MACALLAN AVANT L'AN 2000

Venez ici pour discuter de whisky et de distilleries, mais aussi de la distribution de celui-ci. Où achetez-vous votre whisky: caviste, grande surface, etc...

Modérateur : Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
gilkartmen
Apprenti
Apprenti
Messages : 25
Inscription : 09 août 2016, 09:44

MACALLAN AVANT L'AN 2000

Message non lupar gilkartmen » 19 août 2016, 10:01

Mon Analyse sur le Whisky MACALLAN « avant l’année 1990 »
Rappel :
Officiellement créé en 1824 : date de demande de la patente après avoir accepté les contrôles gouvernementaux établis par Westminster
Pour info :
il est fort probable que Macallan existait depuis un certain temps. Ce qui rend la chose plus probable, c’est le rôle joué par la ferme Macallan dans le commerce de bétail au début du 18e siècle : le bétail, élevé dans les colines et les plaines d’Ecosse, était dirigé lentement vers Falkirk ou l’un des marchés du sud du pays fréquentés par les acheteurs anglais.
Un des rares gués de la rivière Spey se trouve sur les terre de Macallan, où les abris pour le bétail, avec leurs murs de pierre et de terre, se voient encore. Jusqu’à la construction à Craigellachie du pont construit par Telford en 1814 . il est probable que les fermiers des terres de Macallan y recevaient les conducteurs de bestiaux à leur passage et leur offraient leur breuvage traditionnel avant qu’ils ne se remettre en route vers le sud .
A partir de 1824, au fur et à mesure que s’étendait la réputation du whisky Macallan, la distillerie (construite par Alexander Tried) se développait sous la direction de Roderick Kemp et de ses prédécessurs.
Lorsque Roderick Kemp mourut en 1909, la direction fut assurée par un trust de famille, jusqu’à ce que, en 1946, une compagnie privée fût créée sous le nom de R.Kemp – Macallan – Glenlivet.
En 1968, création de la société anonyme Macallan-Glinlivet.
Néanmoins trois des quatre directeurs sont encore les descendants en ligne directe de Roderick Kemp, qui fut à l’origine de la réussite de la compagnie et de la réputation de Macallan.
La distillerie Macallan se dresse sur sa citadelle naturelle dominant la Spey aux eaux rapides. Elle frappe par ses dimensions et son outillage traditionnel.
Le site n’a pas changé, l’élégance trouve son expression dans un manoir du 17e siècle Easter Elchies
La restauration en est projetée, car ce serait un monument digne de la distillerie dont il commémorerait la fondation.
MACALLAN un Whisky supérieur, parfoit incomparablement supérieur à un autre ?
L’orge :
provenant de la plaine côtière au nord des Grampians (certaines années on importe une orge (ou un malt) encore plus riche en amidon). Chaque chargement est évalué par le préposé au malt et analysé en laboratoire.
La germination, après chauffage à la tourbe, a lieu dans des conditions dont 150 ans d’expérience ont prouvé la supériorité. (la tourbe pour les fourneaux est founie par les landes de la forêt d’ Elchies )
Après avoir été séché le malt est mis en état (processus connu sous le nom d’épluchage).
Il est ensuite moulu et brassé avec cet élément essentile qu’est l’eau de source. Elle arrive bouillonnante , froide et pure, de sources augmentées des neiges fondues venues des hauteurs des landes à tourbe.
Le produit de brassage est ensuite écoulé et mélangé avec des levains spéciaux dans des « bacs » en bois. Ce sont des tonneaux de proportions énormes faits de bois de pin ou de mélèze provenant des forêts de Macallan. C’est dans ces « bacs » qu’à lieu la fermentation. (Après chaque fermentation on nettoie le « bac » en se servant de brosses faites avec la bruyère récoltée dans les environs
La distillation :
Les alambics sont petits (alors que d’autres fabricants ont augmenté la dimension pour intensifier la production) Macallan s’en est tenu à la grandeur rt à la forme d’origine, de même qu’a été maintenue la méthode consistant à chauffer les alambics par « fournaise directe » (encore un des nombreux domaines où la méthode traditionnelle et coûteuse s’est révélée la meilleure)
Des échantillons sont pris à l’alambic à intervalles réguliers par le « distillateur » dont la fonction est aussi importante que celle du préposé au malt. Il est à égalité avec le taste-vin le plus expert. Son opihion fait loi : si le distillateur dit non, c’est non.
Après avoir passé cet examen sévère, la liqueur est livré aux mains du tonnelier
Le Tonnelier :
Les tonneaux à Xérès en bois de chêne dans lesquels on laisse mûrir le whisky sont l’un des aspects les mieux connus de la fabrication. Seul le bois est suffisamment perméable pour permettre le degré d’évaporation désirable ainsi qu’une absortion suffisante de l’air pur et humide de la haute Ecosse. Seul le chêne donne au whisky la couleur et la saveur appropriées, seul un tonneau qui a contenu du Xérès peut donner au whisky qu’on y laisse mûrir pendant des années le goût spécial qui caractérise un grand whisky.
« Tout le whisky de Macallan est mûri dans des tonneaux en bois de chêne »
La question du magasinage est importante : Au lieu d’être du type moderne, construite en matériau léger pour réduire le prix de revient, les entrepôts de Macallan sont des bâtiments solides, de construction traditionnelle, à toits d’ardoise et à sols de terre battue pour arriver à l’isolation et à l’atmosphère humide nécessaires .
La Maturation :
La loi exige 3 ans, période acceptée avec une résignation courageuse par tout amateur de bon whisky.
Pour la compagnie ce délai représente une immobilisation de capital et, par conséquent, il a une porté directe sur le prix …sans compter sur l’évaporation à travers les parois des tonneaux.
« Cent pour Cent de tout whisky Macallan mis en bouteille est gardé jusqu’à ce qu’il atteigne l’âge de 8 ans »
Une certaine partie est gardée plus longtemps encore ( 10, 12, 17, 18, ou même 30 ans)
Peut-être le meilleur des whisky écossais : Nous avons ici un whisky dans la meilleure tradition des bord de la Spey, à vrai dire de l’avis de beaucoup de connaissuers, c’est à l’heure actuelle le meilleur whisky. Il a un velouté et une richesse d’arôme qui n’appartiennent qu’à lui…
il est intéressant de noter qu’après 140 ans la compagnie a décidé d’omettre l’appellation Glenlivet de son label.
Je ne connais pas de meilleur whisky que le Macallan de 1952 ou de 1953, mais hélas, il n’y en a plus…..
Ce point de vue du Professeur R.J.S. McDowel se trouve dans l’ouvrage intitulé « Les Whisky d’Ecosse » publié par John Murray en 1967. L’auteur avait consacré 10 ans à une étude du whisky dont l’ampleur et l’intégralité sont dignes des plus grands éloges.
Il est vrai, dans plus d’une cave de distinction. La Royauté lui accorde ses faveurs. Et nous avons été surpris outre mesure d’apprendre que, lorsque les chefs d’état et autres augustes personnages sont reçus par la Corporation de la Cité de Londres à Mansion House, on offre parfois aux convives le choix du whisky Macallan ou un Cognac d’un grand âge.

Revenir vers « Le monde du whisky »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Steph2A et 2 invités