enabled
Close
Close

Translation

Close

Echantillons reçus

English | Français

Jean Boyer: Best Casks of Scotland

Auchentoshan

1995, 43%

Voir la fiche de la distillerie Auchentoshan

Un nez typique des whiskies des Lowlands, avec toute la discrétion de rigueur, et les notes habituelles d'herbe coupée, de foin et de fruits mîrs (poire, pêche), le tout dénotant une grande fraîcheur. En bouche, rien ne vient démentir les qualités du nez, et l'impression est celle d'un whisky d'une grande douceur tout en conservant un caractère certain. Une agréable et assez longue finale , où de belles notes maltées viennent s'ajouter discrètement à l'ensemble qui prolonge assez bien l'impression de la bouche et qui finit après quelques minutes par évoluer sur des notes mentholées, voire légèrement épicées.
84/100

Benrinnes

2001, 43°

Voir la fiche de la distillerie Benrinnes

Un nez assez typique pour un Benrinnes, avec des odeurs assez difficiles à décire, odeur de viande, de sous-bois. L'attaque en bouche est assez discrète, et la bouche est dans l'exact prolongement du nez. Mêmes impressions difficilement descriptibles. Un goût tout aussi particulier que ne l'était le nez. La finale est du même acabit, relativement longue, un peu dans les mêmes notes obsédantes de la bouche et du nez. C'est loin d'être mon préféré...
79/100

Blair Athol

1991, 43%

Voir la fiche de la distillerie Blair Athol

Nez assez franc avec de très belles notes de fruits, pomme verte, et des épices, poivre. Ce nez annonce une très belle complexité et un excellent whisky. La bouche semble légèrement en retrait par rapport au nez, mais reste cependant très agréable. Un mélange de notes légèrement boisées avec des relents de pruneau, le tout marqué par une grande douceur. La bouche est relativement complexe, tandis que la finale est d'abord chaude et assez vite inexistante, quoiqu'une légère amertume semble se prolonger plus longtemps. Un peu dommage parce que le nez et la bouche sont de très belle facture.
84/100

Caol Ila

2000, 40°

Voir la fiche de la distillerie: Caol Ila

Un nez dans la plus pure tradition Caol Ila, fumée et tourbe sèche, un brin d'iode et quelques relents discrets de fruit. En bouche, on regrette d'emblée un peu le degré d'alcool, bien que l'ensemble soit merveilleusement complexe, avec de beaux contrastes entre des notes légèrement acides, et celles plus basiques de tourbe. Et après quelques instants, les regrets disparaissent, tant le goût est riche en surprises et en contrastes. La finale est dans le prolongement de la bouche, longue et chaude, avec une légère dominante acide, alors que la bouche était plus tourbée. Ceci est un très bel embouteillage de Caol Ila.
84/100

1979, 46°

Le nez révèle des notes à la fois de tourbe et d'épices, poivre principalement. Les deux dominantes sont parfaitement balancées et donnent un bel ensemble très cohérent. Quelques relents fruités apparaissent furtivement. La bouche est d'abord tourbée, tourbe sèche évoluant vers plus d'onctuosité. Une belle complexité avec des goûts d'abord tourbés évoluant à travers de fines notes boisées vers un ensemble où les fruits (pomme, banane?) semblent se frayer un chemin. Très bel équilibre entre amertume et fraîcheur qui apparaissent tour à tour. La finale est chaude et longue, très agréable.
84/100

1995, 58.2°

Un nez très équilibré, où la tourbe partage la vedette avec une grande fraîcheur fruitée. De légers picotements dûs au taux d'alcool sont présents, mais sans qu'ils ne gênent. Tourbe grasse. Très beau nez. En bouche, c'est également le côté huileux de la tourbe qui domine, donnant un merveilleux équilibre, dénué de toute agressivité à ce Caol Ila remarquable. La bouche n'est pas très complexe, mais tellement bien équilibrée, dans des tons entre la tourbe et le moka ou le chocolat. Une finale longue et chaude, où les souvenirs du chocolat sont bien présents. Un excellent Caol Ila.
88/100

Caperdonich

1997, 46%


Voir la fiche de la distillerie Caperdonich

Un nez à la fois d'une grande fraîcheur et légèrement fumé avec de discrets relents salés, voire marins. En bouche, une très agréable surprise. Un peu d'épices, un peu de fruits et juste ce qu'il faut de malt pour faire de ce whisy sans trop de prétention, un excellent apéritif. Une belle et longue finale, avec une pointe d'amertume qui contraste avec les relents fruités qui continuent à être présents durant plusieurs minutes.
79/100

Glendullan

2002, 43°

Voir la fiche de la distillerie Glendullan

Un nez très floral, légèrement piquant, avec des relents poivrés. Un nez très expressif et très encourageant. En bouche, une impression furtive d'alcool de pomme, évoluant rapidement sur des notes florales très parfumées, pour revenir sur le fruit à nouveau. Assez complexe, ce whisky est très bon, même si on sent un peu la fougue de la jeunesse. Une légère agressivité en fin de bouche, dûe à la jeunesse probablement, et une finale pas très évoluée, laissant le souvenir d'un bon whisky même s'il manque un peu de maturité. Ceci dit, si tous les jeunes whiskies étaient de cet acabit...
79/100

Glengoyne

1995, 43°

Voir la fiche de la distillerie Glengoyne

Le nez est assez franc, avec de légères notes de cire sur fond de malt légèrement fruité. Une belle fraîcheur avec des relents végétaux. En bouche une belle complexité, où le premier goût est un mélange subtile de douceur avec une pointe acide, mais passe très rapidement au malt évoluant progressivement vers le moka, ou la praline. En tout cas une bouche assez inhabituelle, et certainement très intéressante. La finale est longue et chaude avec une légère touche d'amertume après quelques instants. Un excellent whisky.
84/100

Glenlivet

1990, 46°


Voir la fiche de la distillerie: Glenlivet

Un nez très fruité, sur la poire et le melon. Très doux, sans défaut mais sans surprise non plus. En bouche, le même impression fruitée, très agréable mais sans trop de nuances dans un premier temps. Après quelques instants, des relents légèrement acides viennent égayer un peu la bouche qui reste dans le prolongement du nez: agréable, sans défaut mais sans surprise. Une finale assez courte, sans surprise non plus...
79/100

Glen Ord

1998, 43%

Voir la fiche de la distillerie: Glen Ord
Un nez extraordinairement poivré mais frais en même temps. Loin de la discrétion, et très prometteur. Outre le poivre, le nez révèle une grande fraîcheur. La bouche n'est pas dans les mêmes tons. Un goût nettement plus doux que ce qu'annoncait le nez. Une certaine évolutions sur les tonalités malt/noix, une grande douceur et une certaine amertume, mais la palette semble manquer d'ampleur. La finale est longue et agréablement marquée par les notes légèrement amères de la bouche. Un bon whisky, mais dommage que la bouche ne suive pas les promesses du nez...
79/100

Laphroaig

1998, 46°

Voir le fiche de la distillerie Laphroaig


Malgré sa jeunesse, le nez de ce Laphroaig a toutes les caractéristiques de cette distillerie, forte odeur médicinale sur fond de fumée de tourbe et de caoutchouc brûlé. En bouche, c'est d'abord une tourbe sèche qui prévaut, avant d'évoluer sur des nuances plus chaudes, mais toujours dans les tons fumée et tourbe. On aurait parfois préféré plus de caractère ou de nuances, comme dans d'autres versions de cette distillerie, mais l'ensemble est de très bonne facture. La finale est longue et agréable, dans le parfait prolongement de la bouche. Probablement que j'aurais préféré ce whisky en version brut de fût, mais c'est le cas de tellement de bouteilles...
84/100

Linkwood

1992 43°

Voir la fiche de la distillerie Linkwood
Un nez assez discret au départ, mais au bout de quelques minutes, il commence à révéler d'étonnantes mais agréables notes de massepain et de pâte à modeler. En bouche, une douceur maltée le dispute à de légers relents acides, et une touche d'amertume, juste ce qu'il faut pour empêcher ce whisky de sombrer dans la monotonie, mais pas assez pour en faire un malt complexe à souhait. La finale reste douce, dans les tons maltés et l'ensemble en fait un apéritif très agréable.
79/100

Macallan

1991, 43°

Voir la fiche de la distillerie Macallan

Le nez est nettement marqué par le sherry, mais d'autres relents sont bien présents. Une odeur de bois humide assez agréable et un soupçon de fumée en arrière-plan. En bouche, la première impression est celle d'un whisky assez sec, et une certaine acidité vient rapidement compléter le tableau, avant d'évoluer vers quelque chose de plus gras et rond. Le sherry reste assez présent également. La finale est relativement acide et boisée, alors que curieusement la bouche n'était pas amère du tout. Un bon Macallan, même pour ceux qui ne sont que relativement accros à cette distillerie.
84/100

1991, 56,4°

Une odeur de sherry, mais légèrement agressive, nez piquant et légèrement acide. Très frais et intéressant. Moins complexe cependant que dans sa version à 46%. En bouche, d'abord une impression de bois sec, à la fois amer, assez alcooleux et avec une pointe d'acidité. Une certaine linéarité en bouche. La finale est plus agréable, longue et chaude, avec des relents de cacao et un souvenir de sherry.
84/100

Port Ellen

1983, 46°

Voir fiche distillerie: Port Ellen

Un beau nez marqué par une tourbe discrète et des relents floraux. Quelques touches légèrement médicinales apparaissent au bout de quelques minutes. Un peu d'acidité, et quelques épices viennent compléter le tableau. La bouche est légèrement amère et acide à la fois au départ avant d'évoluer vers des tons plus boisés, mais l'amertume reste présente. On aurait pu s'attendre à un peu plus de complexité d'après le nez qui possédait une palette d'odeurs plus large. La finale est très intéressante, l'amertume boisée de la bouche évoluant lentement vers des notes de chocolat noir, pendant que les notes légèrement acides du début de la finale s'estompent lentement.
79/100

1983, 55°

Un nez étonnamment frais et plus marqué par les fleurs que par la tourbe, même si celle-ci est présente, mais très discrètement. De légers relents marins, une impression salée avec des épices en arrière-fond. La bouche est d'abord très sèche, légèrement acide et piquante. Après quelques instants, le côté amer semble prendre le dessus. Une amertume assez différente de l'amertume boisée qui est si fréquente dans des whiskies assez vieux, Puis l'impression de sécheresse s'estompe pour faire place à une bien agréable sensation de whisky agréablement balancé. La finale est plutôt amère, assez longue et bien agréable. De la noisette et un très léger soupçon de fumée.
84/100
NB: ce whisky provient du même fût que le 46%. Il semble que la dilution n'ait pas énormément changé l'impression laissée par ce whisky, même si au final je préfère la version brut de fût.

Royal Lochnagar

1993, 43°

Voir la fiche de la distillerie Royal Lochnagar
Un nez très riche, avec une belle présence florale et de légers relents de cire d'abeille. En bouche, une attaque très légèrement acide avec un soupçon d'amertume. Une bouche complexe où il est assez malaisé de distinguer tous les composants, mais il y certainement des fruits, pomme verte, mangue et cerneaux de noix en arrière-fond. La finale est longue, et concentrée surtout sur les relents amers qui étaient nettement plus discrets en bouche. Dans l'ensemble, une bonne bouteille.
79/100

Springbank

1996, 46°

Voir la fiche de la distillerie Springbank
Un nez franc, avec des notes épicées, poivrées et mentholées donnant une intéressante fraicheur à ce whisky. La noix de coco si typique de Springbank ne manque pas non plus au rendez-vous. La bouche est très agréable, également épicée et offrant une belle complexité, La noix de coco et les notes poivrées du nez se retrouvent dans un bel équilibre. La finale est relativement courte, mais très agréablement diversifiée, passant de la noix de coco à des relents légèrement acides, et une pointe d'alcool malgré ses 46%. Très bel exemple de Springbank indépendant.
84/100

Talisker

One shot 1992, 46%

Voir la fiche de la distillerie Talisker

Le nez est très marin, agréablement salé avec un peu de fumée en arrière-fond. Des notes florales également ainsi que certains relents très furtifs de fruits mûrs voire de savon. Un peu de caoutchouc brûlé aussi. Un nez d'une rare complexité. La bouche est d'emblée très agréable, salée et fumée, sans aucune agressivité, mais complexe également, présentant tour à tour des notes salées et amères. Un goût de noisette. Une très belle finale, longue et relativement fraîche, avec une légère amertume. Très belle surprise.
84/100

Un nez très présent, très agréable. Un nez assez envoûtant. Une odeur de tourbe et de chocolat avec des pointes de cire d'abeille. Un peu de fumée, de la terre, du foin humide. Mais aussi des fleurs. Vraiment un nez très complexe. Extrêmement engageant. En bouche, la première impression est celle d'une belle tourbe sèche, et une évolution vers des notes chocolatées, moka, suit assez rapidement. Belle présence en bouche. La bouche n'a rien à envier au nez. La finale est très agréable également, dans les mêmes notes chocolatées que la bouche. Elle est longue et chaude. Vraiment une excellente bouteille.
88/100

One shot, 58,8°

Un nez assez expressif, mais paradoxalement moins exubérant que le même whisky dilué à 46%. Cependant, des notes très comparables de tourbe, de cire, de terre et de fumée sont présentes ici aussi. Mais l'ensemble est moins complexe, et présente même un léger caractère médicinal. La bouche est sublime. Une bouche très complexe, où les notes de tourbe grasse se mêlent à de légers relents d'agrumes, avant de faire place au moka et chocolat tout comme dans la version diluée. La bouche semble supérieure à l'autre version, tandis que le nez présente moins de surprises. La finale est de grande classe également. Ronde et chaude, longue et marquée par des relents de chocolat. Un grand moment de bonheur.
88/100

Teaninich

1997, 43°

Voir la fiche de la distillerie Teaninich

Un nez frais, avec à la fois de l'herbe coupée, un soupçon de poivre et des relents de cire. Très légèrement piquant. Quelques notes d'agrumes également. En bouche, c'est d'abord une belle impression légèrement amère, finement boisée assez éloignée de ce qu'annonçait le nez au départ. Des touches de vanille avec un peu de fumée en arrière plan. La bouche est étonnament douce, alors que le nez annonçait des épices. Beau contraste. Une finale assez longue, légèrement amère, en parfaite continuité avec la bouche. Une très belle surprise.
84/100