Ardbeg Uigeadail

Venez partager vos impressions à propos des bouteilles de whisky que vous connaissez ou que vous voudriez connaitre.

Modérateur : Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
the diver
Apprenti
Apprenti
Messages : 24
Inscription : 30 déc. 2005, 18:29

Ardbeg Uigeadail

Message non lupar the diver » 22 janv. 2006, 00:25

bonjour à tous et toutes

Voilà je me suis fait un petit plaisir en m'offrant ce whisky étant amateur des Islay et ayant déjà eu une bouteille d'ardberg de chez Murray Mc David (je crois que c'était un dix ans )que j'avais fort apprécié.

je ne sais comment expliquer ça car je ne suis qu'un petit amateur et je ne saurais utilisé les termes de professionels pour la dégustation.
je trouve son odeur au nez trés tourbé et fumé , un vrai régal et en bouche une longue finale et un goût que je ne suis pas capable de définir .

le problème que j'ai , c'est que j'ai du mal à le boire , je le trouve un peu trop fort ; quand je l'hume trop longtemps , il me brule l'intérieur du nez et pareil en bouche si je le fais tourner trop longtemps mes papilles gustatives sont anésthésiées .
je ne sais pas si je peux le comparer avec mais cela me faisait le même effet avec le Glenfarclas 105 .

j'ai essayé avec un filet d'eau mais je trouvais que je perdais au goût .

donc j'aurais voulu vos avis ou vos conseils de dégustation (dois-je le boire en digestif ?) car je sens que ce whisky est trés bon mais je n'arrive pas à en ressentir toute la qualité .
La mer n'est pas une poubelle , respectez-la !
laphroaig c moi
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 2806
Inscription : 11 févr. 2005, 08:52

Re: Ardbeg Uigeadail

Message non lupar laphroaig c moi » 22 janv. 2006, 10:57

the diver a écrit :donc j'aurais voulu vos avis ou vos conseils de dégustation (dois-je le boire en digestif ?)

Oui c'est le conseil que je te donnerais dans un premier temps, et peut-être quand tu te seras habitué tu pourras le boire seul. Il faut voir aussi que peut-être ton palais n'était pas dans un bon jour.

Essaie aussi une alliance avec un plat, par exemple un saumon fumé (même si je suis pas trop saumon fumé/whisky tourbé), sinon j'ai essayé un jour cet Ardbeg avec un camembert bien fait, bon c'est un peu spécial mais je trouve que ça marche bien. Bref il faut que tu essaies de l'apprivoiser.
Avatar de l’utilisateur
jmputz
Site Admin
Site Admin
Messages : 10421
Inscription : 09 févr. 2005, 18:32

Message non lupar jmputz » 22 janv. 2006, 12:00

C'est qu'il fait tout de même 54,2° le bougre...
Je me demande parfois effectivement comment on peut boire des trucs de ce voltage sans les allonger. Personnellement, je n'allonge jamais mes cask strength, je suppose que c'est aussi une question d'habitude.
Pire même, quand je bois un excellent whisky (comme le Longmorn-Glenlivet de Scott's Selection d'hier soir -voltage comparable à celui de Uigeadail), l'idée qu'il soit plus fort ne m'effleure même pas. Je suis totalement incapable de deviner un taux d'alcool. Parce que au goût, je ne décèle pas (ou plus) le taux élevé d'alcool.
Sinon, pour le Uigeadail, c'est vrai qu'il est étonnamment puissant au nez, il pique assez bien, mais il est relativement jeune.
Ce n'est pas à mon avis le meilleur whisky pour faire connaissance avec la notion de cask strength.
L'avantage de l'embouteillage "à la force du fût", c'est qu'on peut doser soi-même l'eau qu'on y ajoute, jusqu'au moment où on trouve vrament son plaisir.
Je dirais personnellement de ne pas ajouter de filet d'eau, mais quelques gouttes à la fois. La frontière entre le whisky noyé (et pas trop agréable à boire) et le whisky trop fort (pas trop agréable non plus) est parfois bien étroite.
Slainte Mhath
Avatar de l’utilisateur
the diver
Apprenti
Apprenti
Messages : 24
Inscription : 30 déc. 2005, 18:29

Message non lupar the diver » 22 janv. 2006, 15:19

merci pour vos conseils , je vais essayer .
c'est vrai que lorsque je l'ai coupé avec de l'eau c'était plus un gros filet d'eau que quelques gouttes .
je vous donnerrais mon commentaire ensuite pour vous dire si j'arrive enfin à l'apprivoiser .
J'ai bien réussi avec ma femme c'est quand même pas un whisky qui va me résister ! :D :D
La mer n'est pas une poubelle , respectez-la !
Avatar de l’utilisateur
elzozore
Distillateur
Distillateur
Messages : 452
Inscription : 20 avr. 2005, 22:12

Message non lupar elzozore » 22 janv. 2006, 15:47

Juste à titre d'anecdocte, mais on vient de m'apprendre à sentir les alcools puissants style armagnac et autres bas armagnac.

Mettre toujours le nez en haut du verre et non sur le bord inférieur. En effet, les ethers les plus volatils montent et puis on ne se prend pas les vapeurs d'alcool qui anesthésient le nez.

Méthore essayée sur les whiskies, qui fonctionnent pour mon museau.

Sinon on s'habitue rapidement au voltage. Il y a 1 an, un 46% me faisait peur. Maintenant, mes petites papilles ont du mal à apprécier les 43%, 46%... :? :(
Kratof
Apprenti
Apprenti
Messages : 39
Inscription : 28 déc. 2005, 21:59

Message non lupar Kratof » 22 janv. 2006, 20:16

the diver a écrit :merci pour vos conseils , je vais essayer .
c'est vrai que lorsque je l'ai coupé avec de l'eau c'était plus un gros filet d'eau que quelques gouttes .
je vous donnerrais mon commentaire ensuite pour vous dire si j'arrive enfin à l'apprivoiser .
J'ai bien réussi avec ma femme c'est quand même pas un whisky qui va me résister ! :D :D


Tu l'as apprivoisé de la même manière ? :wink:
Pour moi ça n'a pas marché ! :cry:

Slainte
ttn
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 3740
Inscription : 04 août 2005, 11:05

Message non lupar ttn » 22 janv. 2006, 21:19

Salut The Diver
Si tu as des difficultés à humer un dram qui te parait trop fort, rien ne t'empêche de garder le nez à proximité du verre sans le plonger dedans. Pour le déguster je te conseille de ne prendre qu'une très faible quantité en bouche ou encore de faire une mise en bouche avec un autre whisky qui te parait plus facile à boire (de préférence avec des aromes proches). En tout cas excellent choix que ce Uigeadail!
Slainte
Tony
Avatar de l’utilisateur
the diver
Apprenti
Apprenti
Messages : 24
Inscription : 30 déc. 2005, 18:29

Message non lupar the diver » 22 janv. 2006, 23:02

merci à tous pour ces conseils trés instructifs que je vais essayer de mettre en application lors de la prochaine dégustation .
La mer n'est pas une poubelle , respectez-la !
Avatar de l’utilisateur
Stephane
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 4462
Inscription : 11 févr. 2005, 15:36

Message non lupar Stephane » 23 janv. 2006, 12:06

Hello Diver,

ne t'inquiète pas, j'ai mis un an avant d'apprécier l'Uigeadail, d'en saisir les subtilités sans que sa puissance ne m'écrase le nez, les papilles et l'estomac !
il faut parfois du temps pour qu'un malt soit suffisamment oxygéné pour s'adoucir et s'ouvrir.
Et aussi trouver ce que j'appelle "l'instant clé" (humainement et organiquement parlant) pendant lequel on sera le plus à même de l'apprécier.

sinon, moi j'ai préféré l'uigeadail avec un tout petit filet d'eau fraiche. Mais là c chacun son choix...

Stéphane
Avatar de l’utilisateur
Skyisblue
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 1329
Inscription : 11 févr. 2005, 12:41

Message non lupar Skyisblue » 23 janv. 2006, 12:29

elzozore a écrit :Mettre toujours le nez en haut du verre et non sur le bord inférieur. En effet, les ethers les plus volatils montent et puis on ne se prend pas les vapeurs d'alcool qui anesthésient le nez.


Egalement, sur conseil de JMB de LMDW, pour les brûts de fûts c'est de prendre un verre de diamètre plus grand au niveau de l'ouverture, cela permet d'eviter une concentration trop forte d'alcool.
Sacha
Avatar de l’utilisateur
Gilles Le Capitaine
Distillateur
Distillateur
Messages : 375
Inscription : 11 févr. 2005, 17:05

Uigeadail, une b.

Message non lupar Gilles Le Capitaine » 23 janv. 2006, 12:50

Salut the Diver,
Quelle superbe version cet Uigeadail, c'est bien celui que je préfère sur les 5 éditions d'Ardbeg présentes à la Cave.. J'ai lu avec un grand intérêt les approches des uns et des autres eu égard d'Uigeadail.
Mais personne ne parle de la température de service ?
Pour ma part, je ne dilue pas ce whisky, il possède déjà l'équilibre souhaité : la puissance, la charpente de par sa combinaison d'assemblage et l'intensité. A mon avis, une dilution fut-elle maitrisée risquerait d'endommager la vigueur d'Uigeadail.
par contre, j'observe volontier une température basse de l'ordre de 12-15°, cela atténue la force et permet de découvrir peu à peu le profil aromatique. Un régal qui sera optimisé bien-sûr dans un verre adéquat..
A+,
Gilles.
Avatar de l’utilisateur
Stephane
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 4462
Inscription : 11 févr. 2005, 15:36

Message non lupar Stephane » 23 janv. 2006, 13:02

Gilles, cela me rassure de voir que je ne suis pas le seul à procéder un peu de cette manière, à savoir me servir souvent un dram à température rafraichie, et l'apprécier pendant qu'il se réchauffe petit à petit.

Je suis persuadé que certains malts s'apprécient mieux légèrement frais que chambrés. Mais je n'ai pas encore réussi à définir s'il s'agissait d'une catégorie précise ou d'une autre, en fait les comportements sont vraiment individuels et difficiles à prévoir. Et le pb du froid, c qu'il peut aussi très vite casser le goût d'un whisky, avec peu de chances de retour positif à la normale...
Ca lui donne souvent un net côté tranchant, agressif, piquant.
Avatar de l’utilisateur
antoine
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 3014
Inscription : 11 févr. 2005, 11:33

Message non lupar antoine » 23 janv. 2006, 14:46

En tout cas pour ma part, un vrai régal de saveur, de plénitude et d'envoutemement que Uiguedail..
Mon premier ***** si je me souviens bien..

Et pareil je ne le dilue pas, il est dans son apogée comme cela..
Damien
Maître de chais
Maître de chais
Messages : 234
Inscription : 09 juin 2005, 17:11

Message non lupar Damien » 23 janv. 2006, 16:32

Salut Diver,

Pour moi aussi, l'Uigeadail est une référence dans le monde d'Islay.
Avec le temps, je m'aperçois que je le prends inconsciemment comme base de beaucoup de mes comparatifs. A sa puissance, il ajoute qqchose de bestial assez indéfinissable pour moi.
Contrairement à d'autres monstres de la région, je trouve que son petit plus est l'absence de "sécheresse" qui me gène parfois dans les hauts voltages.
Celui là est presque huileux, une vraie merveille.

L'une des rares bouteilles que je remplace systématiquement qd elle est finie

Damien 8)
Avatar de l’utilisateur
the diver
Apprenti
Apprenti
Messages : 24
Inscription : 30 déc. 2005, 18:29

Message non lupar the diver » 27 janv. 2006, 21:34

bon voilà , j'ai effectué le rituel de fin de semaine c'est à dire me déguster un bon whisky après une semaine chargée . :D
j'ai appliqué vos précieux conseils : :shock:
J'ai dilué ce whisky avec 3 gouttes d'eau et j'ai humé le verre par le bord supérieur (j'ai pris un verre beaucoup plus large).
Au niveau du nez plus de sensation de brulûre , un vrai plaisir à découvrir . :)
au niveau de la bouche , j'ai pu le faire tourner sans que mes pastilles gustatives soit ''out'' ! et après la 2éme gorgée (ou dram c'est le terme non ?) j'ai pu découvrir des nouvelles saveurs que je ne saurais décrire .
par contre la finale en bouche me paraissait beaucoup plus longue qu'auparavant . :o
en résumé , un grand whisky , je ne sais pas si c'est le meilleur que j'ai gouté car pour ça il faudrait pouvoir comparer avec d'autres (malheureusement je finis toutes mes bouteilles à chaque fois ! :D ).
en tous cas , une chose est sûre c'est que je vais pouvoir faire durer le plaisir maintenant et le garder en référence .
merci pour tous vos précieux conseils , c'est un vrai plaisir de vous lire .
à bientot pour de nouvelles discussions . :D
La mer n'est pas une poubelle , respectez-la !

Revenir vers « A propos des bouteilles »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Google Adsense [Bot] et 7 invités