Whisky Live Paris 2018

Whisky Live
Avatar de l’utilisateur
Forrest
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 2336
Inscription : 23 août 2014, 22:05

Re: Whisky Live Paris 2018

Message non lupar Forrest » 28 sept. 2018, 16:37

elskling a écrit :Mais Forrest, on parle bien de la loi de l'offre et de la demande, pas du coût de revient.

Canis raisonnait sur les coûts de revient, et tu suis son raisonnement: c'est là que le bât blesse.

Je reprends mon exemple de tout à l'heure:

1000 personnes veulent chacun acheter 1 bouteille alors qu'il n'y a que 100 bouteilles produites.

Là où se fera le point d'équilibre, là où il y aura une adéquation (généralement imparfaite, car aucun marché n'est parfait évidemment) c'est quand le prix sera celui que 100 personnes seront prêtes à débourser pour ces 100 bouteilles, au détriment des 900 autres.

Tant que le prix de vente (supérieur au prix de revient pour un produit très demandé) permet à certains d'acheter puis de revendre aussitôt à un prix supérieur à ceux qui n'ont pas été assez rapides pour acheter, alors tu peux te dire que ton prix de vente n'est sans doute pas encore assez élevé.

C'est ça qui est en train de se passer pour le whisky je pense, on est dans la phase où les prix sont fixés pour atteindre un équilibre (qui n'est pas forcément stable, cf spéculation etc.)

Pas vraiment d'accord : pour moi, l'offre et la demande régulent le marché secondaire (et on le voit bien avec les hausses vertigineuses des collectors). Pour ce qui est du marché primaire, comme tu l'expliques, chaque boutique ou distillerie fixe son prix en espérant le vendre assez rapidement mais toutes n'ont pas la même politique commerciale.

Exemple (Caol Ila 1984) : Cadenhead en a sorti un cette année (celui-ci donc 34 ans, brut du fût, single cask) autour de 280-300€ et encore je pense qu'il était possible de l'avoir à un peu moins en GB. Dans le même temps, Gordon & MacPhail ont sorti le leur (celui-ci toujours 34 ans, brut de fût, sinlge cask) qu'on peut trouver à LMDW à 575€ (il y avait un lien récemment pour quasiment le même prix en Hollande). Comment expliqué la différence de prix qui est somme toute majeure ? Certes le GM est un sherry mais on a vu que l'argument aussi d'achat du fût ne représente pas tant que cela dans le prix final.

Exemple n°2 : Ardbeg a sorti il y a 2 ans son Twenty One qui était à alors à 370€ quand Laphroaig vient de sortir un 28 ans (celui-ci) à 470€ en moyenne (on pourrait aussi parler du prix de leur 10 ans CS qui chaque année est à prix très doux).

Au final, compte tenu effectivement d'une demande accrue, je pense qu'il y a vraiment 2 sons de cloche : celui de ceux qui veulent profiter du marché en abusant gravement sur leur marge (Ardbeg, LMDW, GM, bottlings anniversaires, Sansibar, ALOS, etc...) et celui de ceux qui souhaitent perdurer dans le marché et avoir des clients encore longtemps (Cadenhead, Laphroaig, etc...) : malheureusement, pour le 2ème, ils sont de moins en moins nombreux. Mais en aucun cas, la hausse de la demande a raréfié les produits (ce qui est souvent sous-entendu comme argument pour expliquer la hausse des prix) : elle a juste rendu plus cupide certaines sociétés.
Image
Collectionneur du millésime 1973
Bouteilles recherchées et propositions d'échanges sur mon profil
"Quand on voit ce qu'on voit et qu'on entend ce qu'on entend, on a raison de penser ce qu'on pense"
Avatar de l’utilisateur
elskling
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 3698
Inscription : 14 sept. 2011, 16:16

Re: Whisky Live Paris 2018

Message non lupar elskling » 28 sept. 2018, 16:56

cosinus a écrit :Il faut aussi peut être se dire, comme pour les tops collectors que plus personnes ne peut s'acheter ici, que les prix ne sont plus fixés en tenant compte du marché européen mais plutôt en tenant compte des marchés émergents où le pouvoir d'achat semble bien plus important qu'ici.


C'est devenu assez évident. La mondialisation permet à des milliers, voire des dizaines de milliers de nouveaux consommateurs de whisky, avides de monter en gamme dans ce qui apparaît là-bas aussi comme un marqueur social ("si j'achète un whisky cher, c'est parce que je fais partie maintenant des CSP+" ou encore "j'achète un whisky cher pour montrer que je suis un CSP+").
Avatar de l’utilisateur
elskling
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 3698
Inscription : 14 sept. 2011, 16:16

Re: Whisky Live Paris 2018

Message non lupar elskling » 28 sept. 2018, 17:02

quenticna a écrit :Le coup de la loi de l'offre et la demande fait toujours sont effet et semble être l'argument incontournable, on est libre d'acheter ou pas et donc si ça se vend c'est que ça les vaut. La limite de cette belle logique est le libre arbitre, on se croit tous libre de nos choix alors qu'on est tous facilement manipulable (et par plein de facteur). Le fait d'établir un prix référence qui constitue une base commune pour établir les prix normaux est super important et je suis sûr que les acteurs principaux en sont plus que conscient et nous manipule a travers ça. En être conscient est important (et après on peut être content d'acheter cher quand même) mais que la majorité l'accepte c'est pas gagné (mais c'est ça qui stopperait l'inflation générale des whisky).


La question du libre arbitre risque de nous amener vers des débats existentiels, mais bien évidemment, les consommateurs sont "manipulés" en permanence: marketing, publicité, campagne discount, etc. - mais aussi par des aspects plus insaisissables et pyschologiques (j'évoquais juste avant le marqueur social du whisky dans certains pays, je suis sûr qu'on peut trouver quelque chose de similaire par chez nous, genre le whisky est la nouvelle boisson cool, à la mode ou bon-vivant ou que sais-je encore). Je pense que nous en sommes (à peu près) tous conscients ici, et que nous achetons en toute connaissance de cause (et parfois le regrettons aussi). Mais en dernier ressort, le choix d'acheter un produit, en fonction de ton budget et des tes goûts/désirs, c'est toi qui le fait quand même.
Avatar de l’utilisateur
Jbrice
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 5416
Inscription : 20 sept. 2009, 11:10

Re: Whisky Live Paris 2018

Message non lupar Jbrice » 28 sept. 2018, 17:04

elskling a écrit :La question du libre arbitre risque de nous amener vers des débats existentiels

Spinoza disait qu'on est véritablement libre à partir du moment où l'on est conscient des causes qui nous détermine, ou un truc du genre. Je trouve ça pas trop faux...
Marseille

Image
Avatar de l’utilisateur
elskling
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 3698
Inscription : 14 sept. 2011, 16:16

Re: Whisky Live Paris 2018

Message non lupar elskling » 28 sept. 2018, 17:10

Forrest a écrit :Au final, compte tenu effectivement d'une demande accrue, je pense qu'il y a vraiment 2 sons de cloche : celui de ceux qui veulent profiter du marché en abusant gravement sur leur marge (Ardbeg, LMDW, GM, bottlings anniversaires, Sansibar, ALOS, etc...) et celui de ceux qui souhaitent perdurer dans le marché et avoir des clients encore longtemps (Cadenhead, Laphroaig, etc...) : malheureusement, pour le 2ème, ils sont de moins en moins nombreux. Mais en aucun cas, la hausse de la demande a raréfié les produits (ce qui est souvent sous-entendu comme argument pour expliquer la hausse des prix) : elle a juste rendu plus cupide certaines sociétés.


Je n'ai jamais dit que la cupidité était exclue du phénomène qui nous intéresse (on parle de commerce tout de même, pas d'oeuvres humanitaires), mais je crois qu'il n'y a que des gradations et pas des sons de cloche différents.
G&M a décidé de se gaver, ça se répercute ensuite sur toute la chaîne en aval - sur la marge de G&M, tu dois ajouter la marge de LMDW - chaque intermédiaire prend sa part évidemment.

Plusieurs distilleries ne veulent plus vendre de fûts à des IB (Ardbeg par ex) et ils ont dans ce cas toute latitude de fixer leur prix - cupide ou pas cupide, ça ne change en rien à la réalité du marché: soit c'est trop cher (parfois volontairement, comme produit d'appel, parfois ils testent simplement pour voir jusqu'où ils peuvent aller), soit ils s'aperçoivent que l'offre ne peut pas répondre à la demande, alors ils continuent à monter le tarif.

J'ai plutôt l'impression que chaque distillerie/groupe teste différentes gammes de prix en fonction de l'offre et la demande, car le marché n'est pas uniforme, il est mouvant, segmenté - il y a des gens qui vont être à mettre X, d'autres X+1, X+2, etc. Si tu fixes à X+2 directement, tu ne vendras qu'à ceux-là, si tu vends à X, il n'y en aura pas pour tout le monde, certains revendront même sur le second marché à X+1 voire X+2.

Bref, pour moi on en revient systématiquement à l'offre et la demande comme facteur primordial de fixation des prix.
Avatar de l’utilisateur
elskling
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 3698
Inscription : 14 sept. 2011, 16:16

Re: Whisky Live Paris 2018

Message non lupar elskling » 28 sept. 2018, 17:11

Jbrice a écrit :
elskling a écrit :La question du libre arbitre risque de nous amener vers des débats existentiels

Spinoza disait qu'on est véritablement libre à partir du moment où l'on est conscient des causes qui nous détermine, ou un truc du genre. Je trouve ça pas trop faux...


Il y a eu différentes variantes de cette approche par d'autres philosophes, mais on voit bien l'idée en effet: si tu es conscient des causes, tu achètes (ou pas) le whisky en toute liberté. :obscene-drinkingdrunk:
Avatar de l’utilisateur
Jbrice
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 5416
Inscription : 20 sept. 2009, 11:10

Re: Whisky Live Paris 2018

Message non lupar Jbrice » 28 sept. 2018, 17:17

:lol:
Marseille

Image
Avatar de l’utilisateur
canis lupus
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 16134
Inscription : 19 janv. 2008, 01:49

Re: Whisky Live Paris 2018

Message non lupar canis lupus » 28 sept. 2018, 17:25

amaury a écrit :
Jean-Michel a écrit :
Forrest a écrit :
amaury a écrit :[...] Au final, prix de revient d'un Port Charlotte de 15 ans, single cask (sherry, refill OK mais sherry), brut de fût à 25,19 £ par bouteille de 75cl. Cherchez l'erreur.[...]

Dans le décompte, je ne comprends pas pourquoi il divise le coût par 28, alors que chaque part a donné droit à 14 bouteilles...
Si je regarde les taxes sur l'alcool et les droits de douane et que je compare à ce que nous avons réglés, je dirais que le détail est effectivement donné pour 28 bouteilles et pas 14. Ca ne change pas grand chose (il faudrait réintégrer £105 de coût matière), cela dit.


J'ai dit ca moi? il y a un beug quelque part non?

Yep, le Jean-Mi a fait du goret quotage. :lol:
Mais bon, faut pas lui en vouloir, à son grand âge ...
Image

Image

Ma whisky liste

Je mange trop gras, trop sucré, trop salé, mais qu'est-ce que je me régale !
Von Barton
Distillateur
Distillateur
Messages : 386
Inscription : 09 juin 2018, 17:54

Re: Whisky Live Paris 2018

Message non lupar Von Barton » 28 sept. 2018, 18:45

Concernant l'offre et la demande, permettez-moi de faire un parallèle avec mon boulot.
Quand un transporteur me fait une demande pour des coussins de suspension de semi remorque par exemple, et qu'il prévoit de les changer prochainement, j'ai plutôt intérêt à ne pas dépasser, suivant le transporteur, 20 a 25% de marge, sinon je passe pas au niveau de la concurrence et donc pas de vente.
Mais si il a sa remorque en panne avec un coussin explosé, et qu'il n'a plus le choix que de le prendre chez moi si il veux dépanner sa remorque le jour même, et bien là je vais prendre mes 35% de marge ( voir 40% suivant qui est le client ), ce qui me permettra de remonter un peu mon taux de marge moyen, pour pouvoir arriver à la fin du trimestre a toucher ma prime.
Donc je suis tout à fait d'accord, que quand la demande est forte, les prix montent, et je suis le premier à Jouer la dessus, étant payé pour faire rentrer de l'argent, et j'ai tendance à faire ça plutôt bien, au grand bonheur de ma direction ( qui est, heureusement, à plus de 200 km de chez moi, ce qui permet d'être vraiment tranquille tant que l'argent rentre et que les clients sont contents ).
Dommage que je ne sois pas aussi bon à faire rentrer de l'argent dans ma vie privée... ou plutôt moins mauvais dans le fait de le conserver :f;
" C'est au moment où tu vois un moustique se poser sur tes testicules que tu te rends compte qu'il y a un moyen de régler certains problèmes autrement que par la violence. " LAO TSEU
www.whiskybase.com/profile/von-barton/collection
Avatar de l’utilisateur
Pouya
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 681
Inscription : 22 févr. 2014, 15:39

Re: Whisky Live Paris 2018

Message non lupar Pouya » 28 sept. 2018, 19:22

Et bien en tout cas, l'offre, la demande, c'est bien joli, mais il y a aussi le temps. Hier, je rentre du boulot, je vois les chichibu en ligne sur le site de lmdw. Je me dis : tiens déjà ! Intéressé pour me prendre le belgian stout qui m'a bien plu. Je me laisse 5min de réflexion, le temps d'enlever mon manteau. Dommage. Mon téléphone recharge la page : les chichibu ne sont plus là.
Il faut quitter son boulot et faire de la veille à plein temps en fait.
Image
Michelk
Ouvrier distillateur
Ouvrier distillateur
Messages : 76
Inscription : 02 déc. 2017, 23:14

Re: Whisky Live Paris 2018

Message non lupar Michelk » 29 sept. 2018, 08:19

C’est toi qui le fait quand même..... EUh , plutôt ton compte en banque , voir ton banquier ( pour aller à l’extreme )

Dans ce domaine comme dans tous les autres , tout est devenu affaire de profit et de finance . Alors il faut des perdants pour avoir des gagnants , mais parfois les choses s’inversent .......

Bonne dégustation.....tout de même




elskling a écrit :
quenticna a écrit :Le coup de la loi de l'offre et la demande fait toujours sont effet et semble être l'argument incontournable, on est libre d'acheter ou pas et donc si ça se vend c'est que ça les vaut. La limite de cette belle logique est le libre arbitre, on se croit tous libre de nos choix alors qu'on est tous facilement manipulable (et par plein de facteur). Le fait d'établir un prix référence qui constitue une base commune pour établir les prix normaux est super important et je suis sûr que les acteurs principaux en sont plus que conscient et nous manipule a travers ça. En être conscient est important (et après on peut être content d'acheter cher quand même) mais que la majorité l'accepte c'est pas gagné (mais c'est ça qui stopperait l'inflation générale des whisky).


La question du libre arbitre risque de nous amener vers des débats existentiels, mais bien évidemment, les consommateurs sont "manipulés" en permanence: marketing, publicité, campagne discount, etc. - mais aussi par des aspects plus insaisissables et pyschologiques (j'évoquais juste avant le marqueur social du whisky dans certains pays, je suis sûr qu'on peut trouver quelque chose de similaire par chez nous, genre le whisky est la nouvelle boisson cool, à la mode ou bon-vivant ou que sais-je encore). Je pense que nous en sommes (à peu près) tous conscients ici, et que nous achetons en toute connaissance de cause (et parfois le regrettons aussi). Mais en dernier ressort, le choix d'acheter un produit, en fonction de ton budget et des tes goûts/désirs, c'est toi qui le fait quand même.
Avatar de l’utilisateur
elskling
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 3698
Inscription : 14 sept. 2011, 16:16

Re: Whisky Live Paris 2018

Message non lupar elskling » 29 sept. 2018, 08:58

Michelk a écrit :C’est toi qui le fait quand même..... EUh , plutôt ton compte en banque , voir ton banquier ( pour aller à l’extreme )

Dans ce domaine comme dans tous les autres , tout est devenu affaire de profit et de finance . Alors il faut des perdants pour avoir des gagnants , mais parfois les choses s’inversent .......

Bonne dégustation.....tout de même




elskling a écrit :
quenticna a écrit :Le coup de la loi de l'offre et la demande fait toujours sont effet et semble être l'argument incontournable, on est libre d'acheter ou pas et donc si ça se vend c'est que ça les vaut. La limite de cette belle logique est le libre arbitre, on se croit tous libre de nos choix alors qu'on est tous facilement manipulable (et par plein de facteur). Le fait d'établir un prix référence qui constitue une base commune pour établir les prix normaux est super important et je suis sûr que les acteurs principaux en sont plus que conscient et nous manipule a travers ça. En être conscient est important (et après on peut être content d'acheter cher quand même) mais que la majorité l'accepte c'est pas gagné (mais c'est ça qui stopperait l'inflation générale des whisky).


La question du libre arbitre risque de nous amener vers des débats existentiels, mais bien évidemment, les consommateurs sont "manipulés" en permanence: marketing, publicité, campagne discount, etc. - mais aussi par des aspects plus insaisissables et pyschologiques (j'évoquais juste avant le marqueur social du whisky dans certains pays, je suis sûr qu'on peut trouver quelque chose de similaire par chez nous, genre le whisky est la nouvelle boisson cool, à la mode ou bon-vivant ou que sais-je encore). Je pense que nous en sommes (à peu près) tous conscients ici, et que nous achetons en toute connaissance de cause (et parfois le regrettons aussi). Mais en dernier ressort, le choix d'acheter un produit, en fonction de ton budget et des tes goûts/désirs, c'est toi qui le fait quand même.


Je n’ai pas comrpis: ce n’est pas ta banque qui te pousse à acheter du whisky?
LongJohnSilver
Contre-maître
Contre-maître
Messages : 198
Inscription : 19 nov. 2016, 15:19

Re: Whisky Live Paris 2018

Message non lupar LongJohnSilver » 29 sept. 2018, 09:42

Von Barton a écrit : Dommage que je ne sois pas aussi bon à faire rentrer de l'argent dans ma vie privée... ou plutôt moins mauvais dans le fait de le conserver :f;


Ca s'apprend! MP si intéressé ;) Désolé pour le petit apparté.
wisekycourse
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 1430
Inscription : 18 janv. 2016, 19:41

Re: Whisky Live Paris 2018

Message non lupar wisekycourse » 30 sept. 2018, 09:48

Petit retour sur le WL2018!
des whiskies dits basiques,à côté d'autres de plus grande valeur,d'autres qui sortent de dessous une table juste à notre passage,des stands tenus par des sommités de grande renommée(notez la redondance quand même!!) avec un Mr P. GOSMAND grand de tous les bouts et presque trop sympa!, un N.Julhès qui se battait avec une craie,un forumer patenté qui vantait les produits d'un embouteilleur de chez nous!!,à des prix modestes (presque le monde à l'envers!!),un p'tit bar sympa pour ceux et celles qui avaient du mal à trouver fortune sur ce salon.....
bref,il y en avait pour tout le monde,je trouve!!
le plus risible perso a été de goûter le dernier ABUELO XIII comme une oeuvre majeure,ça ça m'a fait rire!!
corbuso
Maître distillateur
Maître distillateur
Messages : 2518
Inscription : 07 févr. 2006, 12:12

Re: Whisky Live Paris 2018

Message non lupar corbuso » 03 oct. 2018, 11:21

elskling a écrit :mais Forrest, on parle bien de la loi de l'offre et de la demande, pas du coût de revient.


Cela fait plusieurs années que le prix de vente est quasiment indépendent du coût de revient. Ce qu'à réussi le marketing du whisky, en particulier, c'est de créer une valeur émotive. Pour plus de détails, je vous conseille le livre de Ralph Warth, Liquid Gold. Ralph est banquier en plus d'être amateur de whisky.
En gros, on fixe le prix en fonction de l'image du produit et de ce que les acheteurs sont prêts à payer pour une part de rêve. On fait abstraction du prix de production (très faible) et de la qualité, On se focalise sur l'image. Edrington est excellent à ce jeux, avec des Macallan agés, pas forcémment toujours très bon, mais qui se vendent au prix de l'or en barre.
Dans tous les cas, si personne achète, les prix vont baisser, mais ce n'est pas le cas.
Quant à moi, j'ai bien apprècié le live, mais pas de coup de coeur...

Revenir vers « Whisky Live Paris »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité