée entre T2 et T3 de plusieurs semaines/mois existe dans laquelle le whisky est assez stable, enfin qu'il se dégrade lorsque la bouteille est à moins du quart de la bouteille et qu'il à un certain "age" d'ouverture..

En pratique je note jamais un whisky dès l'ouverture de la bouteille. J'aime bien le voir évoluer pendant ces premiers jours car en général il évolue vers le meilleur.
Bon c'est peut-etre dans ma tête que ça évolue (tout se passe là de toute façons) mais la sensation est bien là. Il faudrait vraiment avoir un chimiste (et son labo) pour étudier tous ça objectivement mais bon là c'est bon à enlever une bonne partie du rêve de l'amateur de whisky.
Skyisblue
Sacha
Avatar de l’utilisateur
antoine
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 3014
Inscription : 11 févr. 2005, 11:33

Re: Tamdhu et autres subtilités d'aération ?

Message non lupar antoine » 27 févr. 2005, 12:04

Je rejoins tout à fait skyisblue dans ce qu'il vient de dire.

Moi aussi je ne "note " ma bouteille qu'entre le 1/4 et le 3/4.

Avant il n'est pas assez dévoilé, au milieu il existe vraiment et ensuite petit bonheur la chance.

Même si le tamdhu que je possède n'a pas bougé depuis l'ouverture.

Il est vrai aussi, que tout les whiskies que je possède ne "bougent" pas forcément après 1/4 de la bouteille, mais je me suis basé sur mon expérience vécu sur ceux qui se sont "modifiés", en bien ou en mal d'ailleurs.
Antoine
Avatar de l’utilisateur
Gilles Le Capitaine
Distillateur
Distillateur
Messages : 375
Inscription : 11 févr. 2005, 17:05

Re: Tamdhu et autres subtilités d'aération ?

Message non lupar Gilles Le Capitaine » 27 févr. 2005, 12:06

Messieurs,

Les Single malts sont à l'Ecosse, ce que les Crus Classés sont au Bordelais !

A cela, 3 points fondamentaux que nul ne peut d'oublier :

    1°) un verre à pied - type copita ( forme tulipe - contenance idéale 13 cl ). Vendu à la Cave à 3.80€ l'unité. 20€ les 6.
    Employé par les " Nez " et maîtres de chais des distilleries, considéré avant tout comme Nosing-glass !

    Il est important de préciser qu' il n'existe pas de verre spécifiquement attribué à l'eau-de-vie qu'est le Whisky, par contre, l'observation est de mise, d'attribution du vin, l'expression de la région et le savoir-faire. Ce type de verre aura la polyvalence pour les vins mutés : les Portos, Xérès, Rivesaltes, Banyuls, Muscats, etc...

    2°) la température de service, n'excédant pas 18°.
    3°) la sacro-sainte ...aération.
    et sans oublier - la dilution qui favorise l'ouverture -


Gilles le Capitaine

Revenir vers « Le whisky, c'est fait pour être bu. Comment buvez-vous le vôtre? »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité