Page 1 sur 2

Laphroaig 27 yo 1980/2007 (57.4%, OB, 972 bottles)

Publié : 05 juin 2014, 23:09
par dede
Laphroaig 27 yo 1980/2007 (57.4%, OB, 972 bottles)

Couleur :
Cola

Nez : Le sherry est ici très présent, avec un boisé bien marqué et beaucoup de notes acidulées (marmelade d'orange amère, cola dégazé), du vernis, du dissolvant à ongles, du café sucré, de la vieille prune, de la viande en sauce (sauce madère selon ma femme...), de la réglisse. Et pas de tourbe… C'est ce qui frappe quand on sait ce qu'on a dans le verre. Elle est où ma tourbe ?!! Après aération, elle commence enfin à poindre, doucement, sur des notes de goudron, mêlée de caoutchouc mais ne prend à aucun moment l'ascendant. Un Laphroaig ça ?? Ceci-dit, ce nez à la fois complexe et exubérant est des plus plaisants.

Bouche : Puissante et extrêmement concentrée, très tannique avec une amertume très prononcée (gentiane, réglisse). N'empêche que ça se boit bien - enfin, à petites gorgées. La tourbe est plus évidente qu'au nez, grasse, mais là encore elle est loin de dominer le débat. Le sherry est énorme, mais sec. Amateur de sherries gourmands pleins de raisins secs et de noix, passez votre chemin, il n'y a rien ici pour vous. Un côté vin cuit aux épices (le clou de girofle est assez marqué), le sucre en moins.

Finale : Longue, le whisky, de par sa texture très grasse, collant longtemps au palais, tannique et assez astringente, elle est marquée par la gentiane et le clou de girofle, avant qu'un voile de tourbe cendrée ne les recouvre. Enfin un marqueur de la distillerie !!

Conclusion :
Un Laphroaig atypique. Bien malin celui qui reconnaîtrait la distillerie à l'aveugle !! Le (ou plutôt les) fût domine ici clairement le distillat. Toujours est-il que c'est bien bon, pour peu que l'on ne soit pas d'abord amateur de malts délicats et subtils. Ici, on ne fait pas dans la dentelle, qu'on se le dise !! Ce qui n'empêche pas ce malt de développer une complexité certaine. J'aime beaucoup.

91/100

Re: Laphroaig 27 yo 1980/2007 (57.4%, OB, 972 bottles)

Publié : 05 juin 2014, 23:36
par cyriltoulousain
Je n'avais pas accroché. Trop "bourrin" pour moi.

Re: Laphroaig 27 yo 1980/2007 (57.4%, OB, 972 bottles)

Publié : 05 juin 2014, 23:40
par dede
Ah faut r'connaître... C'est du brutal !

Re: Laphroaig 27 yo 1980/2007 (57.4%, OB, 972 bottles)

Publié : 06 juin 2014, 02:16
par Chris
dede a écrit :Ah faut r'connaître... C'est du brutal !


Volfoni approved !

Re: Laphroaig 27 yo 1980/2007 (57.4%, OB, 972 bottles)

Publié : 06 juin 2014, 05:57
par cthulhu
Bien content que tu aies recu le sample et que tu l'aies apprecie. Je me retrouve assez bien dans tes notes tres precises et pertinentes. Sauf que moi, c'est pas mon truc.
Pour ceux que ca interesse, il en reste encore 14cl -- voir ici.

Re: Laphroaig 27 yo 1980/2007 (57.4%, OB, 972 bottles)

Publié : 06 juin 2014, 08:58
par dede
Oui, c'est assez spécial. Ce qui m'a surpris quand j'ai lu tes notes, c'est que tu sembles l'avoir trouvé très tourbé.

En tout cas merci pour l'opportunité !

Re: Laphroaig 27 yo 1980/2007 (57.4%, OB, 972 bottles)

Publié : 07 juin 2014, 23:37
par cthulhu
Avec grand'plaisir. :-)

Re: Laphroaig 27 yo 1980/2007 (57.4%, OB, 972 bottles)

Publié : 15 nov. 2014, 11:10
par dede

Re: Laphroaig 27 yo 1980/2007 (57.4%, OB, 972 bottles)

Publié : 15 nov. 2014, 11:54
par L'Affreux Aigle
Oh ben ça alors !... :shock: :angry-nono:
Bien vu Dédé, quel nez tu as !
Riham est un "farceur" :
viewtopic.php?f=18&t=9190#p229742

Merci et A+ !

Re: Laphroaig 27 yo 1980/2007 (57.4%, OB, 972 bottles)

Publié : 15 nov. 2014, 12:35
par canis lupus
De plus en plus affutés ces 'bots. :evil:

Re: Laphroaig 27 yo 1980/2007 (57.4%, OB, 972 bottles)

Publié : 15 nov. 2014, 12:53
par L'Affreux Aigle
Bientôt ils vont faire les dégustations à notre place... :naughty:

A+ !

Re: Laphroaig 27 yo 1980/2007 (57.4%, OB, 972 bottles)

Publié : 15 nov. 2014, 12:55
par elskling
Mais surtout: à quoi ça sert ces bots? Comprends pas l'intérêt...

Re: Laphroaig 27 yo 1980/2007 (57.4%, OB, 972 bottles)

Publié : 17 nov. 2014, 11:39
par cthulhu
Entk, ca me permet de reiterer: il reste encore qqs cl de ce Laphroaig, entretemps deviendu legendaire (la bouteille n'a dure que qqs heures au whisky show, l'an dernier). Avis aux amateurs...

Re: Laphroaig 27 yo 1980/2007 (57.4%, OB, 972 bottles)

Publié : 21 oct. 2015, 09:40
par tomy63
Laphroaig 1980-2007 OB Oloroso sherry casks 57,4% 972bts : couleur ambre foncé, presque noire, nez quasiment pas tourbé, très marqué sherry, bois, vernis, balsamique, café, cacao, cuir, un côté viandé, plein de fruits secs et de fruits cuits. Bouche très boisée, mais noble, vieux meuble, tannique, café (avec son amertume), cuir… Sur la fin de bouche on sent un petit creux, probablement lié au sample qui commence à dater. Finale moins fruitée, un peu épicée (girofle surtout), pas de tourbe. Très bon whisky, même si on a complètement perdu la patte Laphroaig. Note : 92/100.

Re: Laphroaig 27 yo 1980/2007 (57.4%, OB, 972 bottles)

Publié : 25 sept. 2016, 00:06
par o livier
Je me décide enfin à goûter ce fameux Laphroaig.
J'ai la flemme de prendre des notes un tant soit peu structurées, donc je vais le faire en live.

Déjà dans le verre la couleur est splendide, d'un bel ambre profond.

N : ça commence par une grosse baffe. Ca sent le pneu brûlé avec une vague trace de sherry derrière. Cependant le whisky s'ouvre rapidement et après quelques minutes, les arômes évoluent sur un mélange de chocolat à 80% qu'on aurait fait fondre en le passant au four dans un récipient en caoutchouc avec une louche de fond de veau. L'alcool est assez prononcé et on devine déjà que ça va être boisé en bouche, mais ça n'est pas un problème pour moi ici. Ca contribue au côté hyper bourrin du whisky.

B : si le nez commençait par une baffe, la première gorgée s'apparente à un bon gros coup de poing. Ca ressemble un peu à un Kavalan Solist Sherry dans lequel on aurait écrasé un mégot. Fruits rouges, épices, caramel. Grosse astringence en milieu de bouche qui reste jusqu'à la finale. Finalement pas si dérangeante tellement c'est phat. C'est vraiment très boisé.

F : longue, asséchante, mélange de caramel brûlé et de cendres froides.

Rarement bu un whisky aussi putassier. J'aime vraiment énormément, mais je ne peux pas objectivement dire que c'est bon. Ni que c'est encore vraiment du whisky. Pas étonnant que ça soit LMDW qui ait embouteillé ça.