"Mon" Whisky Live 2012

Whisky Live
Avatar de l’utilisateur
Diego's Secrets
Ouvrier distillateur
Ouvrier distillateur
Messages : 99
Inscription : 01 sept. 2011, 17:02

"Mon" Whisky Live 2012

Message non lupar Diego's Secrets » 15 sept. 2012, 17:12

Coucou, les gens, le forum !
Pas mal de boulot, je vous ai lâché un peu, et puis surtout, ça va continuer parce qu'en plus, j'attends un bébé ! Une petite fille, pour Janvier, mon premier enfant, à 50 balais ! (Donc : trop heureux !)

Mais bon, je fais donc mon petit CR à part, comme l'année dernière, genre, j'ai des rituels, et ouais mon pote. :lol:

Image
Cette année, c'était au Palais de la Mutualité.
J'ai pris encore une fois un pass VIP, pour goûter l'exception.



Image
Quelques jours avant, rendez-vous chez Julhès pour une masterclass de David Stewart en personne, le maître assembleur chez Balvenie Distillerie.
Cinquante ans de carrière tout rond.
300 fût respirés par jour.
Il compose ses whiskies quasi exclusivement à l'odorat, il ne se sert du goût que pour confirmer. Science.



Image
Stewart est accompagné par Damien Anglada, ambassadeur de la marque et bienheureux traducteur.
Nous goûterons trois items de la collection.



Image
Mais j'ai curieusement préféré le plus humble d'entre eux, le Balvenie Signature. C'est un assemblage de fûts de sherry de premier remplissage associés à des fûts de bourbon de premier et de second remplissage.
Très gourmand, très miel, chocolat au lait, et céréales frais (malt verte), avec une finale en légère amertume.

http://www.julhesparis.com/article-peti ... 73408.html



Image
Allez, zou, on y va, cette fois.
Il faut beau (on nous a pas prévenu, qu'en fait, l'été, c'était en septembre).
Et je suis très très impatient.

C'est mon second whisky-live, l'année dernière, juste avant mon premier, je ne savais même pas que ça existait, merci Forum, donc.

Je sens que je vais être extrêmement enthousiaste, parce que je suis comme ça. A l'inverse de certains de certains d'entre vous, mes petits camarades qui avez une carrière single-maltée beaucoup plus importante que la mienne, j'ai encore plein à découvrir...
Je profite donc de ma relative innocence.



Image
Je ne réfléchis pas, je vais directement dans le carré VIP. J'ai acheté le billet idoine. Sachant que je ne suis pas homme à goûter plus de 12/15 whiskies, j'ai le nez et les papilles cramées au bout d'un moment, je préfère réserver ma virginité au meilleur.

Je suis une oie blanche.

Je commence par visiter le stand de Massimo Righi, l'embouteilleur italien de Silver Seal.
Ce Highland Park est ambré, au nez riche et épais, épicé, mais aussi sucré à la mélasse, caramel, miel, fumée.
En bouche, toujours l'épice, constante et addictive. Orange, poivre et tourbe fumée. Généreuse.
La finale rend cette tourbe, mais aussi de la mandarine, du miel sur le cuir. (Croyez-moi, le premier que je prend à dégueulasser mes fauteuils avec du miel, il va la sentir passer, mais là, c'est extra.)

http://www.whiskyantique.com/silver-sea ... D6106.html



Image
Le second dram est un Glen Scotia de 19 ans.

Toujours ambré, au nez plus radical : poudre à canon, carrément, souffre d'allumettes brûlé, mais qui se développe petit à petit en minéral et métal aussi. Puis, vient l'orange. Le sel. Très curieux, mais vraiment intéressant.
En bouche, c'est costaud, ça commence avec une orange un peu chimique (pas du Tang non plus, hein), puis ça vire au poivre, on dirait une finale de Talisker, mais tout de suite. Et aussi sucré. Et très rigoureux. Du tabac un peu âcre, mais j'aime bien. C'est vraiment très très agréable. Ça vit. Il y a aussi de l'herbe grasse.
La finale est complétive : longue. Rhum. Sucrée. Gourmande. Un whisky très curieux mais très amène. A essayer, vraiment. Au risque d'adorer.

http://www.whiskyantique.com/campbeltow ... D6104.html



Image
La troisième dégustation est un vénérable Bunnahabain de 38 ans (1972/2011). Tous ces whiskies sont issus de la collection Sestante.

Couleur or. Au nez, il y a du bois jeune, du miel et de très belles notes florales. Quelques fruits tropicaux (papayes) et vanille.
En bouche, c'est un festival de sensations. Oranges et fruits frais coupés et mélangés, huileux à souhait (olive, amandes). Un chouille de poivre. Attention, là, c'est la classe. On va pas rajouter de Coca, ça c'est sûr.
La finale est tout aussi chic, avec le chêne dont on suppose qu'est fait le fût (je suis très fier de cette phrase, "avec le chêne dont on suppose qu'est fait le fût ", ok ?!) :mrgreen: Toujours du poivre (plutôt des baies de Sichuan), un soupçon de thé vert. Un voyage formidable. On en reprendrait si on n'avait pas d'autres belles choses à déguster...

http://www.whiskyantique.com/silver-sea ... D6111.html



Image
Bon, là, on change de boutique. C'est sûr, on va goûter un des musts de la journée. Ils en ouvrent une par jour, pas deux.

Un Glen Grant agé de 58 ans (distillé en 1953, donc). Respect.

(Il est à noter que oui, toutes mes photos sont un peu floues, car bon, j'avais apporté mon beau nouveau appareil photo qui n'a jamais marché qu'une fois rentré chez moi, et donc, heureusement qu'il me restait de la batterie dans l'iPhone sinon, je faisais un procès à Nikon, mais bon, l'iPhone 3 (même pas GS), ça fait pas des belles photos, et en plus au moindre poil de couille de mouvement = flou, vous êtes prévenou, et si je veux je fais des phrases plus longues.)

DONC, Gordon & Macphail (et la Maison du Whisky, en l'occurence) nous offrent là un bien beau ticket d'aéroport. Je pars sans bagages, léger comme l'air.

Dès que le liquide coule dans le verre, on sent là qu'il y a quelque chose de magique. Le Glen Grand est huileux, gras, acajou foncé mais avec un filet d'or verdâtre qui contoure le tout (on le perçoit, ce sublime contour, sur la photo). C'est sûr, ce n'est pas un whisky, c'est un philtre.
Au nez, on est dans la générosité, le mystère. Chocolat, réglisse. Ce que j'adore : des épices, et mes préférées (cumin, safran), de l'encens. Et des fruits, on navigue entre les agrumes et la figue sèche. C'est les mille et une nuits. Et puis, la fraîcheur qui nous cueille comme par accident : tiens, des fleurs (rose blanche) !
En bouche, c'est une symphonie. Chocolat gourmand, réglisse confirmé, épices encore, sauge, origan, romarin, agrumes, toujours, mais confits cette fois. On finit encore avec les épices, noix muscade, poivre doux, cannelle esquissée.
En fin de bouche, longue, très longue, quelques fleurs champêtres pour achever la balade. Figues, abricot, dattes, raisin secs. L'encens devient alors cendres, s'efface comme si on achevait de passer au travers. Un poème baroque.

Bravo. Respect, encore une fois.

1 100 euros la bouteille.
Ah là, du coup, ça casse, hein ? :)

294 bouteilles pour le monde.
Un rêve qui passe mais je l'aurai effleuré.



Image
Le dos de la précédente, c'est pas raccord au niveau de la quantité, parce que les précédentes que j'avais fait de la précédente étaient encore plus floues, donc, j'y suis revenu, mais après, mais du coup, c'était pas vraiment mieux, juste un peu moins flou. Ta gueule c'est compliqué pour moi aussi.



Image
C'est là qu'on rencontre les potes de whisky.

PatGVA, qui vient tout exprès de Genève, est un mec immensément généreux et gentil. C'est aussi le seul mec à venir au Whisky Live AVEC sa bouteille.
Si. (En fait, pas le seul, j'ai lu que Nicolas a aussi apporté un sublime Bowmore, mais je ne t'ai pas croisé, et crotte !)



Image
Avec mon pote Patrick, on causait un peu avec Mark Gillespie, de whiskycast.com.
Comme c'est en anglais ultra-rapide, j'ai eu du mal à tout suivre, donc, j'ai fini par zapper, d'autant que Patrick m'avait servi très très généreusement voir photo suivante, et que, du coup, je commençais à plus bien me concentrer.

A propos de Mark, si vous ne connaissez pas, ça m'étonnerait :
http://whiskycast.com/about.htm



Image
Voilà avec quoi se trimballe Pat. Ce mec est dangereux. :)

Moi, comme je causais avec lui, j'ai pas pu prendre le temps de noter ma dégustation et du coup, j'ai un peu oublié. Juste : c'est un vieux whisky à l'ancienne, complexe, chaud, boisé, avec beaucoup de fruité, très très long, et qui sent bien le sherry wood.

Alors je lui ai demandé de nous faire un CR de sa bouteille :

"Highland Park 21 ans
Distillé en Mai 57
Embouteillé en Octobre 78

Cadenhead black dummy

Nez : d'abord minérale cireux et austère puis après ouverture belle note de fruits blancs, d'amande verte c'est fin précis et très beau.
Bouche : Cireux au début aussi puis belle ouverture sur les fruits blancs, la réglisse le paprika c'est long intense pas brûlant immense.
Finale : fabuleuse rétro sur la pèche et la cire d'abeille
Conclusion ; putain c'est bon cela fait partie des whiskies que l'on ne pourra plus boire car le mode de fabrication n'existe plus aujourd'hui."

Merci Patrick, je reprend le stylo :
C'est un des meilleurs whiskies qu'il m'ait été donné de boire ce jour-là. Comme quoi, c'est pas mal d'apporter ses affaires.



Image
Mon second coup de cœur du salon.

Inatteignable, certes (695 €), mais quand même là, dans mon verre, et bientôt sur mon palais.

Acajou sombre, comme le précédent, riche, épais.
Des épices aussi - ou alors, c'est le souvenir du précédent, on goûte quand même assez vite - safran, cumin, cannelle - et surtout, de la datte sèche, fort, et du caramel bien présents. Gourmands. Une petite finale mentholée, mais qui contoure, sans dénoter.
En bouche, ça confirme le nez, donc : épices, dattes, mais réglisse aussi. L'orge arrive alors. Fabuleux. Fruits exotiques en derniers rebonds.
Après, c'est infini. Les fruits, la fraicheur, la datte forte n'est plus qu'un souvenir, c'est la fraîcheur qui prend le dessus, doublé de son caractère gras et ample, riche et complexe.
Magique.

Ensuite, il y a eu un superbe Glenrothes, mais comme c'était la cohue, au VIP, j'ai pas pu prendre la photo.

Un Glenrothes 1979, editor's cask #3828
Plus de trente ans de maturation, ce whisky arrive à son apogée. Tout est en fruits, en sherry, on est au petit déjeuner anglais, ça sent le thé bien fort et la confiture.
En bouche, les fruits, toujours, des agrumes. Des graines aussi (noix de cajou, sésame torréfié), de la vanille et du chocolat, des fruits secs, tout ça tourbillonne en valse joyeuse et poivrée.
La finale est sur les épices, comme un soupir sur une fin d'extase. Fabuleux, j'ai adoré.

Moins le prix - je sais, ça fait chier, mais bon 675€ quand même.



Image
Je ne sais pas si le Speyside Samaroli n'était pas bon - pour mon goût - ou alors, c'est qu'il n'était pas vraiment au niveau pour passer après les quelques cadors que j'ai évoqués auparavant...
Mais bon.



Image
Ahem. (Pas aimé.)



ImageImageImage
Ils font des trucs épatants quand même.
Ça, c'est de l'eau de source dont on se sert pour faire du sky. Must have, déboucher un Speyside et proposer la bouteille qui va avec, genre.
Ils vendent les trois mignonnettes ensemble dans un beau packaging, oké, cher, oké, mais bon : on est au pays du plaisir et de la jouissance, donc, dans l'irrationnel le plus parfait.

(Bon, n'empêche. Bon. Je juge pas, les gens font ce qu'ils veulent avec leur blé, hein. Mais bon, 16€ le pack de trois mignonnettes de 10cl, ça te fait quand même l'équivalent d'une cannette de flotte à plus de 100 vieux francs. On a demandé les gogos ?)



Image
J'ai une histoire particulière avec le Bowmore parce que c'est lui qui m'a fait vraiment pénétrer dans le monde du whisky, il y a une dizaine d'années (la 8 ans qu'on m'a offert, puis la 12 ans que je me suis payé pour aller plus loin, celui-ci : http://www.whisky.fr/bowmore-12-ans.html ). Depuis, je chope tout ce qui passe en Bowmore, et en ce moment, je suis notamment en train de finir avec tristesse (parce que sublime mais épuisé) un Bowmore fabuleux de 1987, que j'ai acheté 150 euros à LMDW : http://tinyurl.com/8oq6997).

Du coup, quand il m'est proposé un dram de cet acabit (voir photo), bon, ben, j'ai le menton qui tremble, j'ai les yeux qui piquent.

Couleur : or vif
Nez : d'une vraie grande finesse. Là, il faut s'appliquer parce qu'avant, j'ai quand même goûté des trucs, certes, fabuleux, mais un peu bourrin comparé à celui-ci. Il faut donc prendre un peu son temps, se concentrer. Finesse, grande finesse, qui laisse découvrir, comme dans les grands Bowmore, une belle complexité et un fabuleux équilibre. Un tourbe fine, on n'est pas chez Arbeg, tout est en retenue. Du sel, de l'iode, mais très légèrement, juste pour exister. Du cuir, du cumin, surélevant la fumée de la tourbe. Classe.
Au palais, on est subjugués par la finesse. C'est de l'orfèvrerie. C'est vraiment dommage d'avoir commencé par des choses d'un autre caractère, parce que ce Bowmore-ci s'exprime tout en subtilité, en nuances. Terre, herbe coupée en silo, réglisse, tourbe encore. Fruits exotiques.
Finale : certainement beaucoup plus longue que ce que je n'arrive à percevoir. Finale sur tourbe, fleurs et fruits exotiques, tout en ciselures...

Merveilleux, je le sais. Que ne donnerai-je pour y goûter tranquillement chez moi. J'ai vu des gens qui amenaient de fioles vides pour se faire des petits drams à garder à la maison. Putain, que je suis con, c'est THE bonne idée ! Je fais ça la prochaine fois, promis...

Bon. Encore du rêve à plus de 1000 euros la bouteille.



Image
Pas tombé des nues avec ce Karui. Ça chauffe beaucoup, ça emporte, c'est assez vulgaire.
Mais certains Karui - comme ceux de l'année dernière, les vintages - m'ont laissés un vrai excellent souvenir. mais trop chers (495 euros, je crois).
Bon. On passe.



Image
Je suis amoureux du Caol Ila 18 ans. Je trouve qu'il présente une architecture vraiment noble, une vraie belle rigueur.
Alors évidemment, lorsque je suis repassé à nouveau - toujours en VIP - chez les italiens de Silver Seal, j'ai pas pu m'en empêcher.

Et j'ai bien fait. On l'a goûté ensemble, avec Pat.
Honorable Caol Ila de 28 ans. On va le voussoyer, alors.

Au nez, bien médicinal et marin (algues). On est sur le malt, un peu de pain noir qui évolue en pain d'épices, mais léger.
Au palais, c'est une vraie tuerie : raisins blancs, épices, malt toujours. Puis, la mer revient, avec son iode et son sel, très léger, ça n'écrase rien. La tourbe est divinement en retenue et en équilibre.
La finale est très longue, on finit sur un peat bien classieux. Bravo.

Que ne vous ai-je parlé des nectars d'Alain Milliat ? Car on a eu droit à ça aussi, en VIP...
De la fraicheur, du fruit, de l'excellence entre deux whiskies remarquables.
http://www.alain-milliat.com/fr/collection/nectar



Image
Je quitte le VIP pour plonger dans la foule de la suite du salon. Il y a du bruit, du monde, du reste, cette édition a semble-t-il, été très suivie.



Image
Là, c'est dans la grande salle, où d'ordinaire on donne des concerts...
Que des gens un peu pétés, hein, quand même, faut voir ça aussi. Parce que, bon, on goûte, on recrache, on recrache, certes.
Mais pas toujours. :mrgreen:



Image
Depuis que je vois les Blue Label en vente aux alentours de 2 000 euros la boutanche, je me suis pris de curiosité de goûter à nouveau du Johnnie.
Le rouge, je connais, c'est absolument sans intérêt, juste bon à boire avec du Coca.
Mais le Black Label...

Je fais donc fi de mes à priori, et je goûte.

Bon, c'est pas si mal, franchement. Certes, je n'en achèterai pas pour chez moi, mais j'en commanderai sans problème dans un bar ou un restaurant s'il n'y a que ça - je préfère évidemment boire autre chose (de l'eau) lorsqu'on me propose les ineffables Johnnie Rouge, ou le cacateux J&B.

C'est très léger, ULTRA light, même, du reste, les échantillons versés dans des verres sur le présentoir avaient déjà perdu absolument tout leur arôme, mais c'est tout-à-fait acceptable, franchement.
C'est un blend composé de 40 whiskies.

Johnnie Walker, de par la taille de cette entreprise, s'est constitué le plus important stock de whiskies au monde (chez les blenders, du moins). Du coup, ceci expliquant cela : les Blue Labels arrivent à des tarifs aussi élevés parce qu'il s'agit de blends composés avec des whiskies d'exception. Et à 40 w d'exception, ben, le calcul est vite fait... (Ça plus un coup de marketing = boum, 2000 euros !)



Image
Là, c'était très bien.
Mais j'ai pas noté.
Juste, on est sur le stand de Jacques Génin, le chocolatier confiseur, et ce mec te fait monter au ciel avec ses associations de whiskies et de chocolats...



ImageImage
http://www.qype.fr/place/497757-La-Choc ... enin-Paris



ImageImageImage
En bas, notre camarade PatGVA est interwievé par Mark Gillespie.
Ils ont des verres sur la table, ils en causent. Bon, y pas le son. :)
C'est un vrai connaisseur, Pat. Un millier de bouteilles à la maison, et toujours un enthousiasme de gamin. J'adore ce mec.

On pourra écouter tout ça sur son site :
http://whiskycast.com/



Image
Je commençais largement à être full up, surtout qu'en VIP, tu recraches pas - tu peux, mais ça fait chier, les drams sont trop bons.
Du coup, je regarde, et la belle démonstration de la fontaine à eau pour l'absinthe me fait envie. Une autre fois...



Image
J'adore le mec de chez Nikka qui leur fait les cocktails.
Looké à mort, on dirait un clone alcoolisé/chic de Sebastien Tellier. So branché tout ça. :)



Image
Mes petits camarades des Hautes-Glaces, qui font un whisky aux grains bio - et un alcool blanc qui s'appelle Woska (c'est un "k", pas un "d"). C'est sympa, ils m'ont reconnu de l'année dernière, ils ont même un pass VIP en trop pour le lendemain, ils me le proposent, mais bon, j'ai trop de taf, donc, je passe la main. Mais je suis véri teutchi.
Je goûte trois références, mais décidément, je ne suis toujours pas fan. Heureusement qu'ils n'attendent pas après moi, leur affaire marche de mieux en mieux, et c'est tant mieux.

http://hautesglaces.com/terre-esprit-terre.html



Image
Le petit truc en plus de nos amis du Domaine des Hautes Glaces.
Ce sont donc ces pipettes pour ajouter de l'eau, plutôt que d'y aller à la carafe (où on noie le breuvage), ou à la petite cuiller (qui manque de précision). La bonne idée du jour.



Image
Voilà. Bye-bye le WL. A l'année prochaine. J'ai tenu mon rythme de croisière : 15 dégustations, je peux pas davantage...
Dernière édition par Diego's Secrets le 16 sept. 2012, 11:22, édité 1 fois.
Visitez la Spaigne. Ses lacs, ses élans, ses mélèzes.
Avatar de l’utilisateur
tomy63
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 2912
Inscription : 03 janv. 2011, 19:40

Re: "Mon" Whisky Live 2012

Message non lupar tomy63 » 15 sept. 2012, 17:24

Bravo pour ce très beau compte-rendu !
15 whisky, seulement !!!! Mais finalement tu as ramené des notes de dégustations bien plus précises que ceux qui comme moi ont voulu tout goûter.

Pour le Macallan Samaroli ça ne vient pas de toi, ça valait vraiment pas grand chose, surtout à côté des autres bouteilles du VIP.
Image

Samples à échanger dans mon profil

Blog : http://whiskywinenbeer.canalblog.com/
Avatar de l’utilisateur
Diego's Secrets
Ouvrier distillateur
Ouvrier distillateur
Messages : 99
Inscription : 01 sept. 2011, 17:02

Re: "Mon" Whisky Live 2012

Message non lupar Diego's Secrets » 15 sept. 2012, 17:30

16, en fait (trois items des Hautes-Glaces pour finir).
Mais je garde très longtemps le w dans la bouche, je fais rouler longtemps, du coup, je me crame assez vite les muqueuses. Donc, je peux encore en boire, mais je comprends plus rien. Pareil, quand je vais chez Sephora, je sens 5 parfums maxi, après, ça sert plus à rien. Du coup, je sais pas comment fait Steward avec ses 300 fûts reniflés par jour...

Merci pour ton appréciation. :obscene-drinkingcheers:
Visitez la Spaigne. Ses lacs, ses élans, ses mélèzes.
Avatar de l’utilisateur
cyriltoulousain
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 9523
Inscription : 02 juin 2008, 11:22

Re: "Mon" Whisky Live 2012

Message non lupar cyriltoulousain » 15 sept. 2012, 18:10

Chapeau ! Respect ! :clap:

Magnifique CR avec com' et tofs bien sympa. Un régal de parcourir "ton" Live. ;-)
Avatar de l’utilisateur
pompix
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 8360
Inscription : 26 avr. 2007, 12:52

Re: "Mon" Whisky Live 2012

Message non lupar pompix » 15 sept. 2012, 18:29

Superbe et félicitations pour la puce à venir !!! Tu vas voir, c'est que du bonheur, ou presque. ;-) :obscene-drinkingcheers:
"Die with a beer in your hand !" (Tankard)
Avatar de l’utilisateur
mars
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 11963
Inscription : 08 janv. 2009, 19:40

Re: "Mon" Whisky Live 2012

Message non lupar mars » 15 sept. 2012, 19:43

Magnifique compte rendu. Merci d'avoir pris le temps! (et en effet, pat est "dangereux" ! :lol: )
Charleroi, Belgique
Avatar de l’utilisateur
Diego's Secrets
Ouvrier distillateur
Ouvrier distillateur
Messages : 99
Inscription : 01 sept. 2011, 17:02

Re: "Mon" Whisky Live 2012

Message non lupar Diego's Secrets » 16 sept. 2012, 11:21

Merci pour vos appréciations ! :obscene-drinkingcheers:

...souvent, je préfère boire autre chose lorsqu'on me propose les ineffables Johnnie Rouge, ou le cacateux J&B.


J'ai viré le "souvent". JAMAIS je commande de l'ineffable Johnnie Rouge, ou du cacateux J&B.
Visitez la Spaigne. Ses lacs, ses élans, ses mélèzes.
Avatar de l’utilisateur
mars
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 11963
Inscription : 08 janv. 2009, 19:40

Re: "Mon" Whisky Live 2012

Message non lupar mars » 16 sept. 2012, 12:13

Le red label est pas mauvais avec du coca même si je préfère un black ou un gold(ou un cragganmore)
Charleroi, Belgique
Avatar de l’utilisateur
bottler
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 3124
Inscription : 22 janv. 2006, 16:19

Re: "Mon" Whisky Live 2012

Message non lupar bottler » 16 sept. 2012, 16:34

mars a écrit :Le red label est pas mauvais avec du coca même si je préfère un black ou un gold(ou un cragganmore)


Surtout qu'une partie importante de la base maltée de JW rouge, c'est Mortlach, et que Mortlach, c'est bon ! Nom d'une pipe en bois !
Avatar de l’utilisateur
Diego's Secrets
Ouvrier distillateur
Ouvrier distillateur
Messages : 99
Inscription : 01 sept. 2011, 17:02

Re: "Mon" Whisky Live 2012

Message non lupar Diego's Secrets » 16 sept. 2012, 21:06

Sans doute. Mais moi, je n'y arrive pas.
Des goûts, des couleurs, tout ça... ;-)
Visitez la Spaigne. Ses lacs, ses élans, ses mélèzes.
Avatar de l’utilisateur
elskling
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 3285
Inscription : 14 sept. 2011, 16:16

Re: "Mon" Whisky Live 2012

Message non lupar elskling » 16 sept. 2012, 23:54

Je sais pas comment tu fais pour prendre tes notes d'une façon aussi précise, je suis bluffé ! chapeau ! :obscene-drinkingbuddies:
Avatar de l’utilisateur
Diego's Secrets
Ouvrier distillateur
Ouvrier distillateur
Messages : 99
Inscription : 01 sept. 2011, 17:02

Re: "Mon" Whisky Live 2012

Message non lupar Diego's Secrets » 17 sept. 2012, 00:27

Merci ! :oops:

Je goûte peu. J'essaie d'espacer.
Je garde longtemps le w dans la bouche, je le fais rouler.
Je respire le verre en même temps que je bois, pour avoir le maximum de fragrance.
Je me débrouille pour faire deux bouchées, parce que la seconde respiration avant la seconde bouchée m'est toujours plus parlante. (Et c'est pas toujours évident, chez les italiens, on devait recevoir pas loin de - houlà ! - 1/4 de centilitre !)
Je note sur l'iPhone (sinon, je sais plus).

Voilà, j'ignore si c'est comme ça qu'on fait, mais je me suis inventé cette petite méthode. Et puis, c'est comme ça que j'aime bien boire.

Je crois également que le fait d'avoir un peu travaillé dans le son m'aide aussi à faire ma petite route maltée. Je sais, ça paraît con, mais lorsque vous travaillez sur un mixage, vous êtes extrêmement attentif aux variations, aux nuances. Il faut absolument et impérativement creuser l'écoute détaillée, analytique. Donc, je me dis que c'est pas très loin. J'ai le goût de ça.
Visitez la Spaigne. Ses lacs, ses élans, ses mélèzes.
Kell
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 1940
Inscription : 30 oct. 2011, 20:53

Re: "Mon" Whisky Live 2012

Message non lupar Kell » 17 sept. 2012, 09:22

:clap: Très joli CR. Un plaisir un lire, merci ;-)
"The Dude, or His Dudeness, or Duder, or, you know, El Duderino, if you're not into the whole brevity thing"
The Big Lebowski

My Book
Avatar de l’utilisateur
mars
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 11963
Inscription : 08 janv. 2009, 19:40

Re: "Mon" Whisky Live 2012

Message non lupar mars » 17 sept. 2012, 09:40

Diego's Secrets a écrit :Sans doute. Mais moi, je n'y arrive pas.
Des goûts, des couleurs, tout ça... ;-)


Tu n'es pas le seul, nature le red label est vraiment immonde je trouve.
Charleroi, Belgique
Avatar de l’utilisateur
Finchi
Maître de chais
Maître de chais
Messages : 288
Inscription : 23 mars 2011, 17:56

Re: "Mon" Whisky Live 2012

Message non lupar Finchi » 17 sept. 2012, 10:53

Jolie CR mais bon sang les prix font peur...

Revenir vers « Whisky Live Paris »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité