Cavistes et Grandes Surfaces: l'éternel débat...

Venez ici pour discuter de whisky et de distilleries, mais aussi de la distribution de celui-ci. Où achetez-vous votre whisky: caviste, grande surface, etc...

Modérateur : Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
jmputz
Site Admin
Site Admin
Messages : 10434
Inscription : 09 févr. 2005, 18:32

Cavistes et Grandes Surfaces: l'éternel débat...

Message non lupar jmputz » 11 mars 2007, 11:06

Et voilà que l'éternel débat resurgit... Ce topic fait suite à la discussion à propos du prix du Caol Ila 12 ans en grandes surfaces.
Le sujet passionne les foules et nous avons probablement atteint un point de non-retour en matière de distribution.
Personnellement, je trouve le Caol Ila 12 ans plus qu'honnête et (une fois n'est pas coutume) j'ai applaudi des deux mains à la sortie de versions officielles d'une distillerie qui n'était connue que par la pléthore d'embouteillages indépendants. Comme quoi, une même société (Diageo) peut avoir des politiques très différentes par rapport aux indépendants selon la distillerie concernée. Lagavulin est un produit-phare du groupe, et donc pas question d'en laisser une goutte aux indépendants (à moins qu'ils ne nomment leur produit "Breath of Islay" ou "Finlaggan"...) tandis que d'autres semblant moins prestigieux comme Caol Ila sont surtout produits en tant que matière première pour le marché du blend.

Enfin, on s'éloigne à nouveau du débat.

Quoique...

Le blend me semble être la clé de voûte du système. Maintenant qu'on aime ou qu'on n'aime pas le blend est un problème secondaire. L'important est de savoir que les distilleries en Ecosse ne produisent (pour la plupart) leur whisky qu'en tant que matière première destinée au blending.
C'est le blend qui a fait sortir les distilleries de leur état de petit artisanat local (à côté de chaque boulangerie, il y avait pratiquement une distillerie, et comme les écossais consommaient plus de whisky que de pain, l'Etat a essayé d'y mettre bon ordre en interdisant les petites distilleries. Je mets volontairement de côté ici les raisons profondes (financières déjà à l'époque) pour ne pas alourdir le débat.
C'est le blend qui a permis l'exportation du whisky. D'abord d'une région à l'autre. Il n'était pas question de faire boire de l'Islay à un citoyen de Dufftown... et ensuite sur l'Angleterre et le monde entier. Le whisky était prêt à devenir la grande industrie qu'il est aujourd'hui, et le petit coup de pouce vint d'un petit insecte qui a ravagé la vigne en France, et donc mis le Cognac hors jeu pour un certain nombre d'années.

Tout ceci nous éloigne du débat cavistes- GS

Quoique...

L'engouement actuel pour le single malt vient du fait de sa complexité, de son goût prononcé et très typé, de sa qualité intrinsèque qui fait cruellement défaut dans les blends ... de supermarché!
La grande distribution joue par nature son rôle de grand distributeur. Il faut vendre. N'importe quoi. Dans un même espace, on trouve des carottes, des couche-culottes, des machines à laver, bientôt des voitures (il y a déjà des expériences en la matière), de l'eau minérale, du poulet, des spaghettis et du whisky. L'objectif est de vendre, et que le client revienne la semaine suivante faire ses courses, et acheter de nouvelles carottes, des couche-culottes, (peut-être pas tout de suite une nouvelle machine à laver ni une autre voiture) de l'eau minérale, du poulet, des spaghettis et du whisky.

Or pour vendre semaine après semaine, il faut attirer le chaland. Il faut donc diminuer les prix par n'importe quel moyen. En partant du principe que le concurrent n'est pas le petit commerçant mais une autre chaîne de GS, l'aspect qualité est relativement secondaire. Le produit standard est visé. Et si le produit standard est trop cher, on va diminuer les prix. Oh pas les bénéfices, simplement les prix.
Comment s'y prend-t-on? (bizarre, ça s'écrit comme ça?)
Que s'est-il passé historiquement sur le whisky?
  • D'abord, on économise là où on peut gagner directement. Une des composantes non négligeables du prix du whisky est représenté par les accises. Donc, au moins il y aura d'alcool dans le whisky, au plus on économisera sur les accises, d'où production massive de blends à 40° (heureusement que la loi ne reconnait l'appellation de whisky qu'à des alcools titrant au moins 40°) Je pense que bien peu d'entre nous apprécient encore un whisky à 40° (sauf si ce taux est le résultat des nombreuses années passées en fût...
  • Ensuite, le blend est composé de deux sortes d'ingrédients: du single malt (pour le goût) et du whisky de grain neutre (pour l'harmonisation de ce goût). Le single malt coûte nettement plus cher à la production, donc, on va mettre moins de single malt et plus de grain. On en arrive à des abérrations de whiskies de 3 ans, avec 97% de grain... Bon, ces whiskies là ne devraient pas exister, et s'ils existent, laissons les là où est leur place: dans un supermarché, entre une botte de carottes et un paquet de spaghettis.
  • Une fois ce mouvement de nivellement par le bas enclanché, les clients s'y sont habitués, et se sont mis à mélanger leur whisky avec du coca, à le boire avec de la glace dans des grands verres, à oublier que le whisky est avant tout un produit hyper raffiné et à ne l'utiliser que pour ses effets éthyliques...
  • Certains s'en sont émus, et grâce à une géniale technique de marketting, une bouteille triangulaire a ouvert le marché du single malt. Enfin, ouvert... relativement mal, puisque le single malt ne représente toujours qu'une part infime du marché du whisky. Mais il est en constante progression.
  • Ici aussi je crains qu'on n'arrive bientôt à un marché à deux vitesses. Le single malt de base (qui lui va également représenter 90% du marché du single malt, tout comme le blend représente déjà 90% du marché du whisky) va se vendre comme des petits pains en GS, et les prix des denrées rares, de qualité vont s'envoler (encore plus qu'actuellement déjà).
  • Résultat, les cavistes vont voir leur marge de plus en plus réduite, sauf s'ils ont réussi à se construire un marché unique (par une politique de prix internationalement reconnue par exemple) et à vendre sur internet.
    Et alors adieu le whisky chez le caviste, et à terme, adieu le whisky... Parce que les bonnes choses ne vont plus se vendre que chez les embouteilleurs indépendants qui auront de plus en plus de mal à se fournir. La boucle est bouclée.
Reste à voir s'il va encore y avoir du single malt digne de ce nom d'ici quelques années.
Pourquoi les amateurs de ce forum entre autres se tournent-ils tous vers des vieux whiskies? Je veux dire des whiskies fabriqués il y a longtemps. Parce que le séjour prolongé dans un fût n'explique pas nécessairement la qualité de ces vieux whiskies. Combien de fûts anciens sont tellement mauvais que leur contenu ne sert même plus à faire du vinaigre?

On pourrait encore avoir le même débat à propos d'autres alcools. Le sherry par exemple... Personnellement je n'aime pas le sherry, mais sans sherry pas de whisky... Et si le sherry suit la même courbe de grande distribution, où allons-nous?

C'est dans ce sens que je disais que nous sommes occupés à tuer la poule aux oeufs d'or. Loin de moi l'idée de lancer la pierre aux cavistes (même si certains se sont sentis visés à tort). Alors, si le Caol Ila 12 ans est à 30 euros chez Carrefour, moi je préfère l'acheter à 35 euros chez un caviste. Mais je suis d'accord que le sponsoring du commerce de détail a ses limites, le prix de 45 euros à LMDW n'est absolument pas justifié. Et cette politique-là de prix trop élevés contribue également à tuer la poule aux oeufs d'or. Que dire encore de ce Caol Ila 12 ans avec deux verres et un coffret en bois à 62 euros...
C'est vrai que ce genre de "promotions" fragilisent très fort mon argumentation. C'est dans ce sens-là que je disais:
Putain de whisky (oups)! Cavistes, réagissons.
Putain de whisky (re-oups)! Amateurs de single malt exceptionnels, réagissons!

Bon, toutes mes félicitations à tous ceux qui auront eu le courage de lire ce message jusqu'au bout.
En espérant (sans trop y croire) qu'il aura servi à quelque chose.
Dernière édition par jmputz le 11 mars 2007, 16:38, édité 6 fois.
Slainte Mhath
Avatar de l’utilisateur
pat gva
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 7518
Inscription : 14 févr. 2006, 23:54

Message non lupar pat gva » 11 mars 2007, 12:08

Voir ma remarque sous le post "de sombres perspectives d'avenir".
Je réitère mes chaleureuses remerciements et encouragements au cavistes qui nous font découvrir toutes ses merveilleuses bouteilles.
Master Experimental Blender
Genève
Avatar de l’utilisateur
jmputz
Site Admin
Site Admin
Messages : 10434
Inscription : 09 févr. 2005, 18:32

Message non lupar jmputz » 11 mars 2007, 12:24

pat gva a écrit :Voir ma remarque sous le post "de sombres perspectives d'avenir".
Je réitère mes chaleureuses remerciements et encouragements au cavistes qui nous font découvrir toutes ses merveilleuses bouteilles.
L'inconénient des longs messages comme celui qu précède, c'est de se voir dépasser par des plus courts.... Le message de pat gva a été posté avant le mien (même si le mien se trouve plus haut...) et n'a donc pas de rapport avec celui-ci et vice-versa.
Slainte Mhath
chrismetz
Contre-maître
Contre-maître
Messages : 165
Inscription : 11 avr. 2006, 21:39

Re: Cavistes et Grandes Surfaces: l'éternel débat...

Message non lupar chrismetz » 11 mars 2007, 16:20

Jean-Marie, je crois que tu as parfaitement résumé la sitation.

Maintenant, on pourrait rajouter quelque chose : peut-être devrions nous nous montrer (j'en fais partie) plus circonspect quand nous achetons par exemple un flacon de single malt de 4 ou 5 ans vendu 90€ la bouteille parce que c'est une édition limitée, qu'il y a plein de tourbe, que c'est une "trucmuche finish" ou encore que l'emballage numéroté coûte plus cher que le whisky.....

Christophe
Avatar de l’utilisateur
AlexandreV
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 674
Inscription : 18 avr. 2006, 19:38

Message non lupar AlexandreV » 11 mars 2007, 18:15

Très bon résumé JM ;)

Je tiens moi aussi à apporter des éléments. Bon courage à ceux qui s'engagent dans cette lecture :)

La France est le premier pays consommateur de whisky écossais dans le monde avec 153 millions de bouteilles importées en 2005, devant les Etats-Unis (120 M) et l'Espagne (93 M), ces trois marchés représentant plus du tiers du marché mondial.

Les Français sont les deuxièmes plus grand consommateurs par habitant derrière les Grecs (24 millions de bouteilles). Un marché capital donc pour ce produit. Les premières marques (des blends évidemment) restent Label 5 et William Peel (dans les 13 millions de bouteilles)... sans parler de William Lawson et consors, inconnus à l'étranger (verrouillage du marché!?). La France reste donc le pays où l'on consomme le plus de mauvais whisky dans le monde développé! Ca permet de faire vivre des distilleries et des grands groupes mais c'est paradoxal pour un soi-disant "pays de goût et de culture" ;)

Les marchés les plus qualitatifs sont définitivement les pays asiatiques riches: la Corée du Sud, Taïwan et Singapore (et sûrement le Japon?). Les Etats-Unis ne restent pas en marge sur le Scotch, tout comme l'Allemagne, le Benelux ou la Scandinavie...

Pourtant la France a joué un rôlé majeur pour de grands single malts, je citerai Lagavulin ou encore Glenfiddich (aux alentours de 40 millions de bouteilles par an, leur premier marché étant la France!). La France a pris du retard face à ses voisins latins mais le fait que les GMS s'intéressent de plus en plus aux produits de qualité est plutôt un signe encourageant pour la démocratisation de la consommation et de la culture du whisky de qualité. Bien sûr la pression sur les prix y est forte et il suffit de cueillir les fruits fournis par le travail des cavistes qui transmettent véritablement cette culture de la dégustation et de la découverte.

Il reste cependant un autre acteur que l'on oublie souvent, l'Etat. Prenons l'exemple du cognac: ce produit marche très fort aux Etats-Unis, en Russie et en Asie et les nombreux touristes s'imaginent aisément qu'en France on boit et trouve des cognacs de qualité aisément... malheureusement le marché français du cognac est en chute constante depuis des années, la tradition s'est perdue (encore plus flagrant, pensons aux armagnacs et autres calvados, qui atteignent des sommets de qualité et de personnalités, ou encore à la disparition du kirsch en Alsace...). Les réglementations en vigueur pour la production de spiritueux de qualité est extrêmement contraignantes, théoriquement dans l'intérêt du consommateur mais malheureusement extrêmement onéreuses et donc contreproductives. Le prix des bouteilles de qualité est tout simplement prohibitif en règle générale. De là à relancer le débat sur le niveau de taxe face à nos voisins européens (Espagne pour toutes les gammes et même Luxembourg où les bouteilles de spititueux de 200€ sont les moins taxés de l'UE! - effet des droits élevés mais TVA faible favorisant la très grande qualité).

Derniers acteurs essentiels, de véritables relais de culture eux aussi: les CHR, trop conditionnés par les discours des grandes marques et qui disposent rarement de carte digne de ce nom, en gros le reflet d'un bar lambda à la maison où alors proposant la qualité à des prix inaccessibles (un verre au tiers du prix de la bouteille?).

Voilà pour le débat sur la qualité des whiskies en France.

Pour en revenir aux deux Islay cités, j'ai entendu dire de la part d'Ecossais que les contrats liant la distillerie et des embouteilleurs sont arrivés à terme et que donc ces produits ne contiendront bientôt plus de Lagavulin ou disparaîtront. A suivre dans les prochaines années donc ;)
Pour le Caol Ila, j'ai la réponse mais je ne l'écrirai pas ici (en mp peut-être ;) )

Sinon, il est évident que les prix publics de LMDW ne peuvent pas être plus bas que celui des cavistes car c'est un importateur / distributeur / sélectionneur avant-toût. Son intérêt reste de défendre ses clients, non?
Tiens j'aimerais savoir si les cavistes réalisent les mêmes marges sur les vins et autres spiritueux qui sont extrêmement concurentiels à cause de la présence des grandes surfaces sur tous les segments du marchés.

Bon je m'arrête là, j'ai déjà peur d'avoir été trop long.

A+ :P
A la recherche de nouvelles sensations à partager ! Image
Avatar de l’utilisateur
bottler
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 3124
Inscription : 22 janv. 2006, 16:19

Message non lupar bottler » 11 mars 2007, 20:12

J'ai quelques pensées sur la question, comme on peut s'en douter, ayant fréquenté de près les deux circuits dans les 30 dernières années, mais je serais plus intéressé de lire ce que des parties prenantes comme Régis, Gilles, Robert31 en pensent que de raconter mon expérience : disons que je partage certaines idées avec Alexandre, mais pas toutes.

Le débat ne se limite pas à une question de marge ou de quantité achetée, le débat touche aussi la profondeur de gamme des magasins, le conseil, et en amont la facilité de livrer dans des conditions économiquement rentables (quantité par livraison, paiements ponctuels des clients, "prestations" fournies par le client, besoin de vendre plus ou moins pressant de la distillerie, budget pub et promo, etc, etc..,
Avatar de l’utilisateur
Stephane
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 4462
Inscription : 11 févr. 2005, 15:36

Message non lupar Stephane » 12 mars 2007, 11:08

Bon, en l'espace d'un weekend, un post qui partait sur la simple constatation d'une "bonne affaire" est presque devenue affaire d'état! Et chacun y va de plus belle sur des positions radicales anti/pro cavistes ou autres!

Je sais bien qu'on est en période électorale et que ça doit exacerber certains ;)
mais quand même, vous trouvez pas que vous poussez un peu là ???

si certains ne peuvent pas comprendre l'intérêt que représente une bouteille qu'on trouve excellente mais trop chère dans le circuit cavistes, qui arrive en GD 30% moins cher... ben ma foi je vois pas ce que je peux leur dire...
considération bassement matérielle ?...
ben quand on ne touche pas un salaire de PDG, et quand sa passion revient vite cher... je réponds OUI! FORCEMENT!!

Pour ma part je vais régulièrement rendre visite à des cavistes et je leur prends quasiment toujours quelques bouteilles.
Je passe aussi des commandes à certains cavistes éloignés, et certains "pros" du forum le savent bien...

Alors voir certains s'insurger quand un amateur se réjouit de trouver une bouteille qu'il aime vendue moins chère dans sa GS du coin que chez tout caviste confondu, là ça m'irrite un peu... et j'ai du mal à comprendre.
Peut-être que certains ont oublié que le succès et l'épanouissement des single malts vient en partie de la commercialisation à grande échelle d'une certaine bouteille triangulaire ?...

Stéphane
Avatar de l’utilisateur
RX21
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 2635
Inscription : 25 août 2005, 13:19

Re: Cavistes et Grandes Surfaces: l'éternel débat...

Message non lupar RX21 » 12 mars 2007, 11:57

jmputz a écrit :Et voilà que l'éternel débat resurgit...
Personnellement, je trouve le Caol Ila 12 ans plus qu'honnête et (une fois n'est pas coutume) j'ai applaudi des deux mains à la sortie de versions officielles d'une distillerie qui n'était connue que par la pléthore d'embouteillages indépendants. Comme quoi, une même société (Diageo) peut avoir des politiques très différentes par rapport aux indépendants selon la distillerie concernée. ... comme Caol Ila sont surtout produits en tant que matière première pour le marché du blend.

Je ne suis pas entièrement d'accord avec ceux qui s'oppose à la généralisation du Caol Ila en GS.
Je connais beaucoup de gens, qui ne fréquentant que les GS, ne connaissent les Islay qu'à travers le Lagavulin (qu'ils trouvent trop fort) et accessoirement le Bowmore Legend (pour moi pas représentatif de cette marque). Rebutés par le laga, ils n'ont en général jamais l'idée d'aller plus loin. Offrir le Caol Ila en GS c'est ouvrir l'horizon des Islay et des tourbés, et par la même donner une plus grnde chance aux cavistes de trouver d'autres clients.
Au niveau de prix, il parait anormal de payer un Caol Ila 12 44€ ou bien un Royal Lochnagar 12 à 40€ en France. D'un autre coté, il est évident et légitime que les cavistes qui ont constitué des stocks auprès de leur intermédiaires et importateurs officiels voient d'un mauvais oeil l'arrivée en GMS des Caol Ila 12 ou Clynelish 14 et je les comprend.
Par contre, et alors que les autorités européénnes imposent des règles draconniennes pour accélérer la concurrence dans certains domaines (télécom, postes,énergie, transport), je dénonce tous les contrats d'exclusivité qui donnent aux producteurs et surtout aux importateurs la possibilité de maintenir des prix et des marges élévées, quelquefois au détriment des volumes de vente qu'ils pourraient faire avec des tarifs plus raisonnables. S'il est vrai que les augmentations des volumes se font souvent au détriment de la qualité, elle pourront mordre sur la part largement majoritaire destinée au blend, et là, il y a du potentiel.
Enfin, je pense que les cavistes ne seront pas inquiétés tant qu'il sauront nous trouver des embouteillages intéressants et introuvables en GMS. D'autant que pour la plupart leurs offres en malts ne constitue pas leur coeur de métier puisque c'est le vin qui occupe ce rôle.
Concernant les stocks de qualité, malheureusement limités, mais il ne faudrait pas notamment que les pays du BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine se mettent à préempter tous les stocks comme il commencent à le faire au risque d'une flambée des prix), mais cela c'est difficile à endiguer.
Dernière édition par RX21 le 12 mars 2007, 19:45, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
jmputz
Site Admin
Site Admin
Messages : 10434
Inscription : 09 févr. 2005, 18:32

Message non lupar jmputz » 12 mars 2007, 19:32

J'avais bien pensé en postant ce long message que je risquais de ne pas être compris par tout le monde. Et ça n'a pas manqué :lol:
D'abord, je ne suis pas caviste, et donc à la limite je me fous pas mal de leur situation par rapport au single malt, et ensuite je ne suis pas concerné par les élections... Je ne suis même pas concerné par la problématique des GS puisqu'elles ne vendent pas de whisky digne de ce nom en Hollande. Je dirais même qu'il n'y a pas de GS digne de ce nom en Hollande.

Par contre, je suis concerné étant amateur de whisky. Et je m'inquiète très fort des risques que la distribution en GS peut à terme comporter pour la qualité du produit qui fait mon bonheur quotidien.
Evidemment que j'ai dressé un tableau un peu caricatural (mais les images-choc aident à la compréhension), et bien entendu que je ne jette pas la pierre à ceux qui achètent du Caol Ila à 30€ en supermarché. Je vois le problème à long terme. Je peux me tromper, et j'espère que c'est le cas.

Seulement si quelqu'un avait prédit une substantielle perte de qualité pour les blends suite à leur introduction dans les circuits de grande distribution, on aurait certainement aussi crié au scandale.

J'ai la faiblesse de croire qu'il n'est pas trop tard, mais encore une fois je ne me sens pas trop concerné, puisque le marché hollandais semble se porter assez bien du côté de la diversité. Je me souviens de discussions il n'y a pas si longtemps à propos de la disponibilité des Old Malt Casks en France. Tout ca en grande partie parce que le distributeur numéro 1 en France a viré Douglas Laing de son catalogue. Le produit est trop cher pour le caviste moyen, et donc le produit va à terme redisparaître du marché. Bon, on pourrait dire tant pis...
Si les circuits professionnels qui devraient assurer une promotion intelligente du single malt n'ont plus comme image de marque que d'être très chers (va au Carrefour du coin, et tu trouveras les mêmes trucs à beaucoup moins) et que la qualité de base trouvée en GS est très honnête (comme c'est le cas du Caol Ila tout comme du reste de la gamme des Classic Malts), le fossé sera de plus en plus énorme et à terme plus de whisky en France, puisque les cavistes ne vont pas prendre de risque, et les amateurs pourront se retourner vers internet.
Si c'est ce qu'on veut, pourquoi pas...

C'est la seule chose que je voulais dire en disant qu'on était occupé à tuer la poule aux oeufs d'or. Et ca s'adresse aux cavistes qui pratiquent des prix exagérés (la MDW vend le Caol Ila 12 ans 50% (et non 30) de plus que Carrefour (45 euros contre 30), et je prétends que les prix de Carrefour sont exagérés également (en regardant ceux de mon caviste qui n'est pas dans la misère pour autant). Mais ça s'adresse aussi aux amateurs qui alimentent le circuit. Et je ne peux pas leur donner tort à court terme.

Maintenant, ceci dit j'espère vivement me tromper.
Slainte Mhath
Avatar de l’utilisateur
Robert31
Distillateur
Distillateur
Messages : 410
Inscription : 02 déc. 2005, 05:17

Message non lupar Robert31 » 12 mars 2007, 20:24

L'opportunisme à outrance tue a terme les opportunitées
Avatar de l’utilisateur
antoine
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 3014
Inscription : 11 févr. 2005, 11:33

Message non lupar antoine » 12 mars 2007, 21:38

Bon je rentre un poil tard, et j'y vais de ma plume.

Pour faire court, je suis en partie pour et contre tout ce qui est dis, et cela ne fait pas avancé le schmilblick.

Il me semble que le débat est un poil à côté du début de l'autre post.
Il ne s'agit pas , enfin pour moi de casser du caviste ou de cracher sur des GS.
Que les GS fassent du single malt , c'est très bien.. et les cavistes avec leurs gammes , si j'ose dire, font le large complément.
Ceux qui sont intéressés par le single malt, après les GS qui dans la majeure partie le fait découvrir, enfin c'est mon cas, après le site de Jean Marie; vont ensuite vers les cavistes de tout ordre.
Ces derniers toucheront donc tous les amateurs éclairés.. certes ils ne toucheront pas les occasionnels qui resteront en GS, mais suis pas sur qu'ils seraient allés voir un caviste.

Le pb posé est le prix des singles malts en france et les marges.
Certes il y a les promos et les pubs.. mais peut être que je me trompe, il me semble aussi que les cavistes d'autres pays le font aussi et ont un magasin de vente.
Van zhuylen, whisky exchange et d'autres.
Le premier bénéficie de super taxe de son pays, et les autres ne sont pas moins bien lotie dans leurs pays (GB).
Alors pourquoi vendent ils moins chers qu'en france.
En excluant le GB qui sont proches de l'Ecosse et n'ont pas les mêmes couts de transport que les french, j'aimerai savoir comment fait notre cher caviste des pays bas pour avoir des prix pareils.
Il passe en direct me direz vous, et en france il y a un intermédiaire.
D'accords, mais ne me faites pas croire que Van bénéficie de meilleurs prix d'achats que nos intermédiaires ...
Que l'intermédiaire ne vendent pas moins cher que les cavistes en france, est la moindre des choses, sinon, autant mettre la clef sous la porte.. mais qu'en est il des tous ceux que nous avons démarchés sur la région toulousaines et qui nous ont dis ne pouvoir nous faire 15% ( je sais on a poussé un peu) pour une grosse commande sous peine de ne plus rien gagner sur les bouteilles.
La je comprends les prix cavistes, si ils font moins ils gagnent rien et tout travail mérite salaire..
Le pb pour y revenir est donc pour ma part les marges, non du caviste mais de l'intermédiaire.

Il faut savoir si on veut , tout en gagnant bien sa vie, vraiment faire profiter du produit .
A moins que bon nombre de cavistes nous aient raconté des bourdes, j'en doute, ils ont les mains liés.
pourquoi ne pas baisser les marges, et donc permettre aux cavistes de vendre un peu moins chers, ou au moins pouvoir faire des offres le moment venue.
Car se qui me gène le plus, c'est pas tant d'acheter cher chez le caviste, mais c'est de savoir que mon argent n'ira pas dans sa juste proportionnalité au caviste.
Résultat de tout cela, les achats internets pleuvent au détriment du commerce local qui fait ce qu'il peut en fait.

Je sais qu'il y aura des contres mais ......

Bien à vous
Avatar de l’utilisateur
jmputz
Site Admin
Site Admin
Messages : 10434
Inscription : 09 févr. 2005, 18:32

Message non lupar jmputz » 12 mars 2007, 22:08

Moi aussi je suis à moitié d'accord avec ce que tu dis, Antoine et à moitie pas. Comme ça, le schmilblick restera bien en place...

Pour moi le problème du prix en magasin n'est que la partie visible de l'Iceberg. Bon c'est très important évidemment, mais si c'était la seule composante du problème, je ne vois pas pourquoi je m'en ferais. Je ne suis pas caviste, et je peux facilement me procurer des tas de bonnes choses.

Le problème pour moi est celui de la distribution de masse, aux conditions des supermarchés. Maintenant tu as certainement raison de dire que beaucoup n'auraient pas découvert le single malt tout seul en entrant chez un caviste. Moi non plus je ne l'ai pas découvert comme ça.
J'ai été en Ecosse pour de toutes autres raisons, et c'est en rentrant à La Haye que j'ai découvert que ce caviste sur la place pas loin de chez moi avait toutes les marques que j'avais vues dans les magasins des Highlands, mais à des prix nettement inférieurs.

C'est la puissance financière et la pression sur les prix en amont qui me gêne un peu chez les grandes surfaces. Evidemment, je ne me fais pas de soucis pour LVMH ou pour Diageo. Les dirigeants de ces groupes ne vont pas se battre avec Carrefour, d'ailleurs ce sont les mêmes ou à peu près. Non, ce qui m'inquiète c'est que ces pressions feront diminuer les prix. Jusque là pas de problème. Mais ni les dirigeants de Diageo ni ceux de Carrefour ne sont prêts à baisser volontairement leurs marges. Ils sont là pour faire du bénéfice (et on ne va pas le leur reprocher), et s'ils sont contraints à diminuer leurs prix, ils ne pourront le faire qu'au détriment de la qualité.

Enfin, c'est exactement ce qui s'est passé avec le blend. Personnellement je n'ai pas de problème avec des blends de qualité (je n'en achète pas parce que j'ai décidé un jour de créer un site consacré au single malt, et que cela garnit déjà largement mes armoires et dégarnit assez largement mon portefeuille..., mais il n'y a pas de raison philosophique derrière) et je regrette que la qualité soit moins élevée maintenant. Maintenant ce n'est certainement pas uniquement la faute des supermarchés. Mais à mon avis ils ont contribué à cette dégradation. Et tant qu'ils se contentaient de vendre du William Lawson ou du Vat69, cela ne me touchait pas.
Le Caol Ila, cela commence déjà à me toucher un peu plus...
Slainte Mhath
ttn
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 3740
Inscription : 04 août 2005, 11:05

Message non lupar ttn » 12 mars 2007, 23:48

Ils sont là pour faire du bénéfice (et on ne va pas le leur reprocher)
Eh ben si! :lol:
Tony
Avatar de l’utilisateur
Robert31
Distillateur
Distillateur
Messages : 410
Inscription : 02 déc. 2005, 05:17

Message non lupar Robert31 » 13 mars 2007, 09:17

mais qu'en est il des tous ceux que nous avons démarchés sur la région toulousaines et qui nous ont dis ne pouvoir nous faire 15% ( je sais on a poussé un peu) pour une grosse commande sous peine de ne plus rien gagner sur les bouteilles.


Tout dépend de la politique du Caviste, de son pouvoir auprès de LMDW, .......Peu font 15% de remise mais certains font de 10 à 20 % de remises en permanence sur une selection de produits et 15 % voir plus sur toutes commandes spécifiques avec en plus la livraison gratuite autour de Toulouse...

Robert
Avatar de l’utilisateur
Stephane
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 4462
Inscription : 11 févr. 2005, 15:36

Message non lupar Stephane » 13 mars 2007, 11:05

Pour ma part je ne "calcule" pas autant que toi Jean-Marie, ou alors pas de la même manière...

Je pense qu'il y a des produits "purs cavistes". Des éditions limitées, des bouteilles âgées, et Dieu sait qu'il en pleut de + en +!
Aucun caviste ne pourrait proposer tout ce qui se fait actuellement en la matière sur le marché...

Et il y a des produits plus "basiques" (ce qui n'empêche qu'ils peuvent être excellents of course, d'ailleurs vous connaissez mon opinion à ce sujet, que j'aimerais bien trouver eux en grande distribution à 30 ou 50% moins cher que le tarif caviste de base, que j'estime être du vol pour ces produits là.
Le Caol Ila 12 ans entre typiquement dans ce cadre pour moi!
comment peut-on étiquetter ce whisky "Hidden Malt" alors que la distillerie en produit des qtés phénoménales ???
on en avait déjà parlé.
d'ailleurs si on se met à le trouver dans de + en + de GS ça le prouvera bien.
et je ne vois pas pourquoi cela entrainerait automatiquement une baisse de qualité à l'avenir?...

comme l'a dit Antoine, qui sur ce forum n'a pas été initié à l'univers des single malts grâce à des bouteilles achetées en grande distrib ?...

Je pense qu'il y a largement la place avec l'essort du single malts et la quantité de nouveaux produits qui sortent chaque année pour que le marché de la GD et celui des cavistes s'épanouissent en parallèle, en continuant de proposer des choses pour tous les goûts et à tous prix.
D'ailleurs on évoquait l'an dernier le pb de l'augmentation des prix... alors comment ne pas se réjouir de trouver le Caol Ila 12 ans à 30 euros en GS ???
Si la GD n'intervient pas de temps en temps pour proposer ce genre d'alternative aux tarifs cavistes pas toujours mais très souvent exégérés (notamment sur des produits assez "basiques"), comment pensez vous que l'essort des prix sera endigué ?...

Et puis honnêtement, quelle utilité que les cavistes vendent 30 à 50% plus chères des bouteilles qu'on va trouver dans presque toutes les GS (style les Classic Malts) ?
Avec toute la variété de produits justement introuvables dans le circuit GD!...

Stéphane

Revenir vers « Le monde du whisky »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invités