L'effet du froid sur les arômes

Il y a mille et une façons de boire le whisky. Comment préférez-vous boire le votre?

Modérateur : Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
mars
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 11938
Inscription : 08 janv. 2009, 19:40

Re: L'effet du froid sur les arômes

Message non lupar mars » 23 déc. 2013, 01:15

Le revival est fade aussi? (si c'est le cas, ce n'est en effet pas normal)
Oups, j'avais pas lu qu'elle était fermée! Autant la laisser fermée.

Les tourbés une fois ouvert perdent beaucoup de leur tourbe. Surtout si l'on parle de 6 mois. Au point d'être méconnaissable, en effet!

Les sherry changent aussi, ils s'assagissent.

Tu n'es pas le premier à qui l’expérience survient. Il peut y avoir d'autres raisons
- quelqu'un qui a bu une partie du whisky et a remplacé par de l'eau ce qui manquait
- Tes goûts ont évolué entre temps
- une perception différente aussi due au fait qu'avec l'aération l'alcool est moins présent, les arômes plus fondu et le whisky est moins agressif.

J'ai hâte d'avoir l'avis de stup.

Edit : il n'y avait que les islay cité dans la cave? (en bouteille ouverte)
Charleroi, Belgique
Single_Malt_Only
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 872
Inscription : 19 mai 2012, 11:21

Re: L'effet du froid sur les arômes

Message non lupar Single_Malt_Only » 23 déc. 2013, 09:30

Perso, je stocke mes bouteilles dans un (enfin 2 maintenant) meuble de notre cuisine (et chez nous, il fait +- 23° l' hiver) et je n' ai pas noté de dégradation importante même sur les islays (genre ardbeg ten qui est ouvert depuis plus d' un an ou Bruichladdich Infinity III) par contre quand je me suis intèressé de près au monde du whisky, il m' avait semblé comprendre que le whisky n' aimait pas le froid ni les grands écarts de température :think:
n0naud
Maître de chais
Maître de chais
Messages : 322
Inscription : 15 sept. 2013, 11:04

Re: L'effet du froid sur les arômes

Message non lupar n0naud » 23 déc. 2013, 09:52

En effet le Glendronach Revival 15yo a été à la cave, mais la bouteille n'est toujours pas ouverte, donc je ne sais pas ce qu'il en est... Ni comment se comporte le whisky qu'elle contient. Ce sera la surprise à l'ouverture, mais je vais absolument devoir l'ouvrir pour savoir ce qu'il en est.



En bouteilles ouvertes, majoritairement des Islay/du tourbé, que j'avais descendu en attendant de les remonter cet hiver.
Ce que je viens de faire pour malheureusement constater les dégâts.
Entre autres : Ardbeg Ten / Uigeadail / Corryvreckan ; Lagavulin 16 ; Talisker 10 ; Laphroiag 10.
Des OB classiques, rien d'extraordinaire, heureusement pas de grandes bouteilles, rien d'exclusif ou de grande valeur...



Je suis le seul à avoir la clé de cette cave, donc on peut exclure que quelqu'un vienne se servir à mon insu et y rajouter de l'eau. :naughty:
Ou alors je suis somnambule et j'ai trop regardé le fim de Ken Lauch.



En ce qui concerne l'évolution rapide des Islay, j'ai conservé à l'appartement un Coal Ila 12yo. Cette bouteille est ouverte depuis la même époque mais est restée dans mon bar, sans jamais aller dans cette cave.
Elle est toujours très bonne et le whisky n'a que peu évolué, il est pour moi toujours semblable et bon comme à l'ouverture de la bouteille. Rien à voir avec le phénomène constaté dans ma cave sur les bouteilles qui y ont séjourné.

Le problème vient donc exclusivement de ma cave!! J'exclus toutes autres variations/changements violents hors de la cave, vu que tous mes whiskies restés dans le bar de l'appartement n'ont rien et que le Coal Ila est intacte.
Et le problème ne semblerait toucher que les bouteilles qui ne sont plus scellées, déjà ouvertes. Car les Nikka ouverts très récemment n'ont pas l'air d'avoir souffert du passage à la cave mais n'y sont pas resté longtemps non plus. Un mois tout de même et aussi à 12°C.

Il faut donc que je confirme cela en ouvrant le Glendronach 15yo qui a été dans la cave, lui aussi.
Je serai ainsi fixé et aurai surement la confirmation que les bouteilles scellées n'ont pas évolué.



Si je constate que le Glendronach n'a rien, c'est que l'air de la cave, l'atmosphère qui y règne ne permet pas d'y stocker mes bouteilles déjà ouvertes.
Et au vu de ce qui a été dit précédemment par d'autres membres, les températures de 12°C ne seraient normalement pas un problème. La dégustation des Nikka confirme que l'exposition à 12°C n'a pas eu d'influence sur ceux-ci.
La raison serait à chercher ailleurs
.

Hygrométrie trop sèche? Circulation et/ou courant d'air important ayant favoriser un phénomène d'éventement rapide? Je ne sais pas. En tout cas plus aucune de mes bouteilles n'ira dans cette cave.



Désolé pour les longs posts, mais c'est que je ne comprends pas ce qui a pu arriver et que je m'apprête à devoir jeter 6 ou 7 bouteilles et peut-être encore 2 ou 3 toujours scellées... :doh: :cry:

Maintenant je vais préparer mes samples pour Stup et S_M_O et attendre que la sentence tombe.
Image
Avatar de l’utilisateur
dede
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 10280
Inscription : 12 mars 2009, 17:34

Re: L'effet du froid sur les arômes

Message non lupar dede » 23 déc. 2013, 12:08

La t° est stable dans ta cave ou elle varie dans la journée ?

Parce que je ne pense vraiment pas que cela soit lié à la t° proprement dite, vu ce que je stocke sans souci dans la mienne.

Si une t° de 12° altérait le whisky, les Ecossais s'en seraient rendu compte depuis longtemps...
Image
El Phaco, Master Experimental Blender's First Assistant
"I can resist anything but temptation."
"I have the simplest of tastes. I am always satisfied with the best."
O. Wilde

Bouteilles à échanger dans mon profil.
n0naud
Maître de chais
Maître de chais
Messages : 322
Inscription : 15 sept. 2013, 11:04

Re: L'effet du froid sur les arômes

Message non lupar n0naud » 23 déc. 2013, 12:34

L'inertie thermique est bonne dans cette cave et ne varie pas.
Par exemple, et si c'est à cela que tu penses Dede, non il ne fera jamais 5 ou 6°C la nuit, 10°C le matin, 13°C en journée pour revenir à 5 ou 6°C la nuit.


La température de la cave varie depuis fin octobre entre 12,3°C au plus frais et 13°C.
Cela ne fait même pas un delta de 1°C sur la journée. Je pense donc que c'est stable.


Pour moi la température n'est pas en cause. En tout cas, je ne pense pas, j'en écarte maintenant l'hypothèse.
Je pencherai plutôt sur l'atmosphère régnant dans cette cave.
Un air trop sec ou un déplacement constant du volume d'air qui à fait que l'alcool et les arômes se sont évaporés rapidement sur les bouteilles qui n'avaient plus leurs scellés hermétiques.


Je n'aurai surement jamais la réponse, je n'en trouverai pas la cause...
Mais le mal est fait, le résultat c'est qu'une dizaine de quilles sont bonnes à jeter.
Image
Avatar de l’utilisateur
mars
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 11938
Inscription : 08 janv. 2009, 19:40

Re: L'effet du froid sur les arômes

Message non lupar mars » 23 déc. 2013, 12:46

On va attendre ce qu'en dit stup.
Mais c'est quand même une drôle d'affaire. Parce que les bouteilles ont toujours un bouchon et peu d'air passe de l'intérieur à l'extérieur de la bouteille. Et seule les bouteilles avec de la cire autour du bouchon sont hermétique, je pense.
Cela ne peut donc être cela, surtout sur autant de bouteilles(sur une ou 2 cela aurait été possible) a moins d'un manque de bol inimaginable qui aurait fait que tous les bouchons auraient eu un problème après l'ouverture(sont-ils en bon état visuellement?)

Reste un éventuel produit chimique qui se marierais avec l'alcool.
Charleroi, Belgique
n0naud
Maître de chais
Maître de chais
Messages : 322
Inscription : 15 sept. 2013, 11:04

Re: L'effet du froid sur les arômes

Message non lupar n0naud » 23 déc. 2013, 12:53

Non pas de produit chimique dans ma cave (box).
Après ce sont des caves communes, je ne sais pas ce que les autres y entreposent...
Mais quand je descends à la cave, rien ne laisse penser ((pas d'odeur particulière)) qu'il y aurait d'éventuels produits chimiques.


Aspect visuel des bouchons très bons. les bouchons ne sont pas sec, pas effrités.


Un problème, il y en a eu un, c'est certain!
Lequel? Je ne sais pas.


J'espère que ce n'est pas un champignon, une moisissure ou une bactérie car s'il y en a sur mes bouteilles et que je viens de les ramener dans mon bar, je risque de tout contaminer!!

Dans le doute, cet aprem, je nettoie les bouteilles et leur canister. Pas envie de perdre ce qu'il me reste...
Image
Avatar de l’utilisateur
pat gva
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 7441
Inscription : 14 févr. 2006, 23:54

Re: L'effet du froid sur les arômes

Message non lupar pat gva » 23 déc. 2013, 15:29

n0naud a écrit :L'inertie thermique est bonne dans cette cave et ne varie pas.
Par exemple, et si c'est à cela que tu penses Dede, non il ne fera jamais 5 ou 6°C la nuit, 10°C le matin, 13°C en journée pour revenir à 5 ou 6°C la nuit.


La température de la cave varie depuis fin octobre entre 12,3°C au plus frais et 13°C.
Cela ne fait même pas un delta de 1°C sur la journée. Je pense donc que c'est stable.


Pour moi la température n'est pas en cause. En tout cas, je ne pense pas, j'en écarte maintenant l'hypothèse.
Je pencherai plutôt sur l'atmosphère régnant dans cette cave.
Un air trop sec ou un déplacement constant du volume d'air qui à fait que l'alcool et les arômes se sont évaporés rapidement sur les bouteilles qui n'avaient plus leurs scellés hermétiques.


Je n'aurai surement jamais la réponse, je n'en trouverai pas la cause...
Mais le mal est fait, le résultat c'est qu'une dizaine de quilles sont bonnes à jeter.


Je crois de plus en plus que ton hypothèse des mouvements d'air dans ta cave est la bonne.
Je crains que tu est été victime d'un effet de pompe, à savoir les mouvements d'air dans ta cave on pu créer des mouvements de flux et reflux dans tes bouteilles (peut être parce que ta cave est trop sèche, donc tes bouchons ont laissé passer l'air). Visuellement tu n'as rien remarqué, mais cette effet à du avoir pour effet de "fusiller" tes bouteilles.
Master Experimental Blender
Genève
n0naud
Maître de chais
Maître de chais
Messages : 322
Inscription : 15 sept. 2013, 11:04

Re: L'effet du froid sur les arômes

Message non lupar n0naud » 23 déc. 2013, 15:58

Sachant que les caves sont proches de la colonne/trémie d'ascenseur...
Effet de piston/pompe?


Le sous-sol de l'immeuble se comporterait en fait comme un immense bouchon à vide d'air?


Je vais quand même distribuer mes samples à Stup et S_M_O.
Ils me diront si l'un ou l'autres des whiskies vaut encore la peine d'être garder afin de les boire et non plus de les déguster de façon "cérébrale", moins dans l'esprit dégustation mais juste boire un dram.
Image
Avatar de l’utilisateur
mars
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 11938
Inscription : 08 janv. 2009, 19:40

Re: L'effet du froid sur les arômes

Message non lupar mars » 23 déc. 2013, 21:53

n0naud a écrit :Sachant que les caves sont proches de la colonne/trémie d'ascenseur...
Effet de piston/pompe?


Le sous-sol de l'immeuble se comporterait en fait comme un immense bouchon à vide d'air?


Je vais quand même distribuer mes samples à Stup et S_M_O.
Ils me diront si l'un ou l'autres des whiskies vaut encore la peine d'être garder afin de les boire et non plus de les déguster de façon "cérébrale", moins dans l'esprit dégustation mais juste boire un dram.


Dans le pire des cas, quelques glacons et un peu de coca et hop le tour est joué! (je sais, je suis lourd avec mon coca. Ne me cherchez donc plus car je suis déjà sortit :mrgreen: )
Charleroi, Belgique
n0naud
Maître de chais
Maître de chais
Messages : 322
Inscription : 15 sept. 2013, 11:04

Re: L'effet du froid sur les arômes

Message non lupar n0naud » 23 déc. 2013, 22:47

J'ai de quoi faire des Sky-Coca pour des années alors !!
Image
Avatar de l’utilisateur
mars
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 11938
Inscription : 08 janv. 2009, 19:40

Re: L'effet du froid sur les arômes

Message non lupar mars » 23 déc. 2013, 22:53

n0naud a écrit :J'ai de quoi faire des Sky-Coca pour des années alors !!


Pas au rythme auquel je les fait(quand je les fait). En général cela part au rythme d'une demi à une bouteille complète en une fois(mais je ne suis jamais seul, ou rarement)
Charleroi, Belgique
stup
Maître de chais
Maître de chais
Messages : 256
Inscription : 09 juil. 2012, 11:55

Re: L'effet du froid sur les arômes

Message non lupar stup » 27 déc. 2013, 01:03

Première série test : Ceux qui paraissaient bon Nonaud.

Laphroaig Quater Cask :
Dès l'ouverture du sample, de la tourbe...
Un nez frais, un peu vineux et une tourbe plutôt légère.
La bouche et le finish sont dans la continuité : Tourné et touche vineuse.

Talisker DE :
Moins de tourbe, et un coté fruité (agrume et même de la fraise dans un premier temps)

Lagavulin 12Y CS:
Dés l'ouverture du sample, on est sur de la jeune tourbe.
Ça se confirme en bouche... Ce que j'appelle de la cacahouète, faute d'y trouver une autre référence.... Mais de la jeune tourbe, quoi !
Et un peu de foin.

En gros, rien de spécial pour ces 3-ci. Sans être spécialiste de ces bouteilles, elles me paraissent normales.
stup
Maître de chais
Maître de chais
Messages : 256
Inscription : 09 juil. 2012, 11:55

Re: L'effet du froid sur les arômes

Message non lupar stup » 27 déc. 2013, 01:19

Je viens d'essayer le Ardbeg Ten :
Effectivement, dans mon souvenir, le nez est beaucoup plus puissant.
Si il y a de la tourbe, elle est assez légère. Le nez est plus sur une odeur de pharmacie, j'y ai même trouvé un epointe d'Eucalyptus.
Et peut-être est-ce le contexte qui fait, mais j'ai l'impression de trouver une trace de poussière, voir de moisissure de cave (un peu humide donc) dans le nez aussi.

En bouche, une tourbe plutôt jeune mais, à nouveau, nettement moins puissante que dans mon souvenir du Ten.
Avatar de l’utilisateur
mars
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 11938
Inscription : 08 janv. 2009, 19:40

Re: L'effet du froid sur les arômes

Message non lupar mars » 27 déc. 2013, 02:04

stup a écrit :Je viens d'essayer le Ardbeg Ten :
Effectivement, dans mon souvenir, le nez est beaucoup plus puissant.
Si il y a de la tourbe, elle est assez légère. Le nez est plus sur une odeur de pharmacie, j'y ai même trouvé un epointe d'Eucalyptus.
Et peut-être est-ce le contexte qui fait, mais j'ai l'impression de trouver une trace de poussière, voir de moisissure de cave (un peu humide donc) dans le nez aussi.

En bouche, une tourbe plutôt jeune mais, à nouveau, nettement moins puissante que dans mon souvenir du Ten.


Le ten est un des whisky qui supportent le moins l'aération, je trouve.
Charleroi, Belgique

Revenir vers « Le whisky, c'est fait pour être bu. Comment buvez-vous le vôtre? »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités